leral.net | S'informer en temps réel

Fann-Point E-Amitié: la commune de l'intelligentsia

La commune de Fann-Point E-Amitié abrite à elle seule l'une des plus grandes universités africaines, l'UCAD et une seconde université locale, l'Université Amadou Hampathé Ba, qui sont à elles deux une petite Union Africaine. Elle est aussi la commune qui abrite près de 30 ambassades et qui a été la résidence d'illustres hommes: le Professeur Cheikh Anta Diop, le Président Léopold Sédar Senghor, le député Blaise Diagne et le Président du Conseil Mamadou Dia, de l'ancien Président et nouvel opposant Me Wade et de presque tous les Premiers Ministres du Sénégal. Pour cette raison et pour tant d'autres, cette commune n'est pas quelconque.


Rédigé par leral.net le Samedi 28 Juin 2014 à 23:51 | | 1 commentaire(s)|

Il n'y a aucune confusion entre Taxawu Dakar du socialiste Pierre Sané et Taxawal Ndakaru ak Khalifa Sall: ce sont deux listes concurrentes qui se réclament du Maire de Dakar

Fann-Point E-Amitié: la commune de l'intelligentsia
Intellectuelle à souhait, regorgeant d'instituts de formation, de centres de recherche comme le CRDI et le CODESRIA, de lieux de culture tels que Raw Material de la géniale Koyo Kouyoh, des night-clubs et restaus les plus branchés de Dakar, et siège de l'hôpital universitaire le CHU de Fann, Fann-Point E-Amitié mérite vraiment de sortir de l'ornière et de retrouver son éclat de jadis, sa salubrité, sa sécurité et surtout sa convivialité.

N'oublions pas que la commune, ce n'est pas seulement le quartier privilégie de Fann-Résidence où demeurent à l'abri des regards les plus grandes fortunes nationales, les élites de l'administration et les autorités religieuses des différentes religions. Elle comprend aussi des quartiers défavorisés et de spauches de pauvreté, même au Point E où la plupart des chefs de famille sont décédés et leurs héritiers laissés à eux-mêmes, vivent -plus ou moins discrètement- les mêmes affres du chomâge et du désoeuvrement qu'à la Zone B, à Fann Hock ou à la Sicap Rue 10.

Aujourd'hui, dans la commune le srésidents se plaignent surtout du manque d'éclairage, de l'insécurité dans les quartiers autres que Fann Résidence et Point E, de l'oisiveté et du chomâge, de la circulation de la drogue et des agressions parmi les nombreux jeunes désoeuvrés, de l'envahissement de srues par les transports en commun Ndiaga Ndiaye et cars rapides qui roulent à tombeaux ouverts. Mais par dessus-tout, ils regrettent l'indifférence de l'actuel maire à leur égard en dehors des périodes électorales, de son manque de considération, du manque de présence de la mairie dans la vie de la cité.

C'est pourquoi le choix du prochain maire de la commune est un moment crucial pour les habitants de cette commune.

L'incohérence de la gestion actuelle qui donne l'impression de gérer par procuration et d'être plus préoccuppée de revendiquer les réalisations effectuées dans la commune par la Ville de Dakar et son charismatique maire Khalifa Sall, aplutôt favorisé l'éclosion de onze (11) coalitions de listes dans une commune qui compte à peu près vingt-mille (20.000) habitants: cela fait environ cinq mille (5000) résidents qui se sont engagés politiquement. Le risque de cette multitude de coalitions concurrentes est de favoriser la réélection du maire sortant.

Sur ces onze listes, on peut compter sur une main celles qui émergent vraiment: Bess Du Niak dirigée par le député éponyme Mame Malick Sy, Taxawu Dakar conduite par le Professeur Pierre Sané investi par le Parti Socialiste, Benno Bok Yakar menée par le maire AFP sortant Dr Malick Diop et le D.G. des ADS Pape Maël Diop, et Taxawal Ndakaru ak Khalifa Sall du député Tekki Mamadou Lamine Diallo.

Dans la commune, le maire sortant fait vraiment l'unanimité contre lui à cause de sa léthargie et de son manque de considération. Associé à l'APR Pape Maël Diop, il va également faire face aux dix (10) autres coalitions dont deux listes dissidentes de l'APR dirigées par Karim Fofana et Mansour Niasse. La tête de liste de Bess Du Niak Mame Malick Sy jouit d'un préjugé favorable en raison de son empathie naturelle et du courant de sympathie dont son parti bénéficie dans la commune où aux dernières élections législatives de Juin 2012, il a été crédité de 12%.

Taxawal Ndakaru ak Khalifa Sall, dont le leader est le député de Tekki Mamadou Lamine Diallo, en voulant surfer sur la vague Khalifa Sall qui a le vent en poupe en ce moment, a semblé oublier une réalité: c'est à la commune de Fann-Point E-Amitié de se choisir son maire d'abord, de se fixer les objectifs propres à chacun de ses sept (7) quartiers, de faire son choix parmi les programmes proposés, de choisir la liste qu'elle pense la meilleure au plan local avant de soutenir une option politique départementale ensuite. Car à Taxawal NDakaru ak Khalifa Sall, on ignore encore qui, parmi la dizaine de partis qui composent la coalition, est le candidat à la mairie, laissant les électeurs dans l'ignorance de celui ou celle qui va diriger la mairie en cas de victoire. Seraient-ils d'accord, le cas échéant, sur le nom qui sortira à l'issue des tractations laborieuses entre cette multitude de partis? C'est loin d'être sûr, mais enfin....

Ce que leur concurrent immédiat Taxawu Dakar dirigé par le socialiste Pierre Sané a très tôt compris en déclarant que pour lui le débat était que les résidents de la commune choisissent la meilleure liste, le meilleur candidat déclaré à la mairie et le programme de gestion participative sur lequel son programme est prioritairement basé. Il l'a d'ailleurs rappelé lors de son débat très civilisé avec le Dr Malick Diop à l'émission "Gox Bi" du 18 Juin sur la RFM: "Dans le modèle de gestion participative que je préconise, il n'y a aucune décision n'est validée sans la participation des administrés et l'accord de la majorité d'entre eux. S'agissant du projet de construction d'un centre commercial sur le canal décidé par l'actuel maire, si je suis élu, je ramènerai la décision aux résidents et je leur demanderai s'ils veulent de ce projet d'une part et si d'autre part, cet argent était disponible, que voudraient-ils en faire à la place".

A l'origine de la féroce bataille d'opinion qui oppose Taxawal Ndakaru et Taxawu Dakar, un désaccord né de l'échec des discussions menées entre Pierre Sané et Mamadou Lamine Diallo de Tekki au moment de la confection des listes, sur le nombre d'investis imparti au Parti Socialiste: neuf (9) semble-t-il sur quarante-six (46) titulaires. Qu'à cela ne tienne! Etant tous les deux soutiens du maire Khalifa Sall, après le "divorce", l'un s'est retrouvé avec seulement le logo et sa dizaine de partis coalisés, l'autre avec seulement le nom de la coalition Taxawu Dakar, le vert et le jaune de ladite coalition, l'étoile et le bulletin vert du Parti Socialiste, le FSD/BJ de Cheikh Bamba Dièye et le mouvement associatif Law Ba Faw. MDR!

Taxawal Ndakaru a attrait Taxawu Dakar en justice, des insultes contre Pierre Sané ont souillé les murs de la mosquée du Point E et de la piscine olympique et de camarade de Bureau Politique et de Parti Socialiste de Khalifa Sall, défendant et soutenant les mêmes intérêts et la même orientation politiques, Taxawal Ndakaru a cherché à diaboliser Pierre Sané pour le faire passer pour un "usurpateur", un "escroc", un "faussaire" lors d'une conférence de presse publique relayée par la presse et autres arguments de bas niveau dignes de leur coalition hétéroclite et sans candidat. L'opinion publique appréciera.

Il est certain que la serénité d'un adversaire adepte du débat de haut niveau et de l'argumentation pertinente et pacifique peut déranger et destabiliser des "musculaires", mais Pierre Sané après une riche carrière internationale à Amnesty International, au CRDI et à l'Unesco travaille maintenant dans son cabinet Imagine Africa et son institut Imagine africa Institute basé à Paris et à Dakar. C'est dire que sa seule ambition est de servir la commune qui l'a vu naître et grandir, jouer aux navétanes aussi. Son avenir ne dépend pas de l'issue du scrutin de Dimanche 29 Juin. Car tous les matins, il travaille d'abord dans ses bureaux avant de descendre sur le terrain faire campagne, une cativité qu'il finance de ses propres deniers. Ce sont autant de sous qui ne sortiront pas de la poche du contribuable ni de l'argent public.

Bonne chance à tous les candidats déclarés à la conquête de la commune de Fann-Point E-Amitié!

La Rédaction






Hebergeur d'image