leral.net | S'informer en temps réel

Envoi des 2100 soldats au Yémen: ‘’Opération Labayka’’

On croyait que tout a été dit sur l’envoi de nos soldats au Yémen et que la page était définitivement tournée, sur ce chapitre. Mais le Président Macky à sa descente d’avion, de retour d’un voyage, a ré ouvert le débat. Il a déclaré avec agacement que le débat est terminé ‘’un point, un trait’’.


Rédigé par leral.net le Mardi 26 Mai 2015 à 09:01 | | 5 commentaire(s)|

Envoi des 2100 soldats au Yémen: ‘’Opération Labayka’’
Cette sortie du Président de la République nous fait croire que ce chroniqueur du journal Le Témoin Quotidien, bien inspiré, a raison de ‘’baptiser’’… ‘’Opération Labayka’’, le ‘’projet’’ du Président de Macky, décidé obstinément à envoyer, coûte que coûte, nos 2100 soldats au Yémen. (Laybaka, veut dire ‘’présent’’, en arabe).

Sur son obstination et son agacement, nous pensons que notre cher Macky, n’est pas au fait de la culture sénégalaise et africaine. Car au Cayor, au Baol et certainement au Sine et au Saloum, on a l’habitude de dire que ‘’Dinaa ko def, te kenn du ko wax, barke aggu fa’’. Et que ‘’lu defu, waxu, lu ay di njambatt’’. (Les actes à problèmes, posés, suscitent immanquablement des commentaires, qu’aucune aura ou notoriété ne peuvent enrayer).

Mais quoi qu’il en soit, le Président de tous les sénégalais ne devrait pas prendre certaines libertés avec l’histoire, par rapport à sa farouche volonté de trouver, des justifications tirées par les cheveux, pour imposer son ‘’affaire’’ au Sénégal et au Monde.

Avant sa sortie susmentionnée, le journal ‘’Le Témoin Quotidien’’ du Lindi 11 mars 2015, rapporte qu’en recevant les chefs ou ‘’ses’’ chefs de quartier (Certainement triés sur le volet), le Président Macky, aurait déclaré que ‘’ce qui nous lie à l’Arabie Saoudite est très fort : L’Islam ‘’. Puis il ajoute : ‘’notre pays, dans le passé, a participé à la guerre entre l’empire Ottoman, la France et l’Angleterre. Ensuite, il aurait rappelé le rôle joué par le Sénégal lors des deux guerres mondiales, la guerre du Koweït, la guerre d’Indochine et celle du Vietnam. Il a, ailleurs, mentionné les autres pays où les ‘’Jambaar’’ (soldats sénégalais) sont intervenus sous le parapluie de Onu.

Les Sénégalais avertis qui ont pris connaissance de ces propos, ont certainement eu mal quelque part, au regard de cet amalgame. Car si le président avait ‘’consulté ‘’ses ou son ‘’conseiller occulte agrégé d’histoire’’, il aurait certainement, pu nous épargner de ce jeu, à ‘’saute-mouton’’. Car ces guerres-là, pour l’essentiel, ne sont pas des guerres dont les sénégalais devraient s’en en enorgueillir. Les guerres dont notre cher président fait cas, étaient des guerres impérialistes de rapine, des colonialistes dont les colonisés y participaient de gré ou de force. C’est-à-dire sous la contrainte.

Ces guerres sont loin d’avoir le profil de la bataille de Paaté Bajaan ou Paas Koto. Où l’Almamy Maba Diakhou Ba avait défait les spahis (frères des Tirailleurs sénégalais), de Pinet Laprade. Epopée historique, héroïque que l’on cache allègrement à la jeunesse sénégalaise. Donc pourquoi s’en glorifier ? Notre ami Mame Less Camara rappelait récemment à juste titre que ‘’(…) C’est au nom de cette réputation qu’on nous a fait participer au massacre de 50 à 100 000 malgache en 1947. Aujourd’hui, à Madagascar, le mot sénégalais effraie encore les enfants. C’est l’image qu’on a laissé là-bas’’(…) (Le Témoin Quotidien du 06 mai 2015).

Il faut être en face de ‘’ses ‘’chefs de de quartier, loin des professeurs et étudiants d’histoire, pour se permettre de telles ‘’démonstrations’’. Pour ne pas dire manipulations. Car les chefs de quartier du président de l’APR, ici, ont tous chanté en chœur : ‘’ votre décision vient de traduire une fois de plus votre attachement aux principes de l’islam et au rayonnement de la religion musulmane, comme l’atteste votre très grand engagement à moderniser les villes saintes du Sénégal, ajoutent-ils.

Voilà une grave ‘’démonstration’’ qu’on ne pourrait pardonner à un chef d’Etat d’un pays laïque et démocratique qui pose un acte contraire aux dispositions de notre constitution. Et ce qui rend l’argumentaire du président fragile, c’est que l’Arabie Saoudite et ses coalisés agressent ouvertement un pays souverain et indépendant. Ensuite, ils n’osent pas y envoyer des soldats au sol, mais y pratiquent la guerre du ‘’Rëkk Daw’’ (attaquer par derrière et détaler), terme que nous utilisions pendant notre adolescence, pour se venger contre un GRAND. Autrement dit, lorsque les Wahabistes, refusent d’envoyer des soldats, au sol, à l’intérieur du territoire Yéménite et se mettent à pilonner les populations civiles, cela veut dire qu’il y a un danger et un risque qu’ils ne veulent pas prendre. Ici, ‘’Etre plus royaliste que le Roi’’, a tous son sens !

Mais, si Macky Sall, président de l’Apr affiche une telle posture, c’est par ce qu’il sait que la majorité des sénégalais des profondeurs, qui ne savent ni lire, ni écrire, l’arabe, nos langues nationales, à fortiori le français, l’anglais, etc., croient que le Roi d’Arabie Saoudite est un prophète et non un chef d’Etat. Adolescent, nous avons assisté, vers les années 60, à une conversation entre une connaissance et un de nos doyens sénégalais, d’origine libanaise. Ce dernier, expliquait au ‘’néophyte’’, en termes vraiment irrévérencieux que le Roi d’Arabie Saoudite n’incarnait pas le rôle qu’il imaginait à son endroit. Mais le ‘’Astafourlah’’ (interjection pour se repentir) qu’il lui a lancé a failli ‘’secouer’’ la toiture de l’immeuble ou nous nous trouvions.

Le Roi d’Arabie aussi, connait le degré d’ignorance de la moitié de nos compatriotes sénégalais, donc de son degré d’analphabétisme et d’acculturation. C’est pourquoi, il ne s’est pas embarrassé de protocole diplomatique. A ce sujet, Mame Less Camara, montre encore pertinemment que : ‘’(…) Il aurait été plus courtois pour le Roi d’Arabie, tout Roi qu’il soit, qu’il se déplaçât pour demander humblement au peuple Sénégalais de l’aider (…). (cf. Le Témoin du 06 mai 2015).

Maintenant que ‘’l’Islam politique’’ se trouve convoqué dans les justifications du Président Macky, pour soutenir l’Arabie Saoudite (que l’on ne nous accuse surtout pas de politiser le débat), voici deux questions : quelle réponse nos coalisés peuvent-ils donner aux accusations portées contre leur chef de file et le Qatar, selon lesquelles ils seraient les principaux bailleurs de fonds de l’Etat islamique et d’Al-Qaïda ? En tout cas une chose est sûre et certaine, le gouvernement des Etats-Unis est l’allié principal du gouvernement de l’Etat d’Israël, comme il l’est également avec celui d’Arabie Saoudite.

Très tatillon des ‘’droits de l’homme, les Usa, pourtant ferment les yeux sur les pratique du régime saoudien qui exécute au sabre les condamnés à mort (sans possibilité pour-eux, d’aller en Appel ou en cassation concernant leur jugement). Exactement comme le font Al-Qaida, l’Etat islamique et Boko Haram. Notons que les Etats Unis offrent à l’Arabie Saoudite un système de défense quasiment intégré à celui du Pentagone et de l’ONTAN. Ou se trouve l’insécurité concernant l’Arabie Saoudite ?


Notons que le pays de Monroe et de Bush, contrôle quasiment, la première compagnie pétrolière de ce pays, l’ARAMCO, depuis les années 30’. Donc par ricochet, l’Arabie Saoudite, le Qatar, sont des alliés tacites du gouvernement israélien qui, non seulement emprisonne et massacre les jeunes, les femmes et les vieux Palestiniens, menace la paix la stabilité dans cette région du Maghreb, du Golf etc. Non content de cela, le gouvernement israélien inaugure une politique, xénophobe, raciste envers ses propres citoyens, en excluant les juifs d’origine éthiopienne (les falashas) et les citoyens arabes d’Israël (15%), des institutions et réceptifs sociaux.

Les coalisés sénégalais peuvent-ils nous dire pourquoi les monarchies d’Arabie et du golf, ne sont jamais en première ligne lorsqu’il s’agit de flétrir les actes barbares de l’Etat d’ Israël, contre les palestiniens et le peuple libanais ?

Cela dit, il est réconfortant de constater que de jeunes intellectuels sénégalais de culture arabe, commencent à s’engager pour aider les sénégalais à comprendre et à faire la part des choses :

Les carcasses de moutons achetés et laissés par les pèlerins, eux-mêmes, sur les lieux du ‘’Aaj’’ (pèlerinage à la Mecque) que l’on nous fourgue, après la Tabaski, est une attitude qui rend compte de l’Etat d’esprit et du degré de considération que nos coreligionnaires Wahabistes, portent et aux peuples africains. Pourquoi ne pas exonérer les pèlerins de la taxe du Aaj qui rapporterait 54 milliards de dollars, au trésor saoudien ?

Lorsque le gouvernement de l’Etat d’Israël invite des sénégalais, à Tel-Aviv, pour des ‘’vites-machin’’, ou leur distribue des moutons, à l’occasion de la Tabaski ou ‘’créer’’ des fermes ‘’agricoles pilotes’’ (à la portée de tous les ingénieurs agronomes du Sénégal), c’est pour les besoins de la propagande, cherchant à cacher l’ignominie qu’il pratique contre les palestiniens.

C’est le lieu, ici, de rendre hommage au Marabout patriote, feu Cheikh Mbacké dit Gayndé Fatma (beaucoup de sénégalais l’ignorent), qui fait partie des rares personnalités sénégalaises à avoir aidé (sans ostentation), la cause palestinienne.


Dakar le 24 mai 2015
Ababacar Fall-Barros
Ancien conseiller municipal












Hebergeur d'image



Hebergeur d'image