Leral.net | S'informer en temps réel



FIFA : Pape Diouf émet des doutes sur l’éligibilité de Platini

le 3 Juillet 2015 à 14:50 | Lu 1002 fois

Pour de nombreux observateurs, Michel Platini est en pôle position pour succéder à Sepp Blatter à la présidence de la FIFA. C’est tout le contraire pour Pape Diouf, loin d’être convaincu que l’homme fort du football européen soit en mesure de candidater.


FIFA : Pape Diouf émet des doutes sur l’éligibilité de Platini
 
 
Les soutiens de Michel Platini qui se préparent à célébrer son élection à la tête de la FIFA ne vont pas du tout apprécier la récente sortie de Pape Diouf. Invité de la télévision ivoirienne RTI 1, l’ancien président de l’Olympique de Marseille a laissé entendre que l’actuel président de l’UEFA n’est pas blanc comme neige concurremment à Sepp Blatter. Son éligibilité à la tête de la FIFA, pense-t-il, est donc loin d’être un acquis. "Il faut d’abord savoir est-ce que Platini sera en situation d’éligibilité ? Il y a une enquête aujourd’hui qui est diligentée et qui cible certaines personnes, Platini y compris", croit-il savoir.
Cette enquête en question n’est pas faite pour sauver le président démissionnaire de la FIFA des eaux. Bien au contraire, elle embourbera davantage Blatter et éclaboussera d’autres personnes insoupçonnées jusque-là dans le Fifagate. "Je ne m’étonnerai pas que dans les prochains jours, des informations sortent. Des informations qui ne vont pas épargner Blatter, mais qui n’épargneront pas d’autres personnes aussi", confie Pape Diouf.
Justement en ce qui concerne le Fifagate, la gêne éprouvée par l’ancien journaliste sportif tient du fait que les intervenants sur ce sujet ont eu la même réflexion. "Et cette réflexion était ’on savait’. Mais si on savait autant, pourquoi les gens ne se seraient pas prononcés ? Pourquoi ont-ils attendu que la justice américaine se soit mis en branle avant de parler ?", s’interroge-t-il. En attendant d’avoir une réponse à ses préoccupations, l’ex agent de joueurs constate également qu’aujourd’hui "si vous interrogez le grand public, il aura du mal à vous dire ce qui s’est exactement passé. Tout le monde sait qu’il y a un problème de corruption et qu’on frappe sur Blatter."
"Il faut un bouleversement à la FIFA"
Alors que le Suisse "avait autour de lui semble-t-il des complices qui sont tous partout à la tête des confédérations notamment, à la tête de certaines institutions du football national et international". De ce point de vue, le Fifagate n’est pas l’affaire d’un homme corrompu "qui a soigné une certaine forme de clientélisme, mais c’est une affaire de tout un système et ce système qu’il faut dénoncer."
En d’autres termes, pour Pape Diouf, la seule démission de Sepp Blatter n’aura aucun effet sur les habitudes à la FIFA. "Ce n’est pas donc en changeant d’homme qu’on changera les choses à la FIFA. Aujourd’hui ce qu’il faut, c’est un bouleversement de cette institution. Il faut changer radicalement les méthodes, envoyer des hommes neufs pour que la mutation puisse être faite. Mais penser que faire partir Blatter règle les problèmes, est un leurre", résume-t-il.
afrik.com