leral.net | S'informer en temps réel

Excision : informer les communautés pour les aider à mieux décider

Sabine Panet, directrice de Tostan France, explique la philosophie qui anime cette ONG soutenue par l’Unicef, grâce à laquelle de plus en plus de villages renoncent à l’excision.


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Février 2010 à 23:51 | | 3 commentaire(s)|

Excision : informer les communautés pour les aider à mieux décider
46% des femmes de 15-45 ans sont excisées en Afrique.
98% en Somalie
89% au Soudan
28% au Sénégal
22% de leurs filles sont excisées.


(Source : Rapport Unicef 2010 sur la situation des enfants dans le monde).

On estime que 53 000 femmes adultes excisées vivent en France.

Le 6 FEVRIER est la journée mondiale contre l'excision et les mutilations génitales féminines.

Document de synthèse : Les mutilations génitales
4121 villages au Sénégal ont renoncé à l’excision depuis 1997. Quel a été le rôle de Tostan, en lien avec l’Unicef, pour obtenir ce résultat ?


Tostan est une ONG internationale qui n’a pas pour but premier l’abandon de l’excision : notre vocation, depuis 95, est de travailler plus largement sur les droits humains. Nous le faisons avec les communautés, car nous considérons que ce sont elles et elles seules qui sont à même de décider de leur futur. Tostan signifie « éclosion » en wolof. Nous travaillons à apporter l’information, la réflexion critique, qui permet de faire émerger des alternatives, que les communautés sont libres de choisir ou pas. C’est ainsi qu’à l’été 97, dans le village de Malicounda, une réflexion sur la santé des femmes a conduit, presque de façon inattendue, à prendre conscience des conséquences nocives de la pratique de l’excision : le village a été le premier de la région à renoncer à cette pratique, avec le soutien de ses leaders religieux. Malicounda l’a fait savoir publiquement, et cette décision a choqué les autres villages. « Vos filles ne trouveront plus de maris » disaient les villages voisins. L’excision est une pratique collective. Malicounda ne pouvait pas être la seule localité à s’y opposer. L’abandon doit lui aussi être collectif.

Comment cet abandon s’est-il répandu dans les autres villages ?

Tostan était présent dans trois autres villages de la même zone : ils ont suivi Malincounda. En 98, une déclaration publique des populations a été faite dans le sens de l’abandon de l’excision. J’insiste sur le fait qu’il s’agit d’« abandon » et non d’« éradication » : ce n’est pas Tostan qui a imposé une transformation depuis l’extérieur. Ce sont des responsables locaux, religieux notamment, qui ont pris en charge la diffusion de ce message d’abandon de l’excision, en venant même demander à Tostan et l’Unicef de renforcer leur appui : faciliter les déplacements, les réunions, la circulation de l’information.

Comment Tostan en est-il venu à s’intéresser à l’excision en France ?

Le débat sur l’abandon a touché la diaspora : les immigrés d’Europe ou d’Amérique. Certains de ces immigrés ont joué un rôle moteur dans cet abandon. D’autres ont au contraire défendu une tradition qui représentait pour eux quelque chose d’important. Aujourd’hui, on estime que 53 000 femmes adultes excisées vivent en France, originaires d’un pays où cette pratique est fréquente. Notre rôle, encore, est de favoriser le débat, la réflexion. Il peut s’agir d’aider des responsables vivant au pays à rendre visite aux ressortissants immigrés en France, de soutenir des réunions publiques dans des localités franciliennes, de diffuser de l’information, par exemple via un film qui pour le moment a été beaucoup projeté en Casamance. Ce film, produit par Tostan et l’ONG Respect, raconte l’abandon de l’excision dans le village de Diegoune : il a été réalisé par les villageois eux-mêmes.

© UNICEF/NYHQ1998-0231/Robert Grossman Unicef France



1.Posté par Mamadou SOW le 07/02/2010 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Les ONG gagneraient à aider les opératrices à pratiquer les exicisions selon les règles de la médecine moderne que de vouloir coùte que coute leur faire abandonner une pratique faite depuis la nuit des temps et qui est une recommendation divine; depuis le prophète Abraham(psl) . C'est une Sunna du Prophète (sas) . Madani et feu son père, avant lui, n’ont jamais dit que l’excision se trouvait dans une sourate, donc dans le Coran. Il est bien certifié que la sunna du Prophète est tout ce qui se faisait et qui n’a pas rencontré son interdiction de son vivant. Il y va de la circoncision et de l’excision à travers au moins trois cas révélés par des hadiths : 1°) Il aurait dit à une exciseuse qui l’a rencontré et qui lui a dit si sa profession était toléré par la pratique islamique : « Coupes-en un peu, c’est plus beau pour la femme et c’est mieux pour l’homme » lui a-t-il répondu. 2°) un deuxième hadith atteste que le Prohète (PSL) aurait dit qu’il y a acte sexuel dès lors que les deux parties circoncies entrent en contact, qu’il y aie éjaculation ou pas. C’est bien donc de l’homme et de la femme dont on parle. 3°) La Fitra qui est un mot arabe qui décrit la condition humaine qui nous différencie des animaux. La Fitra se compose de cinq points : La circoncision, le rasage des poils du pubis, l’épilage des aisselles, la coupe des ongles et le rasage des moustaches qui est le seul qui concerne l’homme. Et le ProphèteMohammad (PSL) aimait dire de suivre la Fitra. Et peut être que la femme ne fait pas partie des humains en l’excluant de la Fitra parce que ne s'adonnant pas à l'excision .

Ce débat ne date pas d'aujourd'hui. Tous les siècles l'ont connu et l'excision a toujours survécu parce que venant de la claire conscience que c'est une recommandation divine. Ce débat est exacerbé, ces dernières années par des ONG qui sciemment ou inconsciemment nous éloigne de la religion. Des femmes circoncies nous ont donné des saints hommes et de saintes femmes. Evitons de tomber dans des travers qui coupe un pan de notre islam. Ce leg venu d’Abraham (PSL) , Le Prophète (SAS) n’a pas osé le supprimer. Si vous voulez suivre les actes du Prophète, éviter de prendre le contre pied de cette recommandation divine à cause des sommes allouées par certaines ONG, sommes qui vont rester ici bas. D'ailleurs, le constat est unanime; devant le besoin, les pratiquantes acceptent publiquement l'argent; mais devant leur foi; continuent à pratiquer loin des caméras. La solution est d’encadrer les exciseuses dans une formation médicale, en les éveillant sur les dangers avancées par les sciences médicales qu'en visionnaire, le Prophète Mohammad (PSL) avait vu en recommandant à l'exciseuse : « coupez-en un peu » et cet acte cultuel, ancré dans la mémoire collective et non un acte culturel comme on veut nous le faire croire.

Mamadou SOW Cité des Enseignants, Golf Nord - Guédiawaye

2.Posté par Moussa Ba le 07/02/2010 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi les gens refusent ils de parler de l'excision en essayant de raisonner par rapport aux problemes de sante sans y voire un probleme de blancs, Il n ya pas de medecine pour des blancs, une pour les noires et une autre pour les musulmans. Si les techniciens de la sante, ces personnes a qui on s'adreese a chaque fois quee nous avons un probleme nous font comprendre que l'excision est une pratique qui comporte des risques( d'ailleurs certaines femmes temoignent), pourquoi on s'obstine a vouloir les contredire alors que nous n'en connaissons rien du tout. Un gas qui est malade et qui va voire un medecin, si ce dernier lui demande de ne pas gener pendant le mois de ramadan ou qu'il doit etre opere pour lui sauver, le malade obeit mais quand le medecin lui fait comprendre que l'excision est nefaste pour sa sante il se permet de dire que c est une recommandation divine. Alors que c est une pratique qui a meme existe avant les religions revelees, moi je crois que c'est de l'hpocrisie.
certains veulent le justifier parce que il y a eu des saint hommes qui sont nees de femmes exisees donc c pas un probleme. Mais ya t'il pas eu des rois sanguinaires et mecreants qui ont mis au monde des personnalites tres importantes?
Combien de gens sont morts a cause de la rougeole, du tetanos, et tant d autres maladies avant que les medecins ne trouvent les accins.
Le prophete n oblige aucun musulmane a se faire excisee . D ailleurs aucune source ne peut nous dire que ses filles ont ete excisee.
Arretons de porter une haine envers d autres peuples au point de refuser de voire ce qui est bien pour nous. Je crois que les ONG sont a encourager pour sensibiliser la population pour avoir une idee critique dans leurs propres pratiqus. Je ne sais pas pourquoi a chaque fois que des gens ont des idees differenes avec certaines personnes on les accuse d avoir ete corrompu. Ca na pas de sens .
Pourquoi l'excision est une recommandation divine alors que des mecreants la pratiquent et d autres musulmans ne le pratiquent pas.
C est bien que les oulemas mauritaniens ont prononce une fatwa contre l excision

3.Posté par Seydou Niang le 08/02/2010 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je tiens a preciser que les agents de l'ONG tostan sont a 99 pour cent tous des musulmans. Par concequant s'il y'a des ONG qui sciemment ou inconsciemment veulent eloigner les gens de la religion, en tout cas c'est pas le cas pour cette ONG. En tant que senegalais soucieux du developpement de nos localites d'origine, nous trouvons dans le programme de Tostan une pedagogie qui permet aux communautes de debatre de leurs propres problemes et d'en emettre des solutions. Ce qui leur permet de prendre la decision de se defaire de certaines pratiques nefastes pour leur sante, pour l'oranisation sociale basee parfois sur des prejuges que nous connaissons tous.
Il n'ya pas eu d'obligation de quoi que soit pour les communautes beneficiares du programme de Tostan, pas non plus d'achats de conscience. Nous permettons aux communautes d'avoir acces aux bonnes informations , d'en faire une analyse objective puis de choisir ce qui est bien pour elles. La question de l'excision est juste un point parmi tant d'autres dans le programme: la vaccination, l'enregistrement a l'etat civil, l'hygienne,la prevention de certaines maladies, le danger de la depigmentation, de la drogue, du tabac,.. et j'en passe. En ce qui concerne l'excision ,comme l'a dit Moussa, nous faisons passer le message des techniciens de la sante pour que les populations concernees en connaissent les mefaits et puissent discuter entre elles. Quand a l'abandoner ou continuer a le pratiquer ca leur revient exclusivement en toute liberte. Nous sommes des africains ,senegalais musulmans fiers de ce que nous sommes au meme titre que ce qui pretendent etre plus pieux. Il y a rien dans ce monde dont nous sommes conscient que ca va a l encontre de notre religion que nous essayerons de vulgariser. Par contre toute chose qui peut ameliorer les conditions de vie de nos communautes dans le respect de l'islam et de nos bonnes traditions nous serons toujours fiers de le partager avec les populations.
L'autre aspect par lequel je vais conclure c'est que nous rappellons aussi que au Senegal cette pratique est interdite par l'etat. Donc il est tout a fait necessaire que le peuple puissse savoir ce qui est permi et ce qui est interit. Un homme averti en vaut deux. Respecter la loi ou la transgresser egalement revient a qui que ce soit.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image