leral.net | S'informer en temps réel

Et le citoyen ordinaire est-il protégé face à l’outrage ?

Les sorties de Macky Sall sont toujours intéressantes en ce sens qu’elles sont révélatrices de ses limites. Son service de communication devrait lui conseiller de la mettre en veilleuse, ce qui serait une excellente solution. « La parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Même s’il lit un discours, c’est du pareil au même que s’il improvise. C’est une catastrophe. C’est ce qui explique donc son absence des débats d’idées lorsqu’il était simple responsable politique du PDS. Il n’était pas à la hauteur.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Décembre 2012 à 15:43 | | 1 commentaire(s)|

Et le citoyen ordinaire est-il protégé face à l’outrage ?
Il serait fastidieux de revenir sur la forme et le contenu de ses discours écrits qui brillent par leur français vague. Dans ses improvisations, ce sont les contradictions qui sont nombreuses. Mais la forme n’est pas en reste, un exemple : « L’ancien Président de la République a dit avant de partir que le prochain gouvernement ne pourra même pas payer les salaires. Il sait pourquoi il l’a dit, car ils ont vidé toutes les caisses du pays et le Sénégal, au moment où je vous parle est criblé de dettes. Des dettes qu’on ne sait (aïe) même pas comment faire pour les payer, même si on est dessus ». A moins qu’il ait avalé le « à un tel point ». Mais le plus drôle c’est le « Ñi gi ci kawam », un français des Tirailleurs quoi ! Peut être que le journaliste l’a mal cité, cependant le fait se produit si souvent qu’il est difficile de le croire.
Dans une de ses dernières sorties, il vient de découvrir que la fonction de président de la République est régie et protégée par la Constitution. Une révélation pour ceux qui ne le savaient pas. Mieux, c’est sûrement à partir du 25 mars 2012 que la fonction de premier magistrat du pays, protégée par la loi fondamentale, a démarré son existence. Et les insultes contre les institutions par la même occasion.
Avant d’être un citoyen extraordinaire, Macky Sall doit savoir qu’il est avant tout un Sénégalais comme les autres et qu’une injure est blessante aussi bien pour le citoyen ordinaire que le citoyen demi-dieu qu’il se donne d’être. A ce titre, il aurait dû s’émouvoir et réagir toutes les fois qu’une attaque verbale déplacée et salissante est prononcée à l’encontre du Sénégal ou d’un Sénégalais quel que soit son bord politique. Mais on se rend compte que pour lui la dignité commence et s’arrête à la porte de sa coalition.
Il n’y a pas plus d’une semaine que Seydou Guèye, Secrétaire général de son gouvernement, s’est adressé, en des termes inélégants pour ne pas dire d’une bassesse incroyable, à l’ancien ministre d’Etat Cheikh Tidiane Sy, ayant l’âge de son père, qui n’a fait que poser à son patron une question qui plus est en des termes extrêmement courtois. Et pourtant aucune sanction n’a été prononcée à son encontre. Peut être parce que Cheikh Tidiane Sy est un simple individu. En effet, les membres de la coalition autour de Macky Sall peuvent sans conséquence aucune insulter cette catégorie de Sénégalais, « citoyen ordinaire qui ne peut bénéficier d’aucun privilège ». De ce fait, Macky Sall reconnaît et légitime l’existence de deux types d’homo senegalensis, celui qui a la liberté de proférer des insanités et l’autre obligé de les subir.
Nous espérons qu’il va aller plus loin dans sa soudaine prise de conscience de la portée de l’Injure grave de fait ou de parole en appliquant des mesures contre les coupables d’outrages sur de simples citoyens dans les organes de presse qui le soutiennent.
Parmi les autres contradictions notées chez Macky Sall, il y a celle-là grosse et bizarre. Selon lui, « les libéraux ont vidé les caisses de l’Etat avant de partir ». Son ministre de l’Economie et des Finances l’avait déjà fait savoir. Subitement, le même Macky Sall comme touché par la grâce divine nous sert depuis Louga que cette région va recevoir des investissements de près de 200 milliards et que l’argent était déjà sur place. Ce qui veut dire donc qu’en huit mois, partant de caisses vides, il aurait réussi à les remplir à ras bord. Nous aimerions bien savoir comment et par quel canal. Les mêmes promesses ont été faites à Ziguinchor (360 milliards), Saint-Louis (300 milliards), Diourbel (209 milliards), Kaolack (255 milliards)… avec la même assurance du pactole à portée de main. A croire qu’il dispose d’une rotative dans les sous-sols du palais de la République pour imprimer des billets de banque et même dans ce cas, il devrait tirer des coupures de 500 000 ou d’un million de francs CFA pour suivre le rythme des promesses.
Il vient aussi de déclarer que même « ses propres alliés ne seront pas épargnés dans la traque des biens mal acquis ». Que dire de ses amis d’hier qui le sont encore restés et les coupables de crime de sang d’aujourd’hui dans ses propres rangs, libres de tout mouvement ? Macky Sall a ceci de particulier qu’il ne s’intéresse qu’aux faits et occasions qui lui permettent de se venger de ses anciens compagnons.
Il déclare encore que les libéraux avaient tout le temps de prouver sa culpabilité lorsqu’il était un citoyen ordinaire. Seulement, il oublie que ce n’était pas une préoccupation majeure, un Macky Sall en prison n’apportant rien de substantiel et décisif à notre pays, sinon la crise. Le Sénégal du Président Abdoulaye Wade avait d’autres urgences guidées par une vision orientée vers le développement. Nous voyons exactement où mène la politique caractérisée par le manque de clairvoyance, de lucidité et d’originalité qu’il a mise en œuvre.
Il est devenu évident que les actes « de mystique, de sorcellerie, d’anthropophagie et de fétichisme » qui lui sont reprochés l’ont touché et déstabilisé, apportant la preuve donc que celui « qui se sent morveux se mouche ». Il admet que sa conscience est rempli de ce tort.
Il y a des gens qui sont ainsi, « comme un éléphant dans une boutique de porcelaine ».
Il existe un moyen juridique permettant de légiférer efficacement contre l’offense à chef de l’Etat. Il suffit qu’il quitte les habits de chef de parti pour rester uniquement président de la République. Tant qu’il sera le secrétaire général de l’APR, il fera l’objet d’attaques politiques de la part de ses adversaires politiques. Il est à l’origine du mélange des genres puisqu’il se sert de sa fonction de chef de l’Etat pour mener une guerre politique de liquidation du Parti Démocratique Sénégalais.



1.Posté par yaks le 25/12/2012 12:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Analyse tres pertinente
Fais dans un français clair, limpide, et surtout sans aucune Haine !l!
li foukh ak déss dal moy Macky Deumeula !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image