leral.net | S'informer en temps réel

Érection du Siège de la Caisse des Dépôts et Consignations par DPM Constructions : Toute la vérité sur la brouille de 145 millions F Cfa entre le Dg Thierno Niane et le Dg Moustapha Ahmet Amar (Documents)


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Janvier 2016 à 21:07 | | 0 commentaire(s)|

On sait qu’un contentieux oppose, depuis quelques jours, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) à la Société DMP Constructions, qui lui a réalisé son Siège.

Mais ce qu’on ne savait pas, jusqu’ici et que Actusen.com va vous révéler en exclusivité, avec documents à l’appui, c’est que la brouille entre les deux structures respectivement dirigées par le Directeur général Thierno Niane et Mamadou Akhmet Amar (plus connu sous le nom de Moustapha) a pour origine les travaux supplémentaires devant être réalisés au sein du Siège abritant la CDC et la restitution de la Main levée de l’avance de démarrage des travaux.

Dans ce bras de fer, tout y passe : coupure du courant par la Senelec qui a plongé Thierno Niane et ses Services dans le noir, faute de paiement d’une facture estimée à plus d’un million F Cfa ; interdiction d’accès des lieux de l’entrepreneur, son architecte, les agents de la Senelec …par la Caisse des Dépôts et Consignations ; entrée en scène d’huissier commis par le patron de l’entreprise DMP Constructions pour constater ce qu’il qualifie d’occupation irrégulière du Siège de la CDC par celle-ci sans une réception provisoire ; décision de suspension de sa mission de suivi des travaux du Siège de la CDC prise par le Cabinet A2M chargé de procéder au changement des données biométriques…

Et preuve que le ressort est cassé entre le Dg de la CDC, Thierno Niane et le Dg de DMP Constructions, le premier nommé refuse-ou du moins jusqu’à ce que ces lignes soient couchées- de lui verser un reliquat de 145 millions F Cfa que le second lui réclame. D’ailleurs, ce dernier déclare, selon des sources de Actusen.com, à qui veut l’entendre que jusqu’à ce que les poules aient des dents, il ne fera plus une quelconque tache dans ce Siège, si ce n’est, évidemment, la pose d’un poste transformateur.

A travers cette enquête, Actusen.com vous plonge au cœur d’un “mortal kombat” entre deux Directeurs généraux, qui est bien parti pour finir devant les Tribunaux. Avec tout ce que cela pourrait comporter comme déballage….Enquête !

Le temps pourra-t-il les aider à réchauffer l’immense coup de froid qui s’est abattu, depuis quelques jours, sur les relations entre l’homme d’affaires, Mamadou Akhmed Amar, Directeur général de l’entreprise DMP Constructions, et le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), Thierno Agne et ce, autour de leur brouille au sujet du Siège de la CDC ?

Cette question garde tout son pesant d’or. En effet, selon une enquête menée par Actusen.com, tout est parti des travaux supplémentaires et de la restitution de la main levée de l’avance de démarrage des travaux du Siège abritant la CDC. De quoi s’agit-il ? Il s’agit, dans le contrat, d’une avance de 20% du montant du marché gagné par un entrepreneur, pour que celui-ci puisse commencer les travaux.

Sur ce, le boss de l’entreprise DMP Constructions, Mamadou Ahmed Amar, qui avait déposé 100 millions F Cfa auprès de la Caisse nationale de crédit agricole (Cnca), puis restitué l’intégralité de l’avance, avait, finalement, demandé la main levée de la caution, conformément à un courrier dont Actusen.com a obtenu copie et datée du 27 octobre 2015.

Dans une des nombreuses correspondances échangées entre les deux structures (DMP Constructions, d’une part ; et CDC, de l’autre) et dont Actusen.com détient copie, Mamadou Akhmed Amar, s’adressant au Dg Thierno Niane, lui dit : “nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir nous délivrer la Main levée, suite à la restitution intégrale de l’Avance de démarrage pour la réalisation du Siège de la Caisse des Dépôts et Consignations sur la VDN”.
Et face à la sourde oreille à lui opposée, Monsieur Amar, maître-d’oeuvre de l’érection du Siège de la CDC faiblit, mais refuse de rompre. A cet effet, quelques jours plus tard, le Directeur général de DMP Constructions s’est fendu d’une lettre de relance. On est le 8 décembre 2015.
Dans cette Lettre de relance enregistrée sous le Courrier N° 2721 de la CDC, le boss de DMP Constructions fait remarquer au Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations : “dans le cadre de la réalisation du Siège de la Caisse des Dépôts et Consignations, je vous ai fait parvenir une correspondance (Cf Références citées ci-dessus), pour vous inviter à nous délivrer la Main levée de la caution de l’avance de démarrage, suite à sa restitution intégrale de notre part”.
Mais, ajoute le boss de DMP Constructions, “à ce jour, aucune indication ou réponse ne nous est parvenue de votre part. Vous n’ignorez pas que ce retard induit de frais financiers énormes vis-à-vis de l’institution émettrice de ladite caution”. A cet effet, il demande au Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations : “de bien vouloir prendre les meilleures dispositions, pour nous faire parvenir ladite Main levée”.
Mais cette Lettre de relance semble avoir pu faire sortir le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations de son sommeil. Au motif que, le 15 décembre 2015, le Secrétaire général, agissant pour le compte du Dg de la CDC, convoque une réunion.
En effet, dans une correspondance sous le N°00835, le Sg Ababacar Ndao informe le Dg de DMP Constructions que, “dans le cadre du règlement de la demande de substitution de la retenue de garantie de l’entreprise DMP Constructions, vous êtes convoqués en réunion, le jeudi 17 décembre 2015, à 15 heures 30mn, dans le bureau du Secrétaire général de la CDC”.
Objet de cette rencontre : pointage contradictoire des décomptes sur la retenue de garantie de DMP ; questions diverses”, renseigne-t-on dans ladite convocation. Sont destinataires de ce Courrier dont Actusen.com détient copie, Léopold Abba Diatta, Caissier général ; Mamadou Lamine Sylla, DESF ; Mamadou Mboup, Chef du SAGE ; Cheikh Déthialaw Seck, Coordonnateur de la CPM ; Mamadou Ahmed Amar, Gérant de DMP Constructions ; Moustapha Mbengue, Directeur Général de A2M ; Assane Dièye, Ancien Coordonnateur de la CPM.

Lors de cette fameuse réunion, dont le Compte-rendu est reproduit, ici, en fac simile, le Secrétaire général de la Caisse des Dépôts et Consignations a fait part de sa volonté de faire avancer et de finaliser les travaux du chantier.
Ainsi, il a demandé au Chef du SAGE de faire la situation de toutes les cautions décaissées. Par la suite, il a été donné les détails du montant des retenus de garantie sur le marché de base, du montant des retenus de garantie sur l’avenant, du montant de la garantie de soumission sur l’avenant, du montant des cautions restituées ou substituées.

Ce à quoi DMP Constructions et la Caisse des Dépôts et Consignations avaient convenu, lors d’une réunion, le 17 décembre 2015.

Toujours au cours de cette rencontre, le Directeur général de DMP Constructions, prenant la parole, a déclaré à qui veut l’entendre qu’il a présenté la demande de restitution de sa caution, après avoir fait un travail préparatoire avec le CG sortant. Et a, ainsi, invité le CDC à refaire le calcul.
Il a été retenu, lors de cette réunion, au titre des urgences, que la Caisse générale recalcule les montants, que DMP Constructions cautionne le montant restitué (retenue de garantie) ; de ne payer le dernier décompte qu’après la réception provisoire du chantier ; qu’il soit fait deux pré réceptions avant la réception provisoire-la première se fera quinze jours après présentation de la retenue de garantie et l’autre quinze jours après ; l’entreprise s’engage à corriger et compléter tout manquement, avant la réception provisoire-.

Aussi, a-t-il été retenu que soient proposées des solutions pour le paiement des travaux supplémentaires exécutés par l’entreprise et qu’il soit procédé à la Main levée de la caution de l’avance de démarrage”. Après ces conclusions retenues de commun accord entre les différentes parties, la réunion a été levée à 18 heures 20 minutes, d’après le Rapporteur Assane Diène.

A part les versements effectués en Mars et juin 2012 par l’ancien Dg de la Caisse des Dépôts et Consignations, tous les autres versements en faveur de DMP Constructions ont été faits sous le magistère de l’actuel Dg

Quand dans une certaine presse, on avance l’idée selon laquelle c’est l’ancien Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) qui a procédé au paiement des fonds liés à ce marché au patron de DMP Constructions, Actusen.com est en mesure d’écrire, formellement, que rien n’est plus faux. Pour cause, une bonne partie des factures en question ont été, bel et bien, payées à Mamadou Ahmed Amar après le départ de l’ancien Dg de la Caisse des Dépôts et Consignations.
En des termes plus clairs, en dehors des paiements effectués le 29 mars 2012 à hauteur de 81.934326,60 F Cfa et le 12 juin 2012 pour un montant de 138.062.987,23 F Cfa, tous les autres chèques ont été libellés après le départ de l’ancien Dg de la Caisse des Dépôts et Consignations. Donc, sous le magistère de l’actuel maître des lieux Thierno Niane.
D’ailleurs, pour convaincre les plus sceptiques quant à la véracité de ces écrits, Actusen.com vous plonge, à cet effet, dans ce fac simile portant sur le suivi des factures DMP Constructions estimées à un montant total de 264.837.924,18 dont 67.379.128 F Cfa pour l’avance de démarrage du chantier.

Le ressort est cassé et la ligne de vie rompue entre les deux Dg, au détour des travaux supplémentaires

A force de gratter le vernis qui recouvre le différend opposant l’entreprise DMP Constructions à la Caisse des Dépôts et Consignations, Actusen.com a fini par y débusquer une autre dure réalité. Qui fait que tout cale et tout coince entre les deux parties. Il s’agit, en effet, du contentieux autour des travaux supplémentaires.
Le mardi 10 novembre 2015, a eu lieu une visite de chantier dirigée par Saloum Diop, Caissier général, représentant le Directeur général de la CDC empêché.
La visite concernait tous les niveaux de l’immeuble du sous-sol au 7ème étage, en commençant par la façade extérieure. Bref, il s’agissait d’une visite qui rentrait dans le cadre d’une pré-réception ; et ce, pour évaluer les actions entreprises ou à entreprendre et aussi pour recueillir les différentes observations, d’après le Compte-rendu de visite de chantier qui cite l’architecte Moustapha Mbengue.

“Exécuté du 1er au 5ème étage” : ce fut le constat général fait de commun accord par la CDC et DMP Constructions, lors d’une visite du bâtiment

Selon le Compte-rendu de visite de chantier, dont Actusen.com a pu obtenir copie, le constat général fait, au terme de la visite effectuée du 1er au 5ème étage a été clair, net et précis : “exécuté”, mentionne-t-on dans ledit Rapport. Dont voici, à cet effet, le fac simile.
Mieux, même concernant le sixième étage, objet de la brouille entre le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations et le Directeur général de DMP Constructions, le Compte-rendu de visite de chantier renseigne qu’en constat général, c’est exécuté. Il est également fait mention, toujours dans ledit rapport établi par Mme Johnson Fatimatou Dioury, que “les travaux de carrelage sont complètement achevés, il reste à régulariser la facture de l’Entreprise exécutante”.

Même au 6ème étage, le Compte-rendu de la visite de l’immeuble laisse entendre chapeau bas à DPM Constructions .

En un mot comme en mille, à l’issue de cette visite de chantier, “une réunion de débriefing dirigée par le Caissier général s’est tenue dans le bureau du Chef du SAGE. Ce jour-là, l’Entreprise DMP Constructions s’est engagée à terminer les travaux dans un délai d’un mois ; les experts de SESAM et l’AMOA procéderont à la certification du câblage et des autres lots au sortir d’une réunion technique qui se tiendrait avec l’ensemble des intervenants concernés (SESAM, AMOA, BULL, APAVE, CDC,…). Ladite certification des travaux techniques concerne aussi l’électricité, l’informatique et le déménagement de la salle blanche”, conclut le Rapport.
Les relations entre la Société DMP Constructions et la CDC ont commencé par être envenimées, lorsque le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations est allé, pour la première fois, procéder à une visite des lieux.
Ce jour-là, a appris Actusen.com de sources dignes de foi, Thierno Niane a demandé à l’entreprise, maître d’oeuvre de l’immeuble, d’effectuer des travaux supplémentaires. Qui va me payer les charges supplémentaires, lui rétorqua, à l’époque, le boss de DMP Constructions.
Devant l’architecte et deux autres témoins-clés de cette brouille, le Dg de la Caisse des Dépôts et Consignations s’engagea à en assurer les charges. Alors, Mamadou Ameth Amar exécuta un premier coup de pioche dans le bureau du Directeur Thierno Niane. Précisément sur les carreaux que celui-ci avait lui-même choisis, renseigne une source présente sur place, ce jour-là.

Début de brouille entre deux Directeurs généraux : il était une fois une affaire de carreaux aux trois couleurs.

Quelques jours plus tard, l’homme fort de la Caisse des Dépôts et Consignations retourne sur les lieux, dans le cadre d’une visite de déménagement.
Là, il demande au gérant de DMP Constructions d’enlever les carreaux de son bureau situé au sixième niveau de l’imposante bâtisse. Motif invoqué : ceux-ci comportaient trois couleurs qui n’étaient pas à son goût.
Les jours passent et les rapports entre les deux hommes vont de mal en pis. N’empêche, ajoutent les sources de Actusen.com, le Dg de DMP Constructions saisit le Dg de la CDC, le 6 octobre 2015, d’une correspondance, restée sans suite.
Dans cette lettre, Mamadou Akhmet Amar écrit : “dans le cadre des travaux de construction du Siège de la CDC, nous avons posé le carrelage du 6ème étage, conformément au cahier des charges sous le contrôle de l’architecte.
Aujourd’hui, vous nous avez demandé de les déposer et les remplacer par d’autres carreaux sur votre propre initiative.
En effet, ces travaux vont induire des coûts supplémentaires. Par conséquent, nous vous demandons de nous adresser un courrier dans ce sens, pour que nous puissions vous soumettre un devis et diligenter l’opération”.
Mais le boss de DMP Constructions aura vendangé son encre, en se fendant de cette missive. Car celle-ci sera rangée dans les tiroirs décatis de l’oubli. Alors, finalement, a-t-on appris, le Sieur Amar se braque et refuse, depuis lors, de ne plus procéder à une quelconque tache dans le bureau du patron de la Caisse des Dépôts et Consignations. D’autant que ce dernier n’acceptait plus de lui parler.
D’ailleurs, selon toujours nos mêmes sources, même les climatiseurs qui devaient être posés par le gérant de l’entreprise DMP Constructions ne l’ont pas été. Dans la foulée, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la Caisse des Dépôts et Consignations décide de déménager, sans réception provisoire du bâtiment.

La Senelec lui coupe le courant, pour non-paiement d’une facture estimée à plus de 1 million F Cfa : le Dg de la CDC arrache le compteur initialement installé par le Dg de DMP Constructions et en branche un autre

Le ressort entre Mamadou Akhmet Amar et Thierno Niane s’est définitivement cassé, quand quelques jours après ce déménagement sans réception provisoire du bâtiment, l’eau et l’électricité ont été coupées. Après que le patron de la Société DMP Constructions a refusé de payer une facture estimée à plus d’un million F Cfa et dont le règlement arrivait à terme le 9 janvier dernier.
Une attitude du boss de DMP Constructions, qui, vraisemblablement, visait à rendre la vie dure au Dg de la CDC, “coupable” non seulement de ne pas donner une suite favorable à la demande de Main levée sur sa caution. Mais aussi, de ne plus répondre à aucune des nombreuses correspondances à lui adressées.

La Caisse des Dépôts et Consignations interdit au Dg de DMP Constructions, à l’Architecte Moustapha Mbengue, à un agent de Senelec…l’accès au bâtiment.

La ligne de vie entre Thierno Niane et Mamadou Ameth Amar a été littéralement rompue, lorsque inspirée par on ne sait pas qui, la Caisse des Dépôts et Consignations a, volontairement et sans aval, coupé le compteur électrique N° 1420643850 0 affichant l’index : 1518474 que le Dg de DMP Constructions avait installé pour les besoins des travaux de l’immeuble sis au n°7 VDN qu’ils ont occupé avant que la réception provisoire ne soit faite.

Selon le procès-verbal de constat fait, à cet effet, l’huissier Malick Ndiaye, commis par le requérant Mamadou Akhmet Amar, suite à la signification de lettre en date du 06-01-2016 de la Caisse des Dépôts et des Consignations faite au Cabinet A2M (Ndlr : architecte de l’immeuble) lui demandant d’inviter son entreprise à mettre en place le poste transformateur de l’immeuble, la lettre en date du 8 janvier 2016 du Cabinet A2M lui ordonnant de poser ledit transformateur et la lettre du 11 janvier pour le contrôle d’accès, il désirait se rendre audit bâtiment en compagnie de Moustapha Mbengue, Architecte du Cabinet A2M, de Abdoulaye Diallo, Agent de la Senelec et de Assane Dione, Technicien de la Société DISSEL, pour les besoins de la pose dudit transformateur.

Malheureusement, pour tout ce beau monde, une fois sur les lieux, le policier en faction a joint par téléphone un certain Monsieur Mboup, SAGE de la CDC, qui est venu trouver toutes ces personnes au poste d’entrée. Puis, l’accès au bâtiment leur a été interdit. Voici, à cet effet, le facsimilé du Procès-verbal de constat de l’huissier Malick Ndiaye.

Le 11 janvier, le Dg Thierno Niane le somme de changer les données biométriques ; Mamadou Ahmet Amar se rend à l’immeuble pour s’exécuter, mais y est éconduit

Le 15 janvier 2016, on a assisté à une escalade dans les relations entre la Caisse des Dépôts et Consignations et tous ceux qui s’activent dans le bâtiment, et pour cause. C’est à cette date que le Cabinet A2M, précisément son Directeur, saisi le Dg de la CDC d’une lettre de suspension de la mission de suivi des travaux du Siège de la CDC.

Pour ce faire, le Cabinet-architecture-d’urbanisme-design-et conseils écrit : “suite aux courriers que vous m’aviez adressés, le 8 janvier et 11 janvier 2016 référencées respectivement 0003/CDC.DG/SAGE et 12CDC/DG portant objets suivants : demande de changement des données biométriques pour la chambre forte et Lettre d’information relative au poste transformateur, je vous informe que les dispositions nécessaires ont été prises avec l’entreprise DMP, pour répondre à votre demande, mais à ma grande surprise, on nous a fait savoir que vous avez donné instruction pour qu’on n’y accède pas”.

Par conséquent, fait noter l’architecte, “je vous informe de la suspension de ma mission de suivi jusqu’à ce que vous m’autorisiez officiellement à accéder dans l’immeuble”. En d’autres termes, dès que l’envie de procéder au changement des données biométriques l’en démangeait, le Dg de CDC pourrait voir celui-ci s’effectuer.

Le Cabinet A2M chargé de procéder au changement des données biométriques suspend la mission de suivi des travaux du Siège de la CDC, pour avoir été éconduit des lieux

Pour rappel, c’est dans une lettre datée du 11 janvier 2016 que le Directeur général de la CDC avait saisi le Cabinet d’une lettre aux fins de faire procéder au changement des données biométriques pour la chambre forte.
Dans cette correspondance dont Actusen.com détient copie, Thierno Niane écrit : “à la suite de la nomination de Monsieur Léopold Abba Diatta au poste de Caissier général en remplacement de Monsieur Saloum Diop, je vous invite à organiser avec l’Entreprise DMP Constructions et les parties concernées, le changement des données biométriques (empreintes digitales) enregistrées pour l’accès à la chambre forte.
Pour ceux qui ne le savent pas, c’est dans cette fameuse chambre forte où sont déposées de très grosses fortunes de certaines personnalités qui ont actuellement maille à pâtir avec la justice. Notamment dans le cadre de la traque des biens mal acquis.

A ce jour, DPM Constructions réclame 145 millions F Cfa à la CDC et dit ne rien lui devoir, si ce n’est un poste transformateur

Selon des sources généralement bien informées, la CDC reste devoir à DPM Constructions la somme de 145 millions F Cfa sur un marché de base initial de 1 milliard 871 millions 642 mille 433 F Cfa TTC et un avenant de 554 millions 343 mille 092 F Cfa signé par Thierno Niane. En d’autres termes, la CDC a déjà payé 1 milliard 736 millions 159 mille 723 F Cfa, soit 93% du paiement dû à DPM Constructions.
Le moins que l’on puisse dire est que le retard, le très grand retard, d’ailleurs, accusé par l’entreprise DPM dans la livraison du joyau n’a pas laissé indifférent la Cour des comptes, dans un Rapport provisoire concernant la gestion 2008-2013 de la Caisse des Dépôts et Consignations.
Pour cause, Actusen.com a appris que la Cour des Comptes s’émeut du fait qu’en dépit de l’immense retard noté dans la livraison du bâtiment, aucune sanction n’ait jamais été prise ou même envisagée par la CDC à l’endroit de l’entreprise contractante.

La Cour des Comptes s’émeut du fait qu’en dépit de l’immense retard accusé dans la livraison du bâtiment, aucune sanction n’ait été prise par la CDC contre la Société contractante

En coulisses, le Dg de DPM Constructions estime ne devoir à la CDC qu’un poste transformateur qu’il dit avoir déjà acquis et dont la pose lui a été interdite par les Services du Dg Thierno Niane.
“Moi, j’ai réalisé les travaux du Siège à 98% et je suis prêt à ce que l’Etat s’attache les services d’un expert pour vérifier la conformité ou non de mon travail avec le cahier de charges. Alors, je suis prêt à me battre de toutes mes forces, pour entrer en possession de mes 145 millions F Cfa que la CDC me doit”, se gargariserait Mamadou Ahmet Amar, selon toujours nos sources.
Et dans la foulée, pour légitimer ce qu’il qualifie d’acharnement dont il dit être victime de la part de la CDC, le Dg de DPM Constructions se plaît, dit-on, à faire le parallèle entre le bâtiment de la controverse et l’affaire “Cerc à qui on a vendu le site des Almadies à 14 milliards F Cfa sans bourse délier, à qui on a avancé dans un compte courant 5 milliards F Cfa et qui, jusqu’à ce jour, n’a même pas implanté un piquet”, dont nos confrères de Zik Fm ont parlé, hier mercredi, dans leurs éditions de la journée.

D’ailleurs, selon toujours certaines indiscrétions, Mamadou Akhmet Amar, se confiant à certains agents de la Caisse des Dépôts et Consignations, leur a dit qu’il est prêt à en découdre avec leur patron devant les Tribunaux. Car, fulmine-t-il, “je sais, Thierno Niane sait et Dieu sait que je rentrerai dans mes fonds, parce que j’ai rempli toute ma part du contrat”. Et d’en rajouter, selon toujours nos sources, cette couche menaçante : “quand on ira devant le Tribunal, toute l’opinion sera éclairée sur la seule raison pour laquelle on refuse de me payer mon reliquat”.


ACTUSEN.com





















Hebergeur d'image