leral.net | S'informer en temps réel

FIFA Ballon d’Or : les Espagnols une nouvelle fois impuissants face aux tornades Messi et Ronaldo ?

Une nouvelle fois, c'est un joueur évoluant en Liga qui a de fortes chances de remporter le FIFA Ballon d'Or. Reste à savoir si cela sera un international espagnol vainqueur de l'Euro 2012 ou l'un des deux meilleurs joueurs du monde, à savoir Lionel Messi et Cristiano Ronaldo auteurs d'un retentissant doublé hier lors du Clasico (2-2).


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Octobre 2012 à 13:06 | | 0 commentaire(s)|

FIFA Ballon d’Or : les Espagnols une nouvelle fois impuissants face aux tornades Messi et Ronaldo ?
Chaque année, ils rêvent tous de lui, de ce ballon en or de 9 kilos. Propriété d’un lutin argentin de 1,69m depuis trois ans, le FIFA Ballon d’Or changera-t-il enfin de mains ? Si oui, atterrira-t-il dans celles du rival portugais Cristiano Ronaldo ou dans celles d’un cadre d’une Seleccion espagnole championne du monde et double championne d’Europe en titre ? Telle est la question. Car avant même le coup d’envoi du Clasico entre le Barça et le Real Madrid, cette rencontre était désignée comme un tournant dans l’attribution du trophée. « Le FIFA Ballon d’Or se joue au Camp Nou », titrait même la RTVE.

Si des joueurs comme Falcao ou certains Blues de Chelsea vainqueurs de la Ligue des Champions 2012 peuvent espérer figurer au palmarès, personne ne les imagine en revanche occuper une place dans le trio de tête. Reste maintenant à savoir si le peuple espagnol revivra ou non l’épisode de 2010. Cette année-là, la Roja s’offrait son premier titre mondial en Afrique du Sud aux dépens des Pays-Bas (1-0) et beaucoup voyaient Iniesta ou Xavi, également sacrés champions d’Espagne, succéder à Luis Suarez, le dernier Ibère à remporter le Ballon d’Or en 1960. Il n’en fut rien, le jury ayant préféré récompenser un Lionel Messi serial buteur, considéré comme le meilleur joueur du monde, lui aussi sacré en Liga, mais transparent dans un tournoi si important qu’est la coupe du Monde. Un choix qui n’avait rien de scandaleux étant donné que l’Argentin confirme chaque week-end qu’il est bien le roi du royaume du ballon rond, mais qui avait suscité de vives réactions de l’autre côté des Pyrénées dans un pays qui n’a toujours pas compris comment ses Espagnols du Barça ont pu être privés d’une telle récompense au vu de leur saison. Cette année, le scénario est presque identique.

Une Roja sur le toit du monde mais...
La Roja a réalisé l’incroyable exploit de remporter un second Euro consécutif, mais les folles statistiques d’un Messi auteur de 50 buts lors du précédent exercice et de 65 réalisations depuis début 2012 (série en cours) risquent une nouvelle fois de peser lourd, et ce, même si l’international albiceleste n’a pas remporté le championnat. Pire pour les Espagnols, le Portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo se présente aussi comme un prétendant plus que sérieux avec ses 46 buts inscrits la saison passée (54 depuis début 2012) et ses titres en Liga ainsi qu’en Supercoupe d’Espagne glanés entre mai et août.

Toujours désireuse de voir un des siens soulever ce trophée tant convoité, la presse ibérique semble toutefois s’attendre à une lutte finale entre les deux meilleurs joueurs du monde actuels, Messi et Ronaldo. « Messi et CR7 favoris, Xavi, Iniesta et Casillas peuvent prétendre », ajoutait d’ailleurs la RTVE avant le match d’hier, qui n’a donc pas hésité à placer trois membres de la Roja comme de simples outsiders. Un choix qui peut toujours relancer le débat sur le fait de récompenser un joueur pour son talent (d’où le choix légitime de Messi ou de Ronaldo) ou pour le nombre de récompenses obtenues durant sa saison. Et à ce petit jeu, nul doute que le Batave Wesley Sneijder aurait son mot à dire, lui qui ne figurait même pas sur le podium malgré une saison 2009/2010 ponctuée par un triplé coupe-championnat-Ligue des Champions et une finale de coupe du Monde.

Deux phénomènes nommés Messi et Ronaldo
Mais il faut croire que même avec la possibilité donnée à un sélectionneur et à son capitaine (dont les votes sont pris en compte) de voter pour un des leurs, le FIFA Ballon d’Or semble filer entre les mains espagnoles. S’ils décident de donner leur voix à des joueurs étrangers, Vicente Del Bosque et Iker Casillas risquent en effet d’être taxés de ne pas jouer la carte du patriotisme indique El Confidencial. Et s’ils le font, tout le monde cherchera à savoir combien de Blaugrana et de Merengues chacun choisira parmi les trois noms à soumettre. Il est donc facile d’imaginer la polémique que cela générerait si jamais un Xavi ou Iniesta venait à perdre de justesse le trophée si un Casillas a choisi de ne mettre aucun de ces noms dans son trio. Un véritable casse-tête en somme. Mais ce n’est pas tout.

Si d’aventure, la décision finale doit se joue entre Messi et Ronaldo, là encore il y a de quoi s’arracher les cheveux. Certes, l’Argentin du Barça s’est montré plus prolifique, mais le Portugais n’a pas été largement distancé dans cet exercice (-4 buts en Liga en 11/12, -11 en 2012). De plus, il présente l’avantage d’avoir remporté son premier gros trophée avec la Casa Blanca, à savoir le championnat, et surtout d’être enfin décisif lors des matches à fort enjeu comme le Clasico. Le choix est donc cornélien. Interrogé à ce sujet, José Mourinho a certes choisi son camp, mais refuse pour autant de trancher dans le vif. « Je ne veux pas me préoccuper du Ballon d’Or. Ça devrait être interdit de dire qui est le meilleur joueur du monde. Ce sont deux joueurs (Messi et Ronaldo) d’une autre planète. J’aimerais quand même que la récompense revienne à mon joueur qui a été champion dans le meilleur championnat du monde. » Réponse en janvier prochain.

Matthieu Margueritte






Hebergeur d'image