leral.net | S'informer en temps réel

FLSH: les chefs de département demandent la présence des forces de l’ordre

L’assemblée des chefs de département de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) de l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar a demandé, vendredi, la présence sur place des forces de l’ordre pour sécuriser les enseignants et le déroulement des examens.


Rédigé par leral.net le Vendredi 16 Mai 2014 à 22:16 | | 1 commentaire(s)|

FLSH: les chefs de département demandent la présence des forces de l’ordre
''Nous avons demandé la présence des forces de l’ordre pour garantir la sécurité des enseignants’’, a notamment déclaré Amadou Abdou Sow, doyen de la FLSH, lors d'un point de presse de l’assemblée des chefs de département.

Cette rencontre avec les journalistes fait suite au ‘’mouvement master pour tous'’ , organisé par des étudiants ‘’non éligibles en master’’ et qui ont perturbé le déroulement des examens en sociologie, en linguistique et en géographie.

M. Sow a expliqué que ''la nouvelle réforme qui a été décidée trois années auparavant pour permettre une bonne transition, sélectionne les étudiants éligibles en master selon la durée que ces derniers font pour arriver en licence''. Il y a aussi la capacité d’encadrement et la spécialité concernée.

‘’L’étudiant qui fait trois ans pour aller en master est éligible d’office. Celui qui fait 4 ans aussi, mais celui qui en fait 5 n’est passible qu’à la condition d’avoir eu une mention lors de son parcours. A part l’étudiant éligible d’office, le reste dépend de la capacité d’encadrement de la faculté concernée. Au delà de 5 ans, personne n’est sélectionnable ’’, a-t-il dit.

Selon Moustapha Sall, chef du département d’histoire, ''ceux qui perturbent les cours actuellement ne sont plus des étudiants''. ''Nous leur avons remis leur licence et ils ne sont pas éligibles en master et ne sont plus admissibles nulle part dans l’université’'', a t-il soutenu.

Pour le doyen Amadou Abdou Sow, cette nouvelle réforme ''va changer l’évolution de la faculté en limitant le temps de séjour des étudiants qui veulent s’éterniser à l’université''.

‘’Certains étudiant font 10 ans, 12 ans pour avoir leur licence. Il y en a même un au département de géographie qui a mis 17 ans pour décrocher la licence’’, a-t-relevé.

APS

Cliquez ici pour Télécharger la barre d’outils Leral - Restez connecté et bien plus encore






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image