leral.net | S'informer en temps réel

FORZA DE L’ECURIE FASS «Je vais venger Tapha Guèye»

Les affronts sont faits pour être lavés, à Fass plus que partout ailleurs. Forza demande à Balla Gaye 2, Lac de Guiers 2 et les tombeurs de Tapha Guèye d’assurer leurs arrières. Il arrive. Toutes griffes dehors. Sur sa route, on compte déjà une victime : Ambroise Sarr, le coach de l’équipe nationale. Selon Forza, «le favoritisme y est érigé en règle». Il s’explique.


Rédigé par leral.net le Vendredi 8 Mai 2009 à 17:37 | | 0 commentaire(s)|

FORZA DE L’ECURIE FASS «Je vais venger Tapha Guèye»

EQUIPE NATIONALE: «On ne veut pas de moi»

«Je suis absent de l’Equipe nationale parce qu’ils ne veulent pas de moi. Je n’ai pas été sélectionné. Pourtant, un mois avant le regroupement, j’ai été contacté pour faire partie du groupe, mais aucune date n’a été avancée pour le regroupement. Comme tous les autres, on devait m’appeler pour m’informer du démarrage du camp d’entraînement. Ce qui n’a pas été fait. 24 heures après, je me suis donné la peine de les appeler. Ils m’ont dit que c’est trop tard. Alors que je n’ai pas été informé du démarrage du stage. C’est la deuxième fois qu’ils m’écartent de cette manière.»

LA RAISON ?: «Pakala»

«Ils ne veulent pas que je ravisse la vedette à Pakala. C’est tout. Si ce n’était pas le cas, une semaine auparavant, ils allaient m’informer de l’ouverture du camp d’entraînement pour que je puisse prendre mes précautions. Ils ne l’ont pas fait. J’avais décidé de rien dire, mais ils m’ont poussé à bout. Ils diffusent de fausses informations en disant que j’ai refusé de répondre à la convocation. Ce n’est pas vrai. Ils m’ont écarté pour des raisons inavouées.»

CRITERES DE SELECTION : «Etre sérère»

La première édition du tournoi de la Cedeao, on m’avait mis sur la touche pour frayer un chemin à Pakala. Qui n’a pas su tirer l’équipe vers le haut au Niger. Il a été battu en équipe, c’est pourquoi le Sénégal a perdu son titre. Malgré sa contre-performance, il a été reconduit. Sur quelle base ? On ne sait pas. Le seul critère de sélection : l’ethnie sérère. On ne reconduit pas une équipe qui perd. Et cette équipe a perdu au Niamey. Je n’ai pas peur de le dire : en Equipe nationale, le favoritisme est érigé en règle. La fixation que l’on fait sur certains lutteurs est à l’origine des contre-performances à Niamey. Les gens font tout pour mettre Pakala au-devant de la scène, parce qu’il est sérère, le seul critère de sélection. L’Equipe nationale doit être ouverte à tout le monde. Il ne doit pas y avoir de préférence, les lutteurs se battent pour porter le maillot national par patriotisme. Pas pour se remplir les poches, sinon ils allaient rester dans l’arène. La lutte avec frappe génère plus d’argent. Il faut également déplorer les méthodes de convocation. La convocation doit être matérialisée par un papier. Elle ne doit pas être résumée en un seul coup de fil téléphonique.»

SA PREMIERE SELECTION: «Ils n’avaient pas le choix»

«Ils m’ont amené parce qu’ils n’avaient pas le choix. Le capitaine de l’équipe, Auguste Magnick Sène, avait déclaré forfait pour cause de blessure. C’est à 48 heures qu’ils m’avaient demandé de rejoindre l’Equipe nationale. Nous avions récolté, au Niger, 9 médailles. J’étais revenu au Sénégal avec deux médailles au cou. Donc, j’avais mérité ma sélection.»

AMBITIONS: «Battre Pakala et les tombeurs de Tapha»

«J’attends que les promoteurs me fassent des propositions. J’ai hâte de croiser certains lutteurs pour mettre à nu leurs carences. Si Pakala et ceux qui font sa promotion pensent qu’il est meilleur que moi, qu’on clarifie le débat en lutte avec frappe. Il n’y a pas de différend entre Pakala et moi, mais ce sont les amateurs qui veulent ce combat. Je lui donne cette opportunité. Tyson Junior, Khadim Ndiaye «Dionze», Coly Faye, je suis prêt à affronter tout ce beau monde. Outre les lutteurs précédemment cités, je le dis à haute voix : mon ambition est de terrasser tous les lutteurs qui ont eu le dernier mot devant un pensionnaire de l’écurie Fass, de surcroît tous les lutteurs qui ont battu Tapha Guèye. Je vengerais toutes les défaites de ce dernier. Cela dit, Balla Baye 2 et Lac 2 n’ont qu’à assurer leurs arrières, j’arrive. Ils me croiseront sur leurs chemins. Qu’il pleuve ou qu’il neige, je marcherai un jour sur eux. Qu’ils se le tiennent pour dit. Je vais battre, si Dieu le veut, tous les lutteurs qui ont terrassé Tapha Guèye. Mais Balla Gaye 2 et Lac de Guiers 2, j’en fais une affaire personnelle. Le moment venu, je dirais pourquoi. Mais une chose est sûre, Tapha Guèye assistera, à nos côtés, aux défaites des lutteurs qui l’ont battu. Et ces derniers sauront que Moustapha a pris sa revanche. Il a tout fait pour l’écurie Fass. C’est un fédérateur. Un grand frère respectueux qui fait tout pour mettre les jeunes dans des conditions de performances. Il s’investit sur tous les plans. Nous souhaitons qu’il reste à nos côtés et nous aide à faire bloc derrière son successeur pour qu’ensemble, nous puissions relever le défi.

Article Par Saliou GACKOU L'Observateur






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image