Leral.net | S'informer en temps réel



Et si Jack l'Éventreur était une femme ?

le 9 Mai 2012 à 17:39 | Lu 623 fois

Un avocat estime que le célèbre tueur britannique du XIXe siècle était l'épouse d'un chirurgien, qui figure lui-même parmi la liste potentielle des suspects. Une théorie accueillie avec beaucoup de scepticisme.


Et si Jack l'Éventreur était une femme ?
124 ans après les meurtres de cinq prostituées londoniennes, le mythe de Jack l'Éventreur engendre toujours son lot de théories. Dernière en date, celle d'un avocat à la retraite John Morris qui affirme que le tueur en série était une femme: Lizzie Williams. Cette Galloise était mariée au chirurgien John Williams, considéré comme un suspect potentiel par certains spécialistes de Jack l'Éventreur (surnommés Ripperologystes). Lizzie Williams, 38 ans au moment des crimes, aurait visé ses cinq victimes par frustration et vengeance car elle ne pouvait avoir d'enfants, avance John Morris.

Cinq victimes avérées, toutes des filles de joie, sont attribuées à Jack l'Éventreur qui a sévi entre le 31 août et le 9 novembre 1888 dans l'Est londonien avant de disparaître. Dans son livre Jack the Ripper the hand of a woman, John Morris rappelle que le tueur a enlevé l'utérus de trois de ses victimes. Un acte qui suppose une certaine connaissance de l'anatomie que Lizzie Williams aurait pu gagner auprès de son mari. Pour appuyer sa théorie, John Morris a épluché des centaines de documents d'époque: procès-verbaux, rapports d'autopsie…

L'avocat souligne qu'aucune des victimes n'a été agressée sexuellement. Les effets personnels d'une des filles ont été déposés autour d'elle «d'une manière typiquement féminine». Trois boutons appartenant à une bottine ont été découverts maculés de sang près d'une autre victime. Les restes brûlés d'une cape, jupe et chapeau ont été retrouvés dans la cheminée de la dernière victime, Mary Kelly. Or, des témoins ont déclaré lors de l'enquête n'avoir jamais vu la jeune femme de 25 ans les porter.

Dépression nerveuse après l'arrêt des meurtres
John Morris voit aussi dans l'arrêt des assassinats après le meurtre de Mary Kelly un élément à charge supplémentaire contre Lizzie Williams. Des spéculations très contestées font état d'une liaison entre John Williams et Mary Kelly. Lizzie Williams aurait arrêté sa folie meurtrière après avoir éliminé sa rivale, défend John Morris. Peu après la fin des meurtres, la Galloise a souffert d'une dépression nerveuse, remarque John Morris. Morte en 1912, elle n'a jamais été interrogée par la police.

La parution de Jack the Ripper the hand of a woman en mars dernier a été discrète, mais l'essai a trouvé un nouvel écho dans la presse anglophone, mardi, suite à la parution d'un article dans le Birmingham Times. En revanche, l'accueil des historiens a été beaucoup plus frais, à en croire John Morris. «Ma théorie va à l'encontre de croyances très anciennes. Parce que tout le monde est convaincu que Jack était un homme, toutes les preuves allant dans le sens d'une tueuse en série ont été ignorées», déplore-t-il.

Ceci dit, John Morris n'est pas le premier à avoir émis l'hypothèse d'une criminelle. Le détective en charge de l'affaire en 1888 ne l'excluait pas. Dans les années 1930 était évoquée la piste d'une sage-femme pratiquant des avortements clandestins. En 2006, des prélèvements ADN sur les lettres qu'aurait écrites Jack l'Éventreur suggéraient que le rédacteur de ces missives était plutôt une femme. Sur la longue liste de suspects ayant retenu l'attention de la police londonienne est apparu un seul nom féminin, Mary Pearcey, exécutée en 1890 pour avoir égorgé la maîtresse de son mari.

Faute d'avoir mis la main sur le meurtrier, au fil des décennies, romanciers et criminologues ont incriminé plus d'une quarantaine de personnes dont le peintre impressionniste Walter Sickert, un intendant des pompes funèbres, un petit-fils de la reine Victoria, un marin allemand exécuté aux États-Unis en 1894…


Par Constance Jamet