leral.net | S'informer en temps réel

Et pourquoi l’Ambassadeur de France doit-il se gêner de parler ainsi ? - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Lundi 16 Mars 2015 à 08:40 | | 0 commentaire(s)|

Et pourquoi l’Ambassadeur de France doit-il se gêner de parler ainsi ? - Par Alioune Badara Niang
Par les nombreuses réactions qu’ils provoquent, les propos de l’ambassadeur de France, Jean Félix Paganon, tenus dans l’émission « Grand jury » sur la RFM du Dimanche 08 Mars 2015 dont il était l’invité, continuent de dominer l’actualité sénégalaise. En effet, devant ce « Grand Jury » (avant l’heure), le chevronné diplomate bourlingueur (Koweït, Afrique du Sud, Egypte, Sénégal…) n’a pas eu besoin d’user de circonlocutions pour donner son avis sur le procès du « fils de », comprenez Karim Wade, affirmant que le non-lieu serait surprenant comme décision de la CREI. Et allez hop ! Une polémique d’une hargne incroyable s’est déclenchée par une partie de l’opinion publique (principalement les membres du Parti Démocratique Sénégalais et leurs Alliés) qui parle d’ingérence dans la justice mal avisée et inopportune (paroles insensées qui font rire les petits écoliers). Sapristi ! Et cette pluie de réactions tonitruantes de stupeur, de consternation, de hoquets et de fausse route avec des gloups et des « Mon Dieu !», est juste un paravent qui cache mal des calculs politiques inavoués de ces complexés dézingueurs qui serinent par pur opportunisme (comme toujours) le principe (déjà éculé) de la non-ingérence. Autant le dire tout de go, ce « débat » est un nouvel ajout à l’empilement incohérent d’actes d’opposants habitués de l’abracadabrantesque (c’est bien connu, le Peuple est con et oublieux !). Nous sommes tous « cons cernés » !

Il leur faut un défouloir pour donner le change mais cela ne trompe personne. Entendons-nous bien : Ingérence? On se demande laquelle ! Surtout qu’il faut garder à l’esprit le geste (prémices) de base que c’est l’immonde Abdoulaye Wade qui a « fait appel à l’étranger » (tout en n’y croyant pas lui-même) par des courriers (la cour et la ruée) adressés aux Présidents Obama et Hollande entre autres, pour solliciter leur intervention (leur ingérence !) dans un dossier sénégalo-sénégalais. Amusant non ? Alors pour avoir voulu manier la ruse avec désinvolture en se croyant plus intelligent, le PDS et ses Alliés (les vilains !) sont tombés « pieds joints » dans le piège qu’ils ont tendu au pouvoir. On ne peut vouloir une chose et son contraire. Qu'on se le dise : Karim a deux types d’avocats, ses conseils (grévistes) pour le droit, son pater Abdoulaye Wade pour le tordu. La tuile ! Donc évoquer les propos de Paganon comme de l’ingérence (Article 41 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques adoptée le 18 avril 1961 et entrée en vigueur le 24 avril 1964) est un argument aussi grandiloquent que creux (à pleurer ou à vomir, c’est selon !) dont l’opposition cherche à user et abuser tout en sachant qu’elle a perdu toute crédibilité. Quand même, chapeau artistes gémissants car on connaît la technique habituelle à savoir que l'ingérence est recherchée et même souhaitée par l’opposition lorsqu'elle la conforte et lui témoigne ses complaisances, mais elle est dénoncée et ciblée dès lors qu'elle met en exergue ses manquements et ses contradictions. Ceci va avec cela.

En toute hypothèse, je ne crois pas un instant que ceux qui accablent les propos du diplomate français soient réellement surpris par ce qu’il a dit. Une absence de non-lieu pour Karim Wade est un épiphénomène (mais bien sûr !). Cette éventualité n’est pas un scoop, car l’immense majorité des sénégalais pense comme tel. Monsieur l’ambassadeur ne nous apprend rien d’autre que ce que nous connaissions déjà, ce n’est un secret pour personne, en tout cas pas pour ceux et celles qui suivent le procès du « fils de ». Mais, en aucun moment le diplomate n’a fait de jugement de valeur, apporté des critiques dans la marche des affaires intérieures du Sénégal. Alors tenter la critique de l’ingérence est une allusion qui ne déride personne, c’est le genre de petit mensonge insignifiant et infect qui ne repose que sur des calculs politiques (et même politiciens). Cela est d’autant plus vrai que si Paganon avait soutenu que Karim Wade n’a rien fait, ses droits ont été violés et que c’est un procès purement politique ! Sûr que la réaction de ces manipulateurs serait toute autre qu’un beuglement ((je pouffe). Très évidemment ! Qui est fou?

Sans rien enlever à tout cela, car tout cela est vrai, je ne peux manquer de dire à ces opposants loufoques ceci : Arrêtez votre cirque, il est de mauvais goût et même indigeste. Votre situation est aberrante, insensée et absurde, mais il est vrai aussi que vous êtes des espèces aberrantes. Pouf !
Un combat fût-il politique doit se mener sous l’aune de principes (valeurs) et non de prétextes (opportunités). Il serait plus que temps que vous commenciez à prêcher par l’exemple…..le bon ! Au train où vont vos dérapages, votre débâcle s’annonce terrible !

Nenni ! Nous ne relâcherons pas notre attention et nous laisser distraire par des procès d’intention intentés par des olibrius qui rêvent de revanche sur un passé pas glorieux (loin s’en faut) qui n’obsède plus qu’eux.

aliounebadaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image