leral.net | S'informer en temps réel

Encore une comédie de plus sur les porteurs de pancartes pour brouiller les pistes de l’histoire !

Dans le quotidien Walfadjri n° 6306 du 23 et 24 mars 2013 à la page 7, il est annoncé la remise de distinction appelée pompeusement : « Diplôme compagnon des « Porteurs de pancartes ». Encore une fois de plus, le fameux président autoproclamé des « Porteurs de pancartes » insiste dans sa tentative de faire du forcing par tous les moyens pour se faire une place de choix dans l’histoire de notre pays, en voulant ainsi écrire lui-même ses propres pages dans celle-ci. En effet, le rôle d’acteur principal qu’il se donne lui-même, ne lui en déplaise, ne sera pas demain celui que l’histoire lui attribuera objectivement. Ici, ce ne sont pas les récipiendaires qui sont en cause, car ils sont sans le savoir, l’objet d’une manipulation honteuse de l’initiateur pour se faire une place au soleil, à leur corps défendant.


Rédigé par leral.net le Mardi 26 Mars 2013 à 17:36 | | 0 commentaire(s)|

Pour commencer, l’objet de cette cérémonie a tout faux. Le terme compagnon des « Porteurs de pancartes » est déjà inadéquat et inapproprié au regard de certains d’entre eux, comme le maire de Dakar Khalifa BabacarSall, qui n’avait à cette date-là, que juste 2 ans. Et Mamadou Racine Sy ne doit pas être loin de là. Alors, dans le cas précis de l’évènement du 26 Août 1958 relatif aux porteurs de pancartes, ils n’ont historiquement rien à voir avec cela, si ce n’est d’être une couverture maquillée et une sorte de faire valoir par leurs hautes fonctions actuelles. C’est indécent ! Et, c’est une manipulation inacceptable comme démarche, surtout relative à l’histoire. Certes, ils ont leurs faits d’arme, mais qui ont été accomplis ailleurs, et non à cette occasion-là. Mais que voulez-vous pour quelqu’un qui fait feu de tout bois pour atteindre des objectifs inavoués ?
Tout d’abord, il me semble vraiment très important d’attirer l’attention de la Presse et ensuite de tous les citoyens sénégalais, sur les manœuvres et autres manipulations qui sont en cours et relatives justement à des faits historiques, intrinsèquement liés à l’histoire de notre pays et qui risquent d’être escamotés, voire dénaturés totalement pour des ambitions démesurées de certains usurpateurs de fonctions et de rôles. Et là, j’en appelle surtout à la vigilance des historiens professionnels et maîtres de l’art ou de cette science, chargés de rédiger l’histoire de notre pays, pour qu’ils évitent les amalgame et l’intrusion de corps ou faits étrangers dans celle-ci. J’allais dire, de dire le droit. Mais ici, il s’agissait de cela. Je les interpelle particulièrement pour qu’ils ne retiennent que de vrais faits avérés ainsi que de vrais acteurs reconnus par des témoins au-dessus de tout soupçon ; l’histoire authentique et vérifiable scientifiquement de notre pays, parce que non entachée d’amalgames et d’impureté d’aucune sorte.
L’usurpation fallacieuse du titre de « président » de cette fameuse association des porteurs de pancartes du 26 Août 1958, n’a pour objectif véritablement pour son auteur, que de procéder à la falsification de l’histoire de notre pays, au cours de sa lutte pour l’indépendance nationale, en dissimulant sciemment de manière grotesque et pour cause, les acteurs authentiques qui étaient sur le terrain des opérations au moment opportun. Ce qui n’est ni juste ni objectif et moins encore honnête du point de vue de l’histoire en tant que telle. Voilà pourquoi, tous les patriotes vivants encore, témoins de cet important évènement et les chercheurs en histoire par devoir de mémoire n’ont pas le droit de demeurer indifférents par rapport à ce qui se trame et qui est aux antipodes de l’histoire authentique de notre pays dans cette séquence.
Le fait que certains, parmi les vrais acteurs et témoins authentiques de cette séquence de notre histoire se taisent ou sont indifférents, peut être par mépris ou pour une autre raison, facilite du coup voire encourage ces usurpateurs et falsificateurs de tout bord de l’histoire, de réaliser rapidement et tranquillement leurs manœuvres, qui consiste à vouloir transformer à tout prix, des contrevérités en des vérités. Je pense sincèrement, que si ces acteurs témoins sont encore vivants, s’ils se taisent encore aujourd’hui, en leur qualité de témoins et patriotes, ils porteront en eux, une grave responsabilité devant leur peuple et l’histoire de leur pays, pour n’avoir relevé et dénoncé vigoureusement quand il le fallait, une falsification ou l’introduction frauduleuse de faits préfabriqués non avérés, pour des faits historiques. A mon humble avis, patriotiquement, vous n’en avez pas le droit, pour la simple raison, qu’en son temps, vous aviez agi par conscience patriotique, pour une cause juste, qui était celle de l’indépendance totale et immédiate. Alors, pourquoi acceptez-vous aujourd’hui, que d’autres veuillent ou aient l’intention de mettre à l’envers ou d’ensevelir totalement ce que vous aviez bâti avec conviction et passion? Voilà pourquoi, si vous êtes encore en mesure de défendre votre idéal, la vérité historique et tant d’autres valeurs, il vous revient et vous appartient d’apporter tout l’éclairage nécessaire, avant qu’il ne soit trop tard en direction des générations présentes mais et surtout celles futures. Faites-le s’il vous plait pour votre honneur, mais aussi pour sauver l’histoire de notre pays, en lui épargnant des greffes infectes de prétendus acteurs et de faits absolument non avérés et totalement étrangers. J’estime que Khalifa Sall et bien d’autres cités parmi les récipiendaires ne devraient pas tomber sur ce piège grotesque, qui est à la fois une véritable arnaque.
Alors, cette prétendue cérémonie de remise de diplôme au compagnon des « porteurs de pancartes » n’est rien d’autre qu’une farce de mauvais goût d’un personnage en perte de vitesse politique, qui cherche à redorer son blason par tous les moyens et rien de plus. Si, parmi les bénéficiaires, ils en existent de vrais témoins, qui ont gardé l’idéal et l’esprit de la journée du 26 Août 1958, d’authentiques porteurs de pancartes et non des récupérateurs politiques, qu’ils déclinent fièrement cette offre de manière officielle et publique, pour ne pas avaliser cette entreprise burlesque d’un désespéré politiquement, à la recherche d’une bouée de sauvetage. J’invite par la même occasion, nos professeurs d’histoire les plus émérites de notre pays, à apporter leur contribution dans le débat, pour l’éclairage de notre peuple sur cet évènement historique, dans l’existence de notre pays. Le choix de la date du 4 Avril, jour anniversaire de notre indépendance participe à l’amalgame et corrobore cette tentative manifeste de l’auteur à semer la confusion dans l’esprit des Sénégalais non avertis.




Mandiaye Gaye
Gaye-mandiaye@hotmail.com








Hebergeur d'image





Hebergeur d'image