leral.net | S'informer en temps réel

Enquête sur Aïda Coulibaly : La vraie histoire de la femme de You

Rédigé le Mercredi 21 Juillet 2010 à 22:48 | | 19 commentaire(s)

Aïda Coulibaly, épouse du « Roi du Mbalax » est une femme mystère, dont la vie est sujette à mille fantasmes. Weekend retrace l’itinéraire de cette « femme de… » à la trajectoire épiée.



Enquête sur Aïda Coulibaly : La vraie histoire de la femme de You
Le destin ne les loge pas toutes au même étage. Il y a ces femmes qui carburent au rêve pile, forcées de ses donner à vie pour (sur) vivre. Celles qui forcent sur le blush, obligées de se maquiller pour se faire un grain de beauté. Et les autres… Belles aux âmes bien nées dont le destin s’écrit sur du papier de soie. Aïda Coulibaly, 33 ans épouse de Youssou Ndour, mulâtresse glamour aux manières raffinées, fait sabler son « Champagne » ai sein de cette fine race des plantes privilégiées. Dont la vie, sans rides, vogue sur un lac de plénitude.

Mais si le destin auréolé de la femme du « Roi du Mbalax » n’a jamais fait l’ombre d’un doute du fait de ses origines aisées, et surtout de sa beauté labellisée « Champagne », le destin d’Aïda Coulibaly a pris racine dans un endroit improbable, dans les méandres de la banlieue dakaroise. A Pikine Tally Boumack, dans le coin crasseux de Cognou Falaye Baldé, ancienne gloire de la lutte sénégalaise. « C’est ici dans la grande maison familiale que son papa, Ibrahima qui était professeur de maths et sa maman Francine, médecin généraliste, sont venus vivre à leur arrivée à Dakar », souffle sa tante Ourèye Coulibaly, épouse du petit-frère de son papa. Dans ce quartier déshérité du bas-fond dakarois, les filles progressent dans la vie comme dans un escalier éclairé d’une simple ampoule. Elles lavent leur petit linge à la main, étendent elles-mêmes leur pagnes sur le fil. Et ne rêvent, pour la plupart, que de la profession de « femme au foyer ». Un écrin douteux d’où le destin d’Aïda s’est naturellement échappé pour attraper la lumière.

Assises dans un coin du salon XXL aux couleurs sobres et aux portes peintes en jaune, où trône au dessus du grand bahut une grande photo de la môme Aïda Coulibaly, tante Ourèye, teint clair et tempes scarifiées, susurre d’une voix presque inaudible : « Je n’ai pas trop connu Aida. Quand j’ai rejoint cette maison, il y a plus de 22 ans, elle avait déjà déménagé avec ses parents. Je l’ai connue sur le tard, quand elle venait avec son papa rendre visite à la famille. C’est mon époux, le frère de son papa, qui l’a vu grandir. Il est à la mosquée, je vais envoyer quelqu’un l’informer de votre venue. Mais je ne crois pas qu’il puisse vous parler. Parce qu’Aïda n’aime pas qu’on parle d’elle dans la presse. »

Une dizaine de minutes s’écroulent, interminables. Puis le téléphone grésille. Au bout du fil, son mari : « Je ne peux rien dire sans l’aval d’Aïda, s’excuse le petite-frère à son papa. Je n’aimerai pas faire des révélations qui ne seront pas de son goût. Aida est devenue une grande personne (sic). »


Aujourd’hui, Aïda Coulibaly partage la vie de la plus grande star du Sénégal. Elle est célébrée comme la douce moitié de l’artiste africain du siècle, la confidente de celui qui a été élu en 2007 parmi 100 personnes les plus influentes dans le monde par le magazine américain Time. Mais elle demeure, aux yeux de beaucoup de Sénégalais, un mystérieux objet de curiosité. Que cache sa vie ? Essaie-t-elle de brouiller les pistes sur son passé qui a nourri les fantasmes les plus fous et les ragots les moins reluisants ? Ou cherche-t-elle simplement à rester digne du trône où l’a installé son « Roi » de mari ? « Depuis qu’elle a épousé Youssou Ndour, elle a complètement changé de mode de vie, confie une de ses amies d’enfance. Elle, qui était un peu trop indépendante d’esprit, un peu trop « je m’en fous de ce que les gens racontent », un peu trop libre, est devenue plus attentive à ses faits et gestes. Sa vie aujourd’hui est aussi cadenassée qu’un coffre-fort de banque. Et la majeure partie de ceux qui en parlent, racontent que des contrevérités. C’est souvent des histoires fabriquées de toutes pièces. »

Principal. On est au début des années 70. Fraîchement sortis de l’Université de Nancy, les Coulibaly, Ibrahima et Francine, respectivement diplômés de Mathématiques et de Médecine, débarquent à Dakar pour apporter leurs pierres à l’édifice de la jeune nation sénégalaise qui baigne dans la fièvre du soleil des indépendances. Le couple mixte franco-sénégalais s’installe à Pikine, fief de l’époux, en attendant de dégotter un logis. Un cocon familial où naîtra un garçon Amadou. Puis, une fille. Elle s’appellera Aida, du nom de sa grand-mère. « contrairement à ce que racontent les gens, ma fille n’est pas née à Pikine, rectifie sa maman, Francine Coulibaly, surprise dans son cabinet médical à la rue Blanchot en plein centre ville dakarois. Elle est née en 1977 à la maternité de l’hôpital Principal. A Pikine on y est juste restés quelques temps avant de déménager. » C’est le quartier de Liberté 1 qui accueille les Coulibaly. La famille s’y est trouvée une cossue villa, nichée dans une impasse juste dernière la rue qui jouxte le magasin Casino (ex-score). C’est dans ce coin jadis aseptisé de Dakar, situé entre le boulevard du Président Habib Bourguiba et le stade Demba Diop que va pousser la môme Aida Coulibaly. « Elle a passé une enfance heureuse avec son grand-frère et sa petite sœur, raconte sa maman. Son père et moi avions tenu à ce qu’ils ne manquent de rien. Nous tenions aussi à ce qu’ils soient éduqués avec une double culture (sénégalaise et française). » Comme presque tous les mômes Franco-sénégalais, la petite Aida est envoyée à l’école primaire franco-sénégalais de Dakar-plateau. Puis au lycée Jean Mermoz de Dakar. Sa maman : « Elle aimait les études. Je ne le dis pas parce que c’est ma fille, mais elle a toujours été brillante. » Dedans comme en dehors de l’école.

Aïda Coulibaly a…15 ans, quand elle soulève ses premières vagues. Fille de son temps, la jeune métisse au teint diaphane et au corps de rêve affole presque tous les mâles de son age. « A l’école, elle faisait l’objet de toutes les convoitises, se souvient un de ses camarades de classe, aujourd’hui cadre de banque. C’était une fierté pour nous les garçons de sortir avec elle. Mais pour dire vrai, elle nous envoyait tous paître. »


Dans son quartier, Aida est presque une star. Ses sorties sont épiées, sa beauté est célébrée, mais les garçons du coin, foudroyés par tant de grâce précoce, la matent en contre-plongée. « Nous l’aimions tous, mais ne savions pas comment s’y prendre avec elle, raconte un de ses anciens voisins à Liberté 1. Elle dégageait une certaine assurance qui faisait un peu peur. Nous nous sentions petit face à elle. Personnellement, j’avais décidé un jour de lui déclarer mon amour. J’étais assis sur le trottoir qui fait face à chez elle à l’attendre et quand elle est sortie pour aller à la boutique, je l’ai suivie quelques mètres avant de renoncer à mon projet. J’avais peur qu’elle me dise non et après croiser son regard dans le quartier. »

Le Bac à 17 ans. Portée par son aura et sûre de ses charmes, la jeune Aida Coulibaly paiera quelque peu les frais de son adolescence un peu trop célébrée. Moins concentrée sur les études, elle réussit son Bac littéraire en 1994, à l’âge de 17 ans, mais oublie de ramener à ses parents, surtout à son enseignant de père, la mention qui devrait aller avec. « En terminale, toutes les filles de la classe avaient changé physiquement et mentalement, se remémore un de ses anciens camarades de classe au Lycée Jean Mermoz. Elles avaient presque toutes importé de nouvelles valeurs. Ce n’était plus la course à celle qui était la plus brillante, la meilleure dans les études, mais qui était la plus branchée, qui s’habillait le mieux, qui avait le plus beau copain ou qui était invité à manger dans un restau chic. Je pense qu’Aïda a été victime de ça. Mais, je confirme les propos de sa maman, elle a toujours été une bonne élève. » Mais aussi adulée par une maman qui tient à lui faire découvrir sa culture.

Quand ses camarades de classe, après une longue année scolaire, se transformaient en reine de plage, boîtes et autres lieux de villégiature de Dakar, Aida, elle, était envoyée se ressourcer à Nancy, fief maternel. « Je faisais tout pour toujours envoyer mes enfants passer les vacances chez mes parents à Nancy, explique la maman Francine. Il était rare qu’ils restent à Dakar pendant les vacances. Et Aida, après son Bac, je l’ai envoyée poursuivre ses études en France. Au pays de Chardon, Aida fréquente la même Université que ses parents. Et se rêve en grande juriste. Avant de bifurquer dans la communication. « Elle a eu sa maîtrise en Droit international, quatre ans après son bas, renseigne sa maman. Puis, elle s’est inscrite à l’Université de Nice pour faire la communication. »

« Elle a longtemps vécu en concubinage »

De retour au Sénégal, elle est recrutée par une société de la place. Héritier d’une culture occidentale où les femmes peuvent prendre leur indépendance, Aida Coulibaly quitte la maison familiale quelques temps après le décès de son papa en 1999. Elle se prend en charge et affiche une liberté assumée. « Elle a vécu longtemps en concubinage avec un diplomate Italien, croit savoir une vieille connaissance. Ils vivaient ensemble à l’immeuble Ibrahima Coulibaly qui appartient aux parents de Aida. »

Dans cet immeuble de quatre étages aux couleurs immaculées, posé en plein centre-ville dakarois, à l’angle Victor Hugo sur la rue Moussé Diop, le jeune couple donnera naissance à une fille dont ils se disputent la garde aujourd’hui. « C’est vrai que ma fille a vécu pendant longtemps avec un jeune métis sénégalo-italien, mais ils n’ont jamais été mariés, confirme sa maman. Il n’était pas diplomate comme on l’a écrit dans la presse et n’a jamais travaillé au Consulat d’Italie au Sénégal. Mais ça, c’est la vie privée d’Aïda. Je ne peux pas me permettre d’en parler. » C’est dans ces moments de sa vie un peu olé olé que la jeune Aida Coulibaly, participant aux Trophées Mousso, une course de voiture réservée aux filles, choppera son curieux surnom de « Champagne ». « Tout est parti de l’article du (journal) Témoin, explique sa maman. Ils l’avaient photographiée avec une participante, posant à coté d’une bouteille de coca. Et après, ils ont placardé la photo et ont en gros titre : « Aida, champagne ! » Ce n’est pas ma fille qui aime le champagne, mais moi, sa maman, qui adore le vin de luxe. »


Rencontre avec You. Courue par la jet-set dakaroise, Aida Coulibaly, fraîchement remise d’une maternité qui lui a offert des courbes un peu plus généreuses, est presque traquée par tous les mâles au gros compte bancaire. Un soir de l’année 2005, invitée à un dîner par un ami commun, elle sera présentée au « Roi du Mbalax » qui se pâme subitement devant autant de classe et de grâce. « Aida m’a révélé que Youssou Ndour avait, face à elle, perdu tous ses moyens lors de leur première rencontre, raconte sa confidente. Elle-même avait été un peu étonnée par son comportement. Youssou était tout excité, comme un jeune de 25 ans. Et dès cette première rencontre, il avait commencé à lui parler de mariage. » Les deux tourtereaux sortiront en cachette pendant longtemps, loin des yeux indiscrets des dakarois. Et surtout loin des radars de Mami Camara, alors unique épouse du musicien. Amoureux éperdu, le patron du Super Etoile multiplie les gâteries à l’endroit de sa nouvelle dulcinée. « Il lui a offert lors de ses fêtes d’anniversaire, je ne sais plus laquelle, un véhicule Citroën C4, révèle son amie. Il lui payait aussi des voyages de luxe pour qu’elle aille passer des vacances en Europe où ils se retrouvaient le plus souvent. »

Mariée au « Roi du Mbalax » En février 2006 comme seconde épouse avant que ou ne divorce de sa première femme, Mami Camara, Aida Coulibaly, qui raffole de cuisine italienne et de grandes fêtes, est aujourd’hui devenue un mère au foyer, toujours aux petits soin pour ses trois filles. Dont les deux dernières, issues de son mariage avec You. « Elle est très proche de ses filles et occupent la plupart de son temps. Elles sont au centre de sa vie actuelle. » Naguère, épicurienne revendiquée qui butinait au gré de ses envies, Aida serait aujourd’hui à l’étroit dans sa « fonction » de compagne de la plus grande star de la musique sénégalaise. « Si elle ne craque pas, c’est grâce à ses filles avec qui elle meuble son temps, confie son amie et confidente. Mais, elle s’ennuie un peu, c’est pourquoi d’ailleurs elle se tue dans son job de directrice de la Fondation Youssou Ndour et ne rate jamais l’occasion d’accompagner son mari dans ses voyages où dans des fêtes mondaines pour retrouver le monde. Mais elle souffre beaucoup du traitement de la presse sénégalaise qui épie ses faits et gestes. Elle ne comprend pas souvent l’acharnement fait sur sa personne. Quand a éclaté l’affaire du divorce You-Mami Camara, elle ne voulait même plus lire la presse. Parce qu’elle est tout le temps insultée par les journalistes qui jusque-là ne connaissaient rien de son histoire. Sa maman, Francine, entre deux bouffées de cigarette : « Si j’étais sensible à tout le mal qui se dit sur ma famille, je ne me serai pas mariée à un Noir. A l’époque, j’étais un jeune médecin, fraîchement sortie de l’Université, qui pouvait travailler en France, mais j’avais décidé d’épouser un Africain et de le suivre dans son pays, malgré tout ce qui se disait sur moi. Je n’ai jamais flanché. Heureusement, ma fille Aida est tout comme moi, elle se fout mal de beaucoup de choses. » « Aida n’a de référence que sa maman, conclut son amie. Elle a tout pris de sa maman. »

Pape Sambaré Ndour, psn@weekend.sn

Source : Weekend Mag

Visitez www.galsentv.com



1.Posté par mademba le 21/07/2010 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tres bel article.Voyez,il est toujours bon de chercher dans le sens positif.du courage,aida,avec ca nous comprenons un peu plus de choses.

2.Posté par ass le 22/07/2010 07:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tiens cette Aïda a quand même beaucoup de supporteurs à travers le net. Des amis ou de réels contemplateurs?

3.Posté par Papis le 22/07/2010 09:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aïda est la femme d'auitrui, il faut respescter sa vie; Merci quand même pour cet article qui nous édifie dans le bon sens

4.Posté par daba le 22/07/2010 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin une veritè decouverte ay way waa senegal rouss guene de man de yalla nama yalla bal si beut bima done kholè aida sama tourando yaye

5.Posté par baye fallou you le 22/07/2010 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous les "sournalistes" de leral ,dès qu'on cherche à insulter le king you vous repondez present .Quelle haine !!!
PERSONNE NE PEUT DIRE ce que sa mère a eu à faire avant qu'elle soit mise au monde ,mandou , mandou , MANDOU !

6.Posté par kif le 22/07/2010 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voleuse de mari; voleuse de mari

7.Posté par asse le 22/07/2010 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce qui m'écoeure dans cet article c'est la façon dont vous avez peint pikine,ceux qui habitent ce quartier en sont trés fiers.
Maintenant que la femme de l'empereur ou du roi du mbalax y soit née y ait vécu nous laissent indifferents.

8.Posté par NDIOUR le 22/07/2010 09:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela fait du bien de connaitre la vérité sur ces personne célèbre pour qui, du n'importe quoi est raconté sans pièces justificatives. Cela éclair plus d'un sur la vie de la femme du roi du Mbalax pour qui nous devons tous un grand respect. Merci à l’équipe de Week End. Et bon Week end à vous tous par anticipation.

9.Posté par fal le 22/07/2010 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

svp la vie privé d une personne diroul souli chaque personne ya gui sa bouni wegue du courage kou wakh thi yaw dala nie, rek

10.Posté par DOU le 22/07/2010 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je n'excuse mais je prefere mille fois la premiere femme de you .au moins elle n'a pas de fourmie sur le corps

11.Posté par KAR0 le 23/07/2010 09:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personnellement je n'épouse quelqu'une qui a été concubine d'un autre (avec un enfant comme preuve) .
Dioulitém déssna et son surnon (Champagne) dérange

12.Posté par KAR0 le 23/07/2010 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personnellement je n'épouse pas quelqu'une qui a été concubine d'un autre (avec un enfant comme preuve) .
Dioulitém déssna et son surnon (Champagne) dérange

13.Posté par saf le 23/07/2010 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

franchmen senegal niti dagno dofoul en tou ca moi j prefer mami car au moins el est propr

14.Posté par thiatt le 25/07/2010 13:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yalla na niou yalla bal, les journalistes aussi devront avant de publier des articles qu'ils soient de sources sures pour ne pas induires les lecteurs en erreur. Personnellement j'ai lu kelk part ke la femme de You est chak jour ivre mort devant le doltier c'est ce qui l'a donner son surnom de champagne alors que dara dou ci deugue liiiiiiiiiiiii

Mai nak mami camara kène khamouko ???????? Yalla rék mo khame, je souhaite kil retourne ensemble pourkoi pas après hay diam, en plus ils ont des enfants.

Soumaci manone na dokh ay diégo pour les reconcilier dinako déff.

15.Posté par Rama Gaye le 27/07/2010 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est le plus beau article que j'ai lue de toute vie. J'ai gardé le Weekend chez moi et je ne peux m'empêcher de le relire chaque soir. Je suis fan de you et de Aida. Mais j'ai un autre idole : Pape Sambare Ndour de Weekend. Quelqu'un m'a dit qu'il est de la même famille que You et je voudrais en savoir plus.

16.Posté par diar le 01/08/2010 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moi a la place de Mamie Camara j aurai du rester dans mon menage car elle devait savoir que tot ou tard You prendrait une nouvelle femme! NIAK FAYDE djigeen book wersek mugn geum sa diine! de toute façon Aida Coulibaly s' en fou complètement elle a une education en partie française,donc elle ne prend pas en considératioon tout ce que les gens racontent sur elle. Mamie Camara n est pas maligne elle aurait bien pu massela avec elle, si Mamie est une VRAIE MUSULMANE pratiquante pas seulement de naissance, la polygamie fait parti helas de notre culture dommage parce qu elle est entrain de faire souffrir ses enfants pendant que Aida en profite avec les siennes! Et après avoir eté une femme de personnalité aller tomber sii bas!

17.Posté par Ema GUEYE le 02/08/2010 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce dont je suis sure c'est qu'on est dans une société MALSAINE et HYPOCRITE, le choix d'une personne est vraiment personnel, il y'en a qui ouvre leurs grande gueule à juger les gens qu'ils ne connaissent même pas, alors qu'il sont bourrés de péchés DAKH DI BAKAR BA PARE DI REUY LAMIGNE, moi par exemple j'en vu des filles qui couchent à tort et à travers avec des hommes qui ne sont pas leur mari et se permettent de juger qui que ça soit.
le coeur a ses raison que la raison même ignore,
quoiqu'on dise que Aida boive ou pas NDAYAME GUEUNE NA LIGUEYE NDAY YOU BEURI
affaire bi KHOL LA dou nane Champagne dou nane MEW reveillez vous bon Dieu

18.Posté par estelle sery le 13/11/2010 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

jadore youssou ndour, et ce qui concerne aida ne regarde que lui

19.Posté par Faro le 11/02/2012 05:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Laissez les gens vivre! À chacun sa vie

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >

Vendredi 3 Octobre 2014 - 14:55 OUST OUZA ! (Par Moussa Traoré)



Hebergeur d'image