leral.net | S'informer en temps réel

Et si le ridicule tuait ….au Sénégal ?


Rédigé par leral.net le Vendredi 15 Mai 2015 à 13:33 | | 12 commentaire(s)|

Et si le ridicule tuait ….au Sénégal ?
Le Sénégalais verse quotidiennement dans la palabre stérile. Beaucoup de discours, mais peu d'actes positifs pour des résultats concrets. Comment demander aux casamançais, après les séjours réguliers avec des mesures économiques importantes prises pour notre région par le président de la République, d’accepter Tout sauf un second mandat pour ce président ? C’est ridicule de vouloir profiter d’un lancement d’une plateforme avec des politiciens en mal de popularité et encagoulés dans la société civile, pour se permettre de faire des sorties médiatiques dénudées de fondement après les directives du Président de la République pour mettre notre région sur orbite?

Quand on réalise que l’on est écarté ou même délaissé pour incompétence et inutilité, quand on réalise que l’on est convoqué pour la reddition des comptes, on se mue rapidement en ennemis irréductibles, aveuglé par la haine et avec la méchanceté gratuite comme moyen d’expression.

Le choix de la Casamance pour tester la territorialisation avec le projet pole développement de la Casamance et des mesures incitatives nous comble de satisfaction car jamais nous n’avions autant attiré l’attention sur notre région. Toutes les mesures économiques prises nous poussent à faire de bons projets structurants pour faire de notre région un hub économique sous régional.

Où étaient, ceux qui, aujourd’hui, nous demandent de ne pas soutenir le Président pendant des années où le potentiel de notre région était mis en veilleuse ? Où étaient ceux qui veulent, aujourd’hui, nous éloigner de cette opportunité pour développer de notre terroir? Quelle est la motivation de ces responsables de partis cabine pour s’intéresser à notre région ? Comment peut-on construire un progrès sain dans une atmosphère sociale aussi viciée ? Face á des partis politiques peu significatifs, dépassés par l’apprenti, les frustrés, bien incapables de proposer une véritable alternative (mobilisation, programmes, projets,… etc.) pour amener les Sénégalais á adhérer á leurs positions, vont se perdre dans des querelles intestines et stériles.

Il est à démontrer que la seconde alternance, malgré son jeune âge, est en train de réaliser plus que les autres pouvoirs pendant plus de 40 ans de débauche, de gabegie et de dilapidation des biens de la nation : nous renvoyons le lecteur du présent article au bilan d’étape qui donne le détail de nos réalisations et projets et l’invitons á étudier le passif politico social des années d’indépendance. Lorsqu’on jette un regard sur le passé du pays, sur les hommes valeureux qui ont contribué á le bâtir, sur l’inestimable héritage qu’ils nous ont légué, ajouté á cela l’incomparable contribution du Président Macky Sall qui est en cours, il est légitime sans chauvinisme aucun, d’être fier d’appartenir á cette nation.

Macky Sall partira,…ne partira pas ?

Le départ de Macky Sall du pouvoir a déjà fait couler beaucoup d’encre et été embouché par certains agitateurs politiques et politiciens, mais le réel politique et démocratique du Sénégal commande à qui que ce soit -aux agitateurs et activistes politiques en particulier- de ne pas s’aventurer dans un terrain aussi glissant que faire partir un Président démocratiquement élu.

Ce que l’on ne peut nier c’est que le Président Macky Sall a été bien démocratiquement élu: tout le processus qui a conduit son Excellence au palais présidentiel ne peut être infirmé, encore moins annihilé par de simples sautes d’humeur et contradictions de paroisses politiques peu crédibles ou de personnes isolées. L’avènement du Président Macky Sall montre á tous les Sénégalais que le Sénégal d’aujourd’hui est bien un autre Sénégal où l’ancien régime avait retenu le peuple sénégalais dans une ornière sociale et économique bien invivable.

Son septennat ou quinquennat (tout dépend de lui car c’est sa décision personnelle), á mis parcourt, nous fait voir que le fardeau social et économique que portaient les chefs de famille est en cours d’allégement. A ceux qui militent pour le départ du Président Macky Sall, nous disons haut et fort que le Sénégal d’aujourd’hui a encore bien besoin d’un Homme d’Etat de la trempe de Macky Sall –artisan essentiel d’une alternance inédite en Afrique et éminence grise rare- qui saura répondre aux attentes du peuple sénégalais. Oui, Macky Sall partira, mais quand et seulement quand il aura fini de réaliser ses ambitions pour le Sénégal et pour l’Afrique. Oui, il partira avec la conscience tranquille d’un citoyen qui a tant donné à son pays et a tracé la voie pour les nouvelles générations. Et il aura le mérite du Sénégal et de l’Afrique, malgré l’ingratitude des pouvoiristes pressés et des marionnettes qui gigotent dans tous les sens !

Nous disons haut et fort que le président Macky Sall réussira contre vents et marées, car il en a le cœur, l’inspiration et le courage! Aussi, nous soutenons qu’aujourd’hui le Sénégal sous le magistère de Macky Sall ne se contentera pas seulement d’un bilan bien positif d’un septennat ou quinquennat, mais saura se mobiliser à nouveau pour la réédition d’un autre encore plus positif.

Ndeye Ndiaye Atlanta,
Responsable Apr







Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image