leral.net | S'informer en temps réel

Euro 2016 : Moussa Sissoko, la révélation


Rédigé par leral.net le Mardi 12 Juillet 2016 à 11:54 | | 0 commentaire(s)|

« Mais n’importe quoi Sissoko ! » Dans les bars, devant les télés ou dans les fan-zones, cette phrase a été maintes fois répétée. Pas que Moussa Sissoko n’était réellement en train de faire n’importe quoi. Juste que son match en finale de l’Euro face au Portugal, dimanche soir, était trop bon pour être qualifié autrement. C’était donc « n’importe quoi ». Le milieu de terrain a même failli être le héros de la nation ! A la 84e minute, il réclame le ballon à Samuel Umtiti, le reçoit, le contrôle et envoie une frappe pure, limpide, surpuissante, une vraie « mine » en somme, en direction du but de Rui Patricio. Le gardien portugais se détend et repousse la frappe du français. Pas de héros pour Sissoko. Il se contentera d’être le meilleur joueur français du match.

L’heure du bilan

C’est un fait. La prestation du milieu de terrain de Newcastle a été unanimement saluée dimanche soir. Pourtant, au moment de l’annonce du groupe de Didier Deschamps pour l’Euro, beaucoup s’étaient demandé ce que Sissoko allait bien pouvoir faire sur le terrain. Le joueur formé au Toulouse FC (TFC) n’était pas spécialement apprécié des supporteurs, qui lui reprochaient son manque de vision de jeu et ses déficiences techniques. Sur Le Monde.fr, nous vous avions demandé d’établir votre propre liste de 23 joueurs. Sur 35 000 équipes constituées, Sissoko arrivait 21e avec 47 % de mentions, essentiellement en tant que remplaçant (44 %). Même pendant la compétition, le milieu de terrain polyvalent se voit dédier une chanson parodique sur l’air des Démons de minuit. Les paroles sont gentiment ironiques et soulignent les lacunes techniques du no 18 tricolore.

La confiance de Deschamps

Peu importe. Contre la Suisse, Deschamps veut protéger N’Golo Kanté d’un deuxième carton jaune synonyme de suspension. Sissoko est titulaire aux côtés de Pogba et Cabaye. La France ne gagne pas (0-0), mais Sissoko marque des points. Il aurait notamment pu être à l’origine d’un des plus beaux buts de la compétition si Dimitri Payet, à la réception de son centre, n’avait pas trouvé la barre transversale. « Je ne lui ai pas dit : “Tiens, je te fais un cadeau.” Je sais ce qu’est capable de faire Moussa, il l’a toujours fait, assure Deschamps après le match. Dans ce registre-là, il apporte beaucoup, comme il avait apporté beaucoup déjà, il y a deux ans, face à la Suisse [victoire 5-2 des Français pendant la Coupe du monde au Brésil] ».

Contre l’Irlande en huitième de finale, la France gagne après que le sélectionneur a décidé de passer en 4-2-3-1 pour offrir plus de liberté à Antoine Griezmann. Kanté suspendu après avoir récolté un deuxième carton jaune, le système de jeu s’impose de nouveau contre l’Islande. Et c’est Moussa Sissoko qui débute dans le couloir droit. Les Bleus atomisent leur adversaire 5-2 et Sissoko gagne sa place dans le onze de « DD ».

Face à l’Allemagne en demi-finale, la France est acculée. Sissoko a du mal à faire parler sa puissance mais sa rigueur défensive soulage le côté droit de l’arrière-garde française. C’est fou, mais le milieu de terrain de Newcastle, qui pourrait évoluer en Championship (deuxième division anglaise) s’il ne quitte pas son club la saison prochaine, décroche sa place pour la finale.

« Il y avait beaucoup de déception et de tristesse dans le vestiaire parce qu’on a fait un très bon match, on a eu pas mal d’occasions, on a montré de très belles choses dans le jeu, affirmait Sissoko au micro de BeIN Sports dimanche soir. Le foot est comme ça, on peut montrer de belles choses et perdre. Il faut digérer cette grosse déception, on voulait vraiment gagner cette compétition, elle nous tendait les bras, mais malheureusement on n’a pas réussi à la gagner. C’était une très belle aventure, une belle compétition à domicile. Notre public a toujours été derrière nous. On a mouillé le maillot sur le terrain comme il le fallait. Il nous a manqué un brin de réussite, il faut l’accepter, de toute façon on n’a pas le choix. Il va falloir revenir encore plus fort. » Et pour ça désormais, c’est sûr, les supporteurs français lui font confiance.

lemonde.fr

Thierno Malick Ndiaye
(Stagiaire)






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image