leral.net | S'informer en temps réel

Faut-il répondre aux élucubrations de l’«honorable» député-maire Barthélemy Dias ?

Un proverbe wolof dit que « Satan ne dit pas la vérité mais sème le doute ».


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Juin 2015 à 20:59 | | 4 commentaire(s)|

Faut-il répondre aux élucubrations de  l’«honorable» député-maire Barthélemy Dias ?
Sept jours après sa dernière conférence de presse, le Maire Barthélémy Dias nous revient avec le même refrain : « Je vais démolir ! Je suis le Maire ». Pour paraphraser Wolé Soyinka, nous lui disons qu’ « un lion ne proclame pas sa lionitude au risque d’apparaitre comme un simb gaindé ». Il annonce des démolitions et des plaintes qui s’avèrent être des arlésiennes. Rappelons que Barthélémy Dias est maire depuis 2009.

Où était-il depuis le démarrage du lotissement de Sacré Pyrotechnie en 2002 et qui est aujourd’hui en phase terminale ?

Qu’est ce qui fait courir aujourd’hui l’Honorable Député Maire qui récemment, lors du passage à l’Assemblée Nationale du ministre Diène Farba SARR pour le vote du budget 2015, avait défendu la SICAP SA pour l’octroi de réserves foncières ?

Combien de fois a-t-il été reçu à la SICAP SA accompagné de «Papa » ?

La SICAP SA n’est pas une Société «bananière » ou « voyou ». Elle est nationale ; l’Etat détient plus de 90 % des actions. L’Etat nomme le Président du Conseil d’Administration et le Directeur général. Le Conseil d’Administration est composé du Contrôle financier de la Présidence, de la Primature, de l’Assemblée nationale, de la Commune de Dakar, du ministère de l’Economie et des Finances, de la Direction de l’Habitat, de la BHS, de la LONASE, de la SNR.

Ce sont des hommes et des femmes de valeur dont on connait le cursus universitaire et l’expérience professionnelle (ce qui n’est pas le cas des certains bavards). Le très courtois Mame Bounama SALL, Trésorier Général du Parti Socialiste (PS ) est le Président du Conseil d’Administration.

La SICAP SA est sous la tutelle du Ministère du Renouveau Urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie ; et est régulièrement contrôlée par l’Inspection Générale de l’Etat, la Cour des Comptes, l’ARMP…

Barthélémy Dias doit arrêter de calomnier ou d’intimider ses concitoyens. Qu’il ait le courage de citer des noms et de porter plainte. Trêve de « porter presse » !!! « Quand on ramasse de la boue pour la jeter à quelqu’un, on se salit forcément ».

La SICAP SA aurait pu l’expulser des locaux qui abritent sa commune car c’est un mauvais payeur ; l’assiette du terrain est de 1554 m² et dépend du Titre Foncier n°1559/GRD.

Si le maire Barthélémy Dias s’aventure à détruire les biens d’autrui, qu’il soit poursuivi pour voie de fait !

S’il refuse de délivrer des permis de construire, qu’il soit poursuivi pour excès de pouvoir ! L’article 128 du Code Général des Collectivités Locales est clair : « Dans le cas où le Maire refuse ou néglige de faire des actes qui lui sont prescrits par la loi ou les règlements ? Le Ministre des Collectivités Locales saisi par le représentant de l’Etat, après mise en demeure, peut y procéder d’office ». L’Etat est interpellé.

Les dispositions des articles 135 et 140 du Code Général des Collectivités Locales relatifs à la révocation doivent être visités car le Maire Dias se croit être au dessus des lois.

Barthélémy Dias n’est pas le seul Maire au Sénégal ni le seul Maire des « SICAP ». On n’a pas entendu le maire des SICAP Liberté, ni le Maire de Fann Amitié, ni le Maire de Dieuppeul, ni le Maire de SICAP Mbao,… raconter ces histoires car c’est un « non combat ».

VIVE LA REPUBLIQUE.

Abdoul Aziz WANE
Secrétaire Général
Syndicat des Travailleurs de la SICAP SA
Place de l’Unité Africaine








Hebergeur d'image



Hebergeur d'image