leral.net | S'informer en temps réel

Entre ‘Sen Petit Gallé’ et ‘Oscars des vacances’ : Les télés nous abrutissent-elles ? (Par Adama Sow)

L’animateur Ndoye Bane a récemment traité dans son émission « Thème de la semaine » le contenu de nos télévisions. En quoi, ces dernières constituent un danger pour nos enfants et au-delà, pour nos bonnes mœurs. Le ministre de la culture Abdou Aziz Mbaye avait lui aussi fait le buzz il y a quelques mois après sa sortie devant les députés qualifiant les télévisions sénégalaises de poubelles. Au delà de l’émotion que cette sortie a engendrée, le mérite du ministre de la culture réside dans le courage de susciter un débat public sur le contenu des télés.


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Octobre 2013 à 18:32 | | 5 commentaire(s)|

Entre ‘Sen Petit Gallé’ et ‘Oscars des vacances’ : Les télés nous abrutissent-elles ?  (Par Adama Sow)
Dans un précédent article, j’avais proposé de réfléchir sur le symbole des émissions phares du petit écran et, je voulais simplement analyser avec vous ce que nos télévisions nous offrent aujourd’hui. Loin de moi, l’idée de jeter en pâture une quelconque production nationale comme les émissions de la TFM Sen Petit Gallé, Dakar ne dort pas ou Oscar des vacances de la 2STV. A mon avis, c’est important pour un pays comme le notre de s’arrêter, de se mirer pour se parfaire et cultiver l’excellence au détriment d’une culture de crétinisation. Pour en revenir au ministre de la culture et sa fameuse boutade devant les députés, je crois objectivement qu’il urge de poser un débat citoyen sur l’offre des medias au Sénégal.
Sen Petit Gallé et Oscars des vacances sont elles des émissions qui sont utiles pour les jeunes ou contribuent elles à les enfoncer dans le système LMD (lutte-musique-danse) qui semble prendre en otage l’espace médiatique.

Notre pays compte 15 chaines de télévisions et 10 autres qui sont autorisées mais qui n’émettent pas encore. Les questions qui découlent de la déclaration du ministre Aziz Mbaye sont : nos télévisions remplissent elles correctement leur triple mission d’information, de divertissement et d’éducation ? Quelles sont leurs forces et faiblesses ? En quoi elles sont assimilables à des poubelles ? Est-ce que l’exigence de pluralisme et de diversité est elle respectée par ces chaines ? En d’autre termes, nos télés prennent elle en compte les minorités, tous les sénégalais se reconnaissent ils dans leurs programmes ?

Un collègue expert en audiovisuel résume les programmes de nos chaines de télévision par une formule assez révélatrice qui résume cette situation. Au Sénégal, dans nos télévisions, le clip musical est perçu en tant que “culture”, la lutte et football de “divertissement sportif”. La musique et de la danse sont présentées comme seules formes de culture au Sénégal par les chaines de télévision avec une diffusion abusive de clips musicaux bourrés de chorégraphies vulgaires et clownesques.

Ajouter à ce tableau un manque de compétences spécifiques pour envisager la culture au sens large mettant en valeur la diversité des forces vives de la culture. Le sport se résume aussi à la lutte et au football et quasi absence des autres sports du paysage audiovisuel (souvent financièrement moins nantis) ; les meilleurs horaires sont consacrés aux séries étrangères, et 80% des émissions sont des plateaux entre un journaliste et des invités qui parlent pendant des heures. Pape Ale Niang, Omar Gning, Cheikh Diaby, Papa Ngagne Ndiaye pour ne citer que ceux la font la même émission avec le même format, seuls le titre et le ton différent d’une chaine a une autre.

Le ministre Aziz Mbaye fait certainement référence aux séries étrangères qui sont devenues une sorte d’opium pour le peuple qui ont fini d’anesthésier la production locale et abrutir les masses populaires. Je préfère quand même ces séries indiennes (plus pudiques) aux navets mexicains et brésiliens dont les histoires et images sont culturellement choquantes.
En définitive, par le truchement de la sortie du ministre Mbaye, je vous pose la question : est ce que nos télés sont des poubelles ?

Adama SOW



1.Posté par Sokhor le 18/10/2013 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toi Adama sow tu g..... trop. C'est tres simple si tu n'aimes pas ou veux prevenir l'irreparable, produit ou cree quelque chose qui te parait instructif et utile aux enfants. Do lene defe dolene bayi kou defe

2.Posté par rass le 19/10/2013 00:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

non mais il donne un avis. il fait un critique objectif. le sénégalais n'aime pas la remarque encore moins un critique.il faut positiver

3.Posté par @rass le 19/10/2013 02:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

deug deug nakh nga sagn ko wakh, critique dé le senegalais bagn et pourtant c'est ce qui devrait servir mais que veux tu quand c'est du grand n'importe quoi et qu'on le dise ou pas C'EST DU GRAND NIMPORTE QUOI ses tele sans inspirations balancent du nul a longueur de journée mais ca plait aux senegalais, conclusion, et ca meme les responsables de ses chaines l'avouent en coulisse: les senegalais preferent le facile alors ont leur sert du facile pour pouvoir vendre et gagner de l'argent "tres facilement" pas de recherche et zero professionnalisme, les incompetants se reconnaissent et ca ne changera pas de sitot, pauvre senegal

4.Posté par fox le 19/10/2013 06:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr Sow vous avez ouvert la boite de pandore, cependant le mal est plus profond que vous ne le croyez. Les racines du mal proviennent de la politique de libéralisation anarchique des télévisions. L'Etat sous le Président Wade a mis les charrues avant les bœufs en confiant les télévisions à des affairistes qui ne sont mus que par la recherche du profit et des politiciens en mal d'audience.
Notre modèle à nous sénégalais est le système audiovisuel Français qui, en libéralisant son espace, vers le début des années 1980,avait pour objectif principal de défendre la culture française avec l'imposition d'un quota de programmes Français en confiant la confection des programmes audiovisuels aux Français, dans le cadre de boites de productions audiovisuelles.
Mais l'esprit de cette libéralisation était surtout d'offrir au jeunes du travail en imposant aux chaines de télévision diffuseurs de laisser la confection de certaines de leurs productions (programmes de stock) aux boites de productions audiovisuelles. Mais au Sénégal, les propriétaires de chaine de télévision sont les producteurs, les promoteurs et les diffuseurs, donc maitrisent(????) toutes la chaine de A à Z.Ce qui est source de toutes les dérives. Il est temps que l'Etat régule l'octroi des licences de télévisions mais aussi la mise en place de "garde-fou" pour de meilleurs contenus dans nos chaines de télévision. La télévision à ses normes et si on en arrive aujourd'hui à avoir comme symbole les lutteurs, les bouffons ou les danseuses, la faute revient essentiellement à l'Etat sénégalais qui a donné des licences à des affairistes et politiciens à tour de bras. Comment peut on comprendre dans un aussi petit pays que le Sénégal (géographiquement parlant), avec un marché publicitaire très réduit, on en arrive à plus d'une quinzaine de télévisions exploitées sans compter la multitude de fréquences attribuées et non exploitées.
La solution est de récupérer les fréquences non exploitées, d'imposer un quota de diffusion de programmes locaux, d'interdire aux télévisions de produire certains programmes de flux en donnant la confection de ces programmes aux jeunes qui produisent du contenu et qui sont sur exploités par les télévisions, d'imposer aux télévisions de mettre les limitations d'âge pour les programmes spécifiques ,en bas des écrans de télévisions etc.......Il faut vraiment qu'on mette en place les états généraux de l'audiovisuel au Sénégal car en matière de télévision, il y a la norme fondamentale qui est le trinôme :informer, éduquer et divertir.

Moustapha Gaye "Fox"

5.Posté par MOUSTAPHA le 19/10/2013 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé ce commentaire a été modéré pour non respect de la charte.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image