Leral.net | S'informer en temps réel



Entre Français et Sénégalais, le courant passe pour faire tourner l'éolienne

Rédigé par leral .net le 5 Avril 2010 à 21:16 | Lu 1263 fois

| ÉCHANGE |
La liaison Liévin-Podor a repris de plus belle depuis mardi. Et ce dans le cadre de la classe Nord-Sud initiée par le conseil régional mise en place entre le lycée Henri-Darras et le centre de formation de Podor, au Sénégal. Une délégation sénégalaise est arrivée en France pour une quinzaine de jours, des projets plein les valises.


Entre Français et Sénégalais, le courant passe pour faire tourner l'éolienne
Chaque année, le lycée Henri-Darras et le centre de formation de Podor participent à un échange. En janvier, les élèves français s'étaient rendus dans le nord du Sénégal une quinzaine de jours. Le tout afin de découvrir la culture sénégalaise, mais pas seulement. Le projet monté par l'ensemble des protagonistes est bien plus dense. Les élèves de la section « structure métallique » se sont notamment concentrés sur la construction d'une éolienne destinée à alimenter en eau une future zone maraîchère. « L'éolienne est montée mais le générateur doit être réparé. On va essayer de le faire avant leur départ », précise le responsable du projet, Laurent Potier. Le professeur de sciences physique n'est pas peu fier du travail entrepris par les élèves français... et sénégalais. Puisque c'est un véritable partenariat qui s'est instauré entre les deux établissements et qui permet aux jeunes étudiants d'apprendre les uns des autres.

Documentaire
Les élèves de première littéraire qui suivent l'option « audiovisuel » et les Sénégalais réalisent quant à eux un documentaire,Portraits croisés. Le court métrage mettra en scène des familles nordistes et podoroises que les réalisateurs ont sélectionnées selon différents critères. La réception organisée jeudi en direction d'une délégation d'élus et des participants avait donc pour but de montrer ce qui a déjà été fait au Sénégal. « L'occasion également de prouver que la Teranga (l'hospitalité sénégalaise) existe aussi dans le Nord - Pas-de-Calais » selon Laurent Potier.
La salle de conférence était donc garnie de photos retraçant le voyage effectué en janvier et qui ont fait ressurgir de nombreux souvenirs chez les élèves.
Laurent Potier se félicite d'ailleurs de l'émulation qui s'est créée peu à peu. « Podorois et Liévinois ne forment qu'un. Ils ont appris à se connaître et partagent une amitié qui confirme la nécessité de cette rencontre », indique le professeur. Même son de cloche du côté du directeur du centre de formation podorois, invité pour ce déplacement en France. « C'est un partenariat qui va résister au temps », se réjouit M. Mbow. Les élèves, premiers concernés, ne sont pour leur part pas prêts d'oublier l'excursion en Afrique. « On a la chance de faire partie de ce projet. C'est une expérience inoubliable. Les Français et les Sénégalais en ressortent très enrichis. Au Sénégal, on a vécu quelque chose de vraiment spécial. C'est beaucoup de souvenirs avec un vrai échange culturel », insiste Chloé, élève en première littéraire. Mais la relation qui s'est créée au fil du temps, c'est certainement Alioune qui la décrit le mieux. « On peut dire que la France et le Sénégal, c'est un café au lait », résume le Sénégalais qui n'a pas hésité à entraîner avec lui une partie de la salle dans des danses et des chants africains. Et cela ne fait que commencer !

lavoixdunord.fr