leral.net | S'informer en temps réel

FORTES PRÉCIPITATIONS : Plusieurs sinistrés dans le département de Podor

Les fortes précipitations qui se sont abattues sur le pays n’ont pas épargné le département de Podor, connu pour son faible cumul pluviométrique. Cette année, il a été bien arrosé, car on y signale tous les deux jours de fortes averses. Des averses qui ont détruit plusieurs foyers, au point que les autorités parlent de sinistre. Prévoyant, l’État est déjà sur le terrain auprès des populations avec ardeur et spontanéité.


Rédigé par leral.net le Jeudi 17 Septembre 2009 à 13:39 | | 0 commentaire(s)|

FORTES PRÉCIPITATIONS : Plusieurs sinistrés dans le département de Podor
L’eau du fleuve monte à vue d’œil avec sa crue qui a déjà accaparé des pistes des villages de Doué, Goumel, Fonde-Ass et Dado, les coupant du monde. Mais la situation est encore sous contrôle. Quant à la pluie, elle a réjoui plus d’un éleveur dans le « diéri » où l’herbe abondante s’étend à perte de vue, les nombreuses mares proches des villages et hameaux font que le cheptel se déplace plus loin, et le berger n’est plus astreint à le guider vers des pâturages. L’abondance d’eau a porté préjudice aux populations du Walo, les maisons construites en banco pour la plupart n’ont pas résisté au cycle régulier de la pluie.

Dans le Gamadji-Saré, indiquent des sources proches de la préfecture, au village de Mboyo, on déplore quelques dégâts avec une dizaine de maisons détruites et des familles déplacées dans des établissements scolaires. Quant aux sacs pour endiguer la montée des eaux fluviales, ils sont pour la plupart volés par les paysans pour la garde de leurs céréales post-récolte. L’une des mesures prises par les autorités, c’est de les perforer afin de dissuader les voleurs.

Pour endiguer l’eau, le département serait suffisamment doté du matériel nécessaire à faire un barrage, même si un renforcement en matériel de pompage est souhaité. « Pour l’instant, du matériel de construction, du ciment et du zinc pour les nombreux sinistrés seraient souhaitables », confie notre source. Dans l’arrondissement de Cas-Cas, les localités de Madina-Ndiathbé, de Méri et Cas-Cas, on déplore un total de 80 familles sinistrées. Ce n’est que la face cachée de l’iceberg, car avec la bretelle submergée entre Cas-Cas et Madina Ndiathabé, les autres villages ne sont accessibles que par téléphone ou par voie fluviale. A Thillé-Boubacar, une vedette assure la distribution du matériel nécessaire aux isolés des villages situés sur l’axe Doué-Ngawlé. Tout près de Podor, au village de Guia, une dizaine de maisons se sont affaissées et leurs occupants déplacés. Plus loin, à Mbollo-Birane, cinq maisons se sont effondrées, à Bokki-Dialloubé on en dénombre quatre. C’est à Thiangaye qu’un véritable drame est survenu : 400 concessions n’ont pas résisté à la force des vents et des pluies successives. Il y a eu mort d’homme. Une maison s’est effondrée sur la dame Banna Djigo, la tuant sur le coup. Podor et Ndioum sont concernés par ces chutes de construction en banco.

Amadou DIAGNE NIANG






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image