leral.net | S'informer en temps réel

Enseignement supérieur : Mary Teuw Niane avoue qu'il n'y a pas eu de concertation sur les réformes

Les réformes en cours dans l’enseignement supérieur sont bonnes, mais elles n'ont pas fait l'objet d'une concertation des acteurs concernés, avant leur mise en œuvre, a déclaré mardi le ministre de tutelle, Mary Teuw Niane.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Octobre 2014 à 13:12 | | 1 commentaire(s)|

Enseignement supérieur : Mary Teuw Niane avoue qu'il n'y a pas eu de concertation sur les réformes
"Les réformes prises sont bonnes. Cependant, elles sont appliquées toutes en même temps. Il n’y a pas eu de concertation préalable", a dit M. Niane. Il présidait la cérémonie d’ouverture d’un atelier d’évaluation des "décisions du conseil présidentiel sur l'enseignement supérieur".

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a par ailleurs salué la mémoire de Bassirou Faye, l’étudiant tué par balle, le 14 août dernier, lors d’affrontements entre étudiants et forces de l’ordre, à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

"Notre rencontre de ce matin se tient à un moment décisif de l’avenir de notre enseignement supérieur. Elle se tient deux mois après l’assassinat de l’étudiant Bassirou Faye, un décès révélateur d’incompréhensions, mais aussi d’incertitudes" dans les universités publiques sénégalaises, a souligné M. Niane.

"Je réitère ici l’engagement du gouvernement à faire toute la lumière sur la mort de cet étudiant, et de sanctionner les coupables", a-t-il ajouté.

Les enseignants membres du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) et les étudiants réclament sa démission du gouvernement, et celle du ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, depuis la mort de cet étudiant.

Le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop, Ibrahima Thioub, a évoqué les conditions de travail des étudiants et des enseignants, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier.

"Le cadre de vie de l’UCAD n’est pas des plus favorables. Nous allons travailler à une gestion concertée, pour aboutir à un meilleur espace universitaire", a affirmé M. Thioub.

"Il ne faudrait pas que ce soit un atelier de plus, dont les conclusions seront rangées dans les tiroirs", a-t-il ajouté.

Le directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD), venu participer à l’atelier, a dit qu’il était "frustré" par la crise universitaire.

"C’est la première fois que pour une fête de Tabaski (NDLR : Aïl-el-kébir), a-t-il signalé, tous les imams du Sénégal se prononcent sur l’Université. En tant que membre de cette communauté, je me suis senti frustré", a martelé Cheikh Oumar Anne.

Des directeurs d’instituts universitaires et des doyens de facultés de l'UCAD, des représentants des étudiants et des agents du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche participent à l’atelier.

Ils vont "revoir l'approche communicationnelle et informationnelle des réformes" en cours dans les universités publiques, selon un communiqué du département de tutelle.
(Avec APS)






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image