leral.net | S'informer en temps réel

Évasions dans les prisons sénégalaises : Plus de 90 cas enregistrés entre 2013 et septembre 2015

Les détenus se font la belle de plus en plus souvent dans les prisons sénégalaises malgré qu'ils soient conscients qu'il s'agit d'un délit. Une situation imputable, selon certains spécialistes de Droit pénitentiaire, au manque d'effectif qui caractérise les prisons sénégalaises.


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Septembre 2015 à 14:02 | | 1 commentaire(s)|

Évasions dans les prisons sénégalaises : Plus de 90 cas enregistrés entre 2013 et septembre 2015
La dernière évasion en date est celle survenue, cette semaine, à la Maison d’arrêt et de correction (Mac) de Diourbel. Un détenu récidiviste, emprisonné et condamné, lors d'un procès, à trois mois ferme pour "usage de chanvre indien", s'est fait la malle à l'insu des gardes pénitentiaires. Une évasion qui vient s'ajouter aux récents cas enregistrés dans plusieurs prisons. Auparavant, d'autres exemples d'évasions se sont signalés à Diourbel, Kaolack, Tamba, Ziguichor, Rebeuss... Une situation qui n'est pas sans évoquer le manque d'effectif qui caractérise certains établissements pénitentiaires du Sénégal.

En effet, en 2014, 77 agents du corps paramilitaire en question sont partis à la retraite causant ainsi un déficit de personnel. "Il y a un gap important. C'est par le recrutement et la formation que l'on peut le résorber. C'est un problème difficile", reconnait Cheikh Tidiane Diallo, directeur de l'Administration pénitentiaire. Il s'exprimait, selon le journal Walfadjri, à l'issue de la réunion annuelle avec les inspecteurs régionaux et directeurs des établissements pénitentiaires. D'après M. Diallo, les normes internationales recommandent un ratio d'un surveillant pour deux détenus alors que le Sénégal se distingue par un garde pour douze détenus. Ce manque de personnel est l'une des raisons qui justifient les incidents survenus aux prisons de Tamba et Kédougou où des détenus ont profité de cette situation, qui leur confère un certain avantage, pour s'évader. Les chiffrent sont sans appel à la Mac de Ziguinchor, lors du dernier recensement, 13 gardes surveillaient 500 prisonniers. A la Mac de Tambacounda, seuls huit (08) gardes surveillent un effectif carcéral de 350 détenus alors que la capacité d'accueil est de 290 pensionnaires. A ce manque de personnel s'ajoute le problème du vieillissement.

Pour mettre fin à cette situation, une solution est préconisée par les acteurs du secteur. "Il y aura davantage d'évasions, de tentatives d'évasions et d'affrontements entre détenus et gardes car les détenus sont conscients du personnel fistulisant et vieillissant des prisons mais également des infrastructures inadéquates et délabrées qui leur confèrent un certain avantage". Ainsi, des recrutements, le respect des capacités d'accueil et la réfection des maisons d’arrêt mettraient fin aux nombreuses évasions.






Hebergeur d'image