leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Etat du Sénégal/Groupe Walfadjiri: Echec des négociations, Sidy Lamine Niasse se radicalise


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Mars 2017 à 11:42 | | 0 commentaire(s)|

Le deuxième round des négociations entre d'une part, l'Etat du Sénégal représenté par le ministère de l'Information et l'Artp et d'autre part, le groupe Walfadjri à propos des "factures impayées" s'est soldée hier, par un échec. Les deux parties n'ont pas trouvé de solution pour arrondir les angles. En effet, chaque partie campe sur sa position, en faisant valoir ses arguments.

"Nous avions retenu, aujourd’hui, de nous retrouver pour apporter les preuves par rapport à la facture de 2011 qui a été contestée par le Groupe Wal Fadjri. Je tiens d’abord à préciser et à apporter des éléments de la procédure qui a présidé sur la facturation de 2011. Ce que nous avons comme procédure, quand un opérateur veut des fréquences, il s’adresse à l’autorité gouvernementale. Et ce qui a été fait.

Le groupe Wal Fadjri a saisi l’autorité gouvernementale en 2010 pour lui demander de disposer de 15 fréquences dans plusieurs localités au niveau national. Quand nous avons étudié la demande, nous nous sommes rendus compte que seules 9 étaient réalisables. Nous avons adressé une correspondance au ministère pour lui dire que conformément aux dispositions, nous pouvons attribuer 9 fréquences au Groupe Wal Fadjri. Le ministre nous a répondu en demandant de les lui attribuer.

Par lettre datée du 19 novembre 2010, nous avons attribué ces fréquences au Groupe Wal Fadjri à travers une décision que nous avons adressée au ministère du secteur. Sur ce plan-là, je considère que la facture est conforme, que la facture ne peut souffrir d’aucune contestation dans la mesure où nous avons épuisé toutes les procédures allant de la demande du client jusqu’à la facturation des prestations. Je ne peux vous dire que le ministère lui a notifié
(l’attribution de ces fréquences, Ndlr). Ce que je sais, c’est que c’est à la suite de la notification que nous a envoyée le ministère, que nous avons déclenché la facture de 2011. C’est pourquoi, la facture de 2011 est conforme. Elle est acceptable. Elle ne peut souffrir d’aucune contestation", a expliqué le directeur général de l’Artp, à l’issue de la rencontre de ce mardi .

Des arguments balayés d’un revers de la main par Sidi Lamine Niasse qui explique n’avoir jamais reçu de notification l’informant de l’attribution desdites fréquences. Pour lui, si le gouvernement estime avoir accepté ses demandes pourquoi ne le lui avoir jamais signifié. D’autant que les fréquences en question n’ont jamais émis. «Les fréquences, nous ne les avons jamais vues, nous n’avons jamais pris connaissance d’une fréquence Wal Fadjri Tv Tambacounda, Kaolack ou ailleurs. On ne peut pas inventer cela, les Sénégalais en sont les témoins. Qui peut attester que Walfadjri a une fréquence télé dans ces localités. Ensuite, nous n’avons jamais reçu de notification nous indiquant que des fréquences nous ont été attribuées. Ni venant du ministère ni venant de l’Artp. Quand on nous a facturés avec une lettre qui nous a été envoyée le 24 février 2011, dès le lendemain, nous avons répondu pour dire que nous contestons. Nous n’avons pas attendu, aujourd’hui. C’est au même moment que nous avons contesté», déclare le Pdg de Wal Fadjri. Sidy Lamine Niasse est d’autant plus convaincu qu’il s’agit d’une cabale que ces fréquences ne lui ont été facturées qu’en 2011, ni avant ni après.

Et au Pdg de Wal Fadjri de défier les autorités de sortir une trace de cette notification d’attribution de fréquences que le ministère de la Communication aurait adressée à Walfadjri. "La notification a été faite au ministère qui était chargé de le notifier. Je ne peux pas vous dire que le ministère lui a fait une notification ou pas. Je ne saurai vous donner cette information», rétorque Abdou Karim Sall. Même son de cloche pour le ministre Mbagnick Ndiaye dont les services sont, indique-t-on, à pied d’œuvre pour trouver trace de cette notification.

En attendant de trouver la prétendue notification, Sidi Lamine Niass peaufine sa stratégie, décidé à ne pas se laisser enterrer sans batailler. Pour le Pdg de Wal Fadjri, sans l’intervention efficiente du chef de l’Etat, il va se faire entendre. «Il y a une injustice et elle est flagrante. Et nous sommes prêts à aller la dénoncer devant les grilles de la présidence de la République», avertit-il.

Source: Walf