leral.net | S'informer en temps réel

Exploitation d'un débit de boissons sans autorisation : Un homme transforme sa maison en bar à cause de la "crise économique"

Plus futé que J. M. J. Lô tu meurs. C'est Le Populaire qui s'exclame ainsi avant d'indiquer qu'à défaut de louer un magasin pour en faire un débit de boissons, le gars n'a pas cherché loin. Il a, en effet, transformé sa maison en un bar où il vendait clandestinement des boissons alcoolisées.


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Janvier 2016 à 08:46 | | 5 commentaire(s)|

Recevant chaque jour des dizaines de personnes à domicile, il a finalement été dénoncé à la police par un individu qui a requis l'anonymat. Suffisant donc pour que les limiers fassent une descente sur les lieux indiqués. C'est dans ces circonstances que les hommes du commissariat Marème Diao ont surpris le mis en cause en plein exercice de ses activités. Invité à présenter la licence du bar, le prévenu a déclaré ouvertement ne pas détenir de document administratif qui lui autorise de mener son activité lucrative de vente de boissons.

D'après le journal, une dizaine de clients, quasiment tous des musulmans, ont été trouvés sur les lieux en train de siroter tranquillement leur verre. Tout de suite, les limiers ont demandé au gérant de leur remettre la caisse remplie de boissons alcoolisée comme de liqueur. Les agents ont également embarqué tous les consommateurs qui ont par la suite été placés en garde à vue aux fins d'audition. Ces derniers ont souligné, rapportent nos confrères, qu'ils fréquentent cette maison-bar depuis longtemps.

Quant au sieur Lô, il a expliqué qu'il n'avait pas le temps d'effectuer les démarches pour trouver une licence. Le mis en cause, qui est informaticien, dit avoir transformé sa maison en débit de boissons à cause de la crise économique. C'est d'ailleurs son beau-frère, renseigne-t-il, qui l'a financé à hauteur de 500 000 francs Cfa pour monter le bar à domicile. Il a, finalement, été déféré au parquet là où, indique le journal, les consommateurs ont été libérés après auditions.






Hebergeur d'image