leral.net | S'informer en temps réel

FUMER CHEZ LES FILLES: Mode de vie, ou perversion ?

L’évolution des mœurs au Sénégal, a vu l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir le monde chez les filles. Fumer et se saouler deviennent pour certaines filles, une façon d’exprimer leurs libertés et leurs émancipations. Ainsi, de plus en plus, ces dernières s’adonnent à ces pratiques qui pourtant, peuvent leur causer de nombreux préjudices. La crise économique aidant, les parents ne semblent plus accorder du temps à leurs filles, livrées aux influences de la société.


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Avril 2009 à 14:09 | | 0 commentaire(s)|

FUMER CHEZ LES FILLES: Mode de vie, ou perversion ?
Les mœurs ont bien changé au Sénégal. Entre ce qui faisait la fierté et les valeurs de nos grands- mères, les jeunes filles d’aujourd’hui, laissent libre cour à leur liberté d’expression. Aussi bien dans leur façon de penser, de faire, que de se comporter, les jeunes filles trouvent qu’elles sont plus libres et émancipées, que leurs grands- mères et leurs mères. La fille jadis connue pour sa piété et son éducation, commence à adopter des comportements plus masculins : l’alcool et la cigarette. En effet, de plus en plus, les filles fument et boivent sans susciter aucune indignation. Des attitudes aux antipodes des valeurs reçues par leurs mères. Mais alors, est ce une crise des valeurs morales ? La réponse de Oumar est affirmative «c’est juste une question de complexe. Très souvent, ces filles se retrouvent dans des milieux où il n’y a aucune surveillance surtout en boîte, et imitent tout ce que font leurs copines. S’il y’a en une qui fume et qui boit, les autres l’imitent sans réfléchir». Abdou pense de son côté, que «les parents n’ont plus le temps de se consacrer, à l’éducation de leurs enfants. Ils sont tenaillés entre la dépense quotidienne, et les factures de la maison, au point qu’ils ne font plus attention à leurs filles. Ces dernières, très souvent laissées à elles-mêmes, copient la manière de faire de leurs amies. Cela fait six mois que Fatim fume. Elle en est arrivée à cette situation, suite à une déception amoureuse. Elle raconte qu’elle n’a jamais pensé qu’un jour, elle se mettrait à fumer. C’est lorsque son ex copain s’est marié avec sa meilleure copine, qu’elle a commençait à fumer sous l’influence d’une de ses connaissances, qui lui disait que ça l’aiderait à oublier. Pour Fatim, «c’était une phase très difficile pour moi, et c’est comme ça que je me suis mise à fumer». Par contre, Alimatou ne comprends pas, pourquoi on n’accepte le fait qu’un homme fume, et non une femme. Question d’éducation rétorque Abdou. Mais pour Alimatou, «il faut que les gens comprennent qu’on est au 21éme Siècle, et que chacun est responsable de ses actes. Moi, je fume et je bois, même si mes parents ne sont pas au courant .De toute façon ça m’étonnerait qu’ils le sachent car, ils ne sont jamais là». Comment en est-elle arrivée à cette situation ? Alimatou répond qu’elle ne sait pas. Elle se souvient que, «c’est dans une boîte que tout a commencé, alors que j’étais avec des copines. La soirée était tellement arrosée, et mes copines insistaient pour que je boive un verre, que je me suis laissé emporter. C’est depuis ce jour là, que j’ai commencé à boire et à fumer». Les premières expériences se passent très souvent en boîte de nuit, ou alors à l’école. «C’est souvent sur de petites choses, que les filles franchissent la ligne rouge» estime Oumar. Pour lui, il faut que les parents soient plus regardants et plus attentifs, envers leurs enfants, surtout les filles car, elles sont très influençables. «On ne peut pas avoir une fille adolescente, et ne jamais passer une journée entière avec elle, pour discuter et s’enquérir de ses problèmes». Quant à Nabou, elle a eu sa première expérience de fumeuse, en classe de seconde dans son lycée. Elle se rappelle que, «c’était à la pause, et j’étais avec une copine dans sa chambre car, elle habitait à deux pas de l’école. On était allongées sur le lit, quand tout à coup, elle a sortie sous le lit une cigarette. J’étais surprise car, je ne savais pas qu’elle fumait. Et, c’est elle qui m’a initiée et depuis lors, à l’heure de la pause, on fume quelques cigarettes dans sa chambre. Mais, personne n’est au courant, d’autant plus qu’on prend toutes les précautions, pour ne pas être surpris par quelqu’un». Que leur procure donc la cigarette ? Une sensation de bien être, une légèreté d’esprit, et surtout l’impression d’être indépendante, et de se dire que tout se passe bien. La cigarette permet à l’individu d’oublier ses problèmes, pense Nabou. Un avis partagé par la plupart des filles, qui pensent que la cigarette ou l’alcool, permet d’oublier ses problèmes. Le monde étant en perpétuelle mutation, les influences très nombreuses, la crise des valeurs accentuée, il devient urgent pour les parents, de repenser à l’éducation de leurs filles, mais surtout, d’être très attentifs aux problèmes auxquels elles sont confrontées, pour ne pas les laisser à la merci de la tentation.

Samba Sy 24H CHRONO






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image