leral.net | S'informer en temps réel

En trente mois de règne, voici les tops et flops de Macky Sall

C’est ce qu’on appelle un bilan à mi-parcours ! Deux ans et six mois après l’accession au Pouvoir de Macky Sall, nos confrères de L’As ont dressé les tops et flops du Président de la République.


Rédigé par leral.net le Jeudi 25 Septembre 2014 à 16:45 | | 2 commentaire(s)|

En trente mois de règne, voici les tops et flops de Macky Sall
Un bilan à mi-parcours articulé autour de la cascade de promesses faites par l’actuel locataire du Palais, lorsqu’il avait décidé de briguer les suffrages de ses compatriotes.

Lesquelles promesses avaient pour noms la réduction du chômage, l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages. Tout ça teinté de la baisse des prix des denrées de grande consommation, baisse de la fiscalité sur les salaires, baisse du prix du loyer.

Dès le 20 avril 2012, note toujours L’As, quelques jours après son investiture, au sortir d’un conseil interministériel sur la campagne agricole 2012-2013, le gouvernement, par la voix du Premier ministre de l’époque, Abdoul Mbaye, annonce la réduction des prix du riz et de l’huile, et soutenait que la mesure est d’application immédiate. Les populations applaudissent.

Le 1e janvier 2013, la baisse de la fiscalité sur les salaires est effective avec l’application du nouveau code général des impôts. Six mois plus tard, des bourses familiales sont allouées aux populations les plus démunies, à raison de 25.000 francs par trimestre et par famille.

Le 21 septembre 2013, le président lance le programme de la Couverture maladie universelle (Cmu) qui a pour but de rendre gratuits les accouchements par césarienne et les soins des enfants de moins de cinq ans.

Le 15 janvier 2014, les députés votent à l’unanimité la loi sur la baisse du coût du loyer avec 29% de moins pour les loyers inférieurs à 150.000 francs, 14% pour ceux allant de 150.000 à 500.000 Fcfa et 4% pour ceux dépassant 500.000 francs Cfa. Une marche est alors organisée pour remercier le chef de l’Etat de cette mesure.

Seulement, en dépit de ces mesures, les 500.000 emplois promis par le régime tardent à se concrétiser. Pis, des centaines de personnes qui travaillaient dans des structures créées pour la promotion des jeunes comme l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (Anej), le Fonds national de promotion de la jeunesse (Fnpj)… se sont retrouvés dans la rue après la suppression desdites structures, relève L’As.

La réforme des institutions tant attendue et qui avait poussé le chef de l’Etat à mettre sur pied une Commission nationale chargée de la réforme des institutions (Cnri), tarde à être concrétisé. Pourtant, la commission a déjà déposé son rapport et un projet de constitution. Les populations continuent toutefois d’espérer des lendemains meilleurs.

Actusen.com & L’As






Hebergeur d'image