leral.net | S'informer en temps réel

Fatick : le TGI condamne un agro-pasteur à 10 ans de travaux forcés pour meurtre

La chambre criminelle du Tribunal de grande instance (TGI) de Fatick (centre) a condamné, samedi, à dix ans de travaux forcés l’agro-pasteur Gorgui Sow, chef du village de Thiobé (Gossas) pour la mort de Thierno Guèye.
Gorgui Sow devra également payer une amende de 5 millions de dommage et intérêt à Fatou Sakho, veuve de la victime.


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Janvier 2016 à 19:54 | | 0 commentaire(s)|



Les faits remontent au 18 octobre 2013. Ce jour-là, vers 13 heures, les éléments de la brigade de gendarmerie de Colobane (Gossas) étaient avisés par les villageois de Teck Thiella de la survenue d’une violente bagarre dans les champs avoisinant les habitations.

Une fois sur les lieux, les gendarmes avaient été conduits par Babacar Sylla alias Mbaye Sylla auprès du corps sans vie de Thierno Guèye.

Les enquêteurs avaient alors interpellé à 200 mètres des lieux le nommé Gorgui Sow qui tenait par devers lui deux fusils -l’un appartenant à la victime- et une cartouche.

Gorgui Sow, âgé de 33 ans marié au moment des faits à trois femmes et père de 14 enfants est placé sous mandat de dépôt le 23 octobre 2013.

Le mis en cause a expliqué qu’un groupe de personnes avait fait irruption dans son champ où il se trouvait ce 18 octobre en compagnie de ses enfants et épouses pour la récolte pour lui signaler des dégâts que son troupeau aurait fait dans leur champ.

M. Sow par ailleurs chef de village de Thiobé a soutenu avoir dit à ses visiteurs de lui demander réparation si leur allégation était fondée non sans préciser qu’il était prêt à payer. Le mis en cause faisait observer que le nommé Mbaye Sylla lui avait rétorqué qu’ils n’avaient pas besoin se son argent mais de sa mort avant d’ordonner aux autres de le tuer.

Il a indiqué qu’un groupe de personnes dirigé par Thierno Guèye , armé d’un fusil avait fouillé partout dans sa maison avant de se diriger vers le domicile de son père, l’obligeant à fuir.

Il a révélé avoir échappé au tir de Thierno Guèye et que lui, a atteint au thorax par inadvertance sa victime que s’affairait à recharger son arme.

Le certificat de genre de mort établi le 19 octobre par le médecin chef de l’hôpital Matlaboul Fawzaini de Touba, Amadou Samba Sow, a fait état de lésions de brûlures au niveau des bras et avant-bras et de multiples plaies occasionnées par balles artificielles avant de conclure à une mort par hémorragie interne et externe.

A la barre du tribunal, le témoin Mame Djiby Thiane qui avait confirmé devant le juge d’instruction les déclarations de Babacar Sylla s’est rétracté soutenant que la victime d’était pas armé.

Le procureur dans son réquisitoire a reconnu la constance de l’accusé dans ses propos tenus lors l’enquête préliminaire et à la barre tout en relevant que "le mobile du crime s’explique par la nature du coup feu et la partie vitale du corps visée à savoir le thorax".

Le ministère public précise que "la légitime défense implique trois conditions cumulatives. L’agression doit être actuelle, nécessaire et proportionnelle". Ce dernier point est important car même si "la victime détenait une arme, il ne résulte nulle part que qu’il en a fait usage", a-t-il fait remarquer.

Selon le magistrat qui a requis une peine d’emprisonnement aux travaux forcés à perpétuité, "la victime Thierno Guèye a perdu doublement. Sa récolte est dévastée par le troupeau de Gorgui Sow et il a aussi perdu sa vie".

La peine requise sera une façon de rendre hommage à sa mémoire, à ses deux femmes et ses quinze enfants devenus orphelins, a indiqué le procureur.

A sa suite, les avocats Mes Iba Mar Diop et Omar Diallo de la défense ont estimé "injustifiée et excessive" la peine peine demandée car Gorgui Sow est couvert par la légitime défense et que sa responsabilité pénale n’est nullement engagée.

"Il y a un esprit de provocation car les habitants du village
Teck Thiella n’ont pas cherché à trouver une solution face aux problèmes. Ce sont eux qui sont à l’origine de ce drame car ils ont armé Thierno Guèye, l’ont gonflé pour aller faire des représailles dans le village de Gorgui Sow distant de 7 km", a estimé Me Iba Mar Diop.

Plaidant pour une application bienveillante de la loi pénale, l’avocat a jugé "regrettable" ce qui est arrivé à son client dépeint dans l’enquête sociale de l’AEMO comme "quelqu’un de pacifique qui n’a jamais fait recours à la violence dans sa vie".
Après avoir délibéré, le tribunal a déclaré l’accusé Gorgui Sow coupable des faits qui lui sont reprochés et l’a condamné à 10 ans de travaux forcés et à verser une somme de 5 millions de francs CFA Fatou Sakho, veuve du défunt en guise de dommage et intérêt.
APS






Hebergeur d'image