leral.net | S'informer en temps réel

Engrossée par son amant, une veuve accouche chez sa copine, tue l’enfant, le jette dans un puits et prend 5 ans de travaux forcés

Agée de 28 ans, veuve et mère de deux enfants, Nafissatou Diallo a débarqué le mercredi 15 février dernier, chez sa copine Guéno Elvire Lambal (36 ans) mariée à un homme de tenue et mère de 3 enfants au quartier Dépôt pour accoucher. Elle mûrit un plan pour se débarrasser du nouveau-né de sexe féminin.


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Juin 2013 à 13:03 | | 1 commentaire(s)|

Engrossée par son amant, une veuve accouche chez sa copine, tue l’enfant, le jette dans un puits et prend 5 ans de travaux forcés
Après avoir accouché, aux environs de 00 heure, elle tue l’enfant qu’elle enveloppe dans un pagne et retourne chez elle pour ensuite le jeter dans un puits qui fait face à son domicile. Jugées pour infanticide et complicité d’infanticide et de non dénonciation de crime, les deux accusées ont écopé chacune de 5 ans de travaux forcés. Les faits remontent au 17 février 2012. Une personne sous couvert de l’anonymat informe les pandores de la brigade recherches de la gendarmerie de Tambacounda qu’une dame s’est débarrassée de la grossesse qu’elle portait. Muni de ces renseignements, l’adjudant-chef Demba Fall, commandant de la brigade de recherches, procède à l’arrestation de cette dame répondant au nom de Nafissatou Diallo (28 ans) veuve et mère de 2 enfants domiciliée au quartier Camp Navétanes. Pressée de questions, selon Tambacounda.info, la femme craque et relate dans les moindres détails le film de son horrible acte.

« J’étais en état de grossesse des œuvres de mon amant vigile du nom de Charles Pierre Coly. Au soir du mercredi 15 février, je suis allée chez ma copine Guéno Elvire Lambal au quartier Dépôt où j’ai accouché d'un enfant de sexe féminin. Après que cette dernière m’a assistée, je suis rentrée tranquillement chez moi au quartier Camp Navétanes sans que personne ne le sache. C’est ainsi que j’ai attendu aux environs de minuit pour tuer l’enfant et le jeter dans le puits qui se trouve en face de chez nous. Après mon acte, je suis retournée tranquillement chez moi sans me soucier de rien », a-t-elle déclaré. L’enquête ouverte a également permis de cravater la complice Guéno Elvire Lambal. Interrogée, cette dernière confirme la version des faits telle que relatée par Nafissatou Diallo. Elle a soutenu que si elle n’a pas pu dénoncer sa copine c’est par ce qu’elle avait été surprise par la tournure des événements. Interrogé, le vigile Charles Pierre Coly amant de Nafissatou a déclaré que la dame était sa copine et qu’ils avaient un projet de mariage. Il a toutefois expliqué que celle-ci ne lui avait jamais révélé qu’elle était en état de grossesse.

Informés à leur tour, les sapeurs-pompiers en compagnie des agents du service d’hygiène, ont débarqué sur les lieux à 16 heures. Il a fallu une heure d’horloge pour que les soldats du feu extraient le corps qui était déjà en état de putréfaction avancée. Après, le saupoudrage des lieux par les agents du service de l’hygiène. Les constations faites ont permis de constater que la tête de l’enfant était déjà broyée. C’est ainsi qu’il a été acheminée au centre hospitalier régional.

Inculpées d’infanticides et de complicité d’infanticide et de non dénonciation de crime, Nafissatou et Guéno ont été placées sous mandat de dépôt à la citadelle du silence. S’exprimant sur le déroulement des faits devant la cour d’assises ce jeudi 27 juin, rapporte notre source, les deux accusées ont balayé d’un revers de main toutes les accusations portées à leur encontre, insinuant que Nafissatou a accouché d’un mort-né. Des dénégations qui n’ont pas convaincu l’avocat général. Compte tenu de la gravité des faits qui ne souffrent d’aucun doute, Demba Traoré a requis 15 ans de travaux forcés contre les accusés. La défense de Guéno Elvire Lambal, assurée par Me Adama Fall, s’est débattue pour solliciter du juge la disqualification des faits de complicité d’infanticide en recel de cadavre. Selon Me Fall, les conclusions ne sont pas en mesure de certifier la mort de l’enfant. Par conséquent, selon ce site internet, il sollicite l’acquittement pur et simple de son client Guéno Elvire Lambal.

Me Bâ assurant la défense de Nafissatou Diallo a abondé dans le même que son prédécesseur et sollicite l’acquittement de sa cliente à défaut d'une peine extrêmement bienveillante soit prononcée à l’encontre de Nafissatou. Après en avoir délibéré, le juge et ses deux assesseurs ont infligé la peine de 5 ans de travaux forcés à chacune des accusés après avoir disqualifié les faits de complicité d’infanticide en recel de cadavre.



1.Posté par schwarzeraal le 30/06/2013 13:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ignorance.bokko manoule keppe.prenez des pillules y a rien de mieux . tuer et passer une partie de sa vie en prison.loukko diare.keppale pour 5 ans cela servira de lecon.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image