leral.net | S'informer en temps réel

Escroquerie et usurpation de fonction : Un Doctorant, ignorant le Droit international, à la barre

Se disant titulaire d'un DEA en Droit international et se faisant passer tour à tour pour le président du tribunal de Louga, un huissier, clerc d'un certain Pape Omar Sow du barreau de Saint-Louis ou encore avocat dans le cabinet de Me Abdou Dialy Kane, Abdourahmane Gaye risque deux ans de prison ferme.


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Septembre 2014 à 13:47 | | 0 commentaire(s)|

Escroquerie et usurpation de fonction : Un Doctorant, ignorant le Droit international, à la barre
Comme un caméléon, Abdourahmane Gaye change de profession au gré des circonstances. Se faisant passer tour à tour pour un magistrat, un avocat, un huissier ou un clerc, il a réussi à mener tout le monde en bateau y compris cette dame à qui il a soutiré la somme de 67.000 francs Cfa. En effet, Abdourahmane Gaye, qui n'avait rien à faire depuis un certain temps, s'est trouvé une idée toute particulière pour se faire de l'argent. C'est ainsi que, dans son entreprise délictuelle, il a intégré le milieu de la justice et le Palais de justice de Dakar pour se faire engager comme clerc dans un cabinet d'avocat. Cependant, son souhait ne s'étant pas réalisé, il tombe comme par enchantement sur une robe d'avocat qu'il s'empresse d'enrouler dans son sac. Et, c'est le début d'une autre vie qui commence. Pendant un an et demi, il enfile cette robe pour squatter les locaux du tribunal de Pikine, approchant les clients qui lui confie des dossiers pour ensuite encaisser l'argent et disparaître. C'est ce qui est arrivé à la dame Dramé qui, cherchant un avocat pour un dossier d'hérédité, tombe sur "Me Gaye". Pour les frais, il lui demande la somme de vingt mille francs Cfa. La pauvre dame s'exécute et donne le montant. Toutefois, pour bien ferrer sa proie, Abdourahmane Gaye fixe un rendez-vous à sa victime et arrive avec un certain Mané qu'il présente comme un huissier pour empocher la somme de 37.000 francs Cfa.

L'Ordre des avocat s'en indigne

Mais, dans la vie, toute chose a une fin. Un jour, alors qu'un avocat constitué pour une urgence cherchait à être substitué, Abdourahmane Gaye, la robe entre les mains et se disant collaborateur de Me Abdou Dialy Kane, refusa catégoriquement de suppléer à son collègue. Furieux, ce dernier saisit le cabinet de Me Kane où il apprend que le cabinet n'avait aucun collaborateur du nom de Me Gaye. Pour laver son honneur, le cabinet s'en ouvre au président du tribunal de Pikine qui prend les mesures idoines. Dès le lendemain, il tombe dans son propre piège avec la robe de Me Abdou Dialy Kane qui avait disparu depuis belle lurette.

Interrogé, hier, à la barre, Abdourahmane Gaye a persisté en déclarant qu'il est "titulaire d'un DEA en relations internationales et clerc dans un cabinet sis à Saint-Louis. Mais, les questions qui lui étaient posées par les juges, le procureur et les avocats ont démontré qu'il n'aurait même pas franchi la première année de la Faculté de Droit car il n'était même pas en mesure de donner le sujet de son mémoire de maîtrise et le nom de son professeur encadreur. Suffisant pour que l'Ordre des avocats ainsi que Me Dialy Kane se constituent partie civile et réclame le franc symbolique et la restitution de la robe d'avocat tout en demandant au tribunal "d'être ferme pour réprimer de tels actes". Quant à la victime, elle a réclamé la restitution des sommes perçues. Ils seront suivis par le procureur qui a requis deux ans de prison ferme, estimant que les faits sont d'une "extrême gravité". Au même moment, la défense a sollicité la clémence en indiquant que "le fait de ne pas prêter serment n'empêche pas son client d'être un clerc. Fort de toutes ces considérations, le tribunal a mis l'affaire en délibéré au 9 septembre pour une bonne administration de la justice.

L'As






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image