leral.net | S'informer en temps réel

Escroquerie au visa. Rémi, le faux informaticien du consulat.

Rémi Sylvain Bakane Kimbembé, dit « Brunit Rémi », ne cherche pas loin pour flouer des gens. Il prend son propre ami dans une opération d’escroquerie au visa. Il a soutiré à Birame Badiane, directeur commercial de la société « Gora Internationale », la somme de 484 mille 205 francs Cfa pour un hypothétique visa de la Turquie.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Juillet 2011 à 13:44 | | 0 commentaire(s)|

Escroquerie au visa. Rémi, le faux informaticien du consulat.
Rémi Sylvain Babakane Kimbebé dit « Brunot Rémi » et Birame Badiane, directeur commercial de la société ‘Gora Inter-nationale » ont connu un an d’amitié jusqu’au moment ou le premier fit croire au second qu’il est un « Monsieur visa Shenghen ». content d’apprendre une telle nouvelle, Badiane lui confie le dossier d’une amie. Mais c’est après s’être fait soutirer plus de 400 mille francs Cfa pour un hypothétique visa turc que Badiane se rendit compte des manœuvres de son ami.
Rémi, originaire du Gongo Brazza et âgé de 35 ans est accusé de faire dans l’escroquerie au visa. Malgré l’amitié qui le lit à Birame Badiane depuis 2010, Rémi a soutenu à ce dernier qu’il était le responsable du Parc informatique du consulat du Congo Brazza à Dakar. De ce fait, il a des facilités pour démarcher des visas Shenghen. Et bien que les deux se soient connus dans le cadre d’affaires commerciales, Badiane crut à Rémi. Surtout que ce dernier a juré de lui trouver le sésame gratuitement.
Badiane lui confie le dossier d’une de ses amies du nom de Maguette Diène pour un visa de la Turquie. Il s’agit d’un passeport, d’un registre de commerce, d’une carte import-export et d’un relevé de compte bancaire de la candidate. Contre toute attente, Rémi qui a promis de décrocher le visa gratuitement compte tenu de son amitié avec Badiane se rétracte et réclame des sous. Badiane verse successivement des sommes d’argent pour l’obtention du Ninea et des frais ayant trait aux dossiers à l’ambassade de Turquie. Le total atteint 484 mille 205 francs Cfa.
L’argent versé, le visa tarde toujours à sortir malgré les multiples rendez-vous. Las d’être traîné dans la boue, Badiane se rend alors à la police des Parcelles Assainies pour porter plainte contre Rémi. Cueilli et soumis aux questions des limiers, ce dernier reconnait sans ambages les faits avant de demander la clémence. Mais c’était sans compter avec l’aveu reine des preuves. Rémi a ainsi été placé en garde à vue pour escroquerie au visa avant d’être déféré au parquet.

walf grand place






Hebergeur d'image