leral.net | S'informer en temps réel

Faux et usage de faux : De hauts responsables des ADS soldent leurs comptes à la barre

Conseiller en politique aux Aéroports du Sénégal (Ads), Daouda Kénémé a été attrait, mercredi dernier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par Maïb Hann, chef de protocole au dit service, et la Banque atlantique. Poursuivi pour faux et usage de faux dans un document de banque, M. Kénémé, qui risque 6 mois de prison ferme, sera fixé sur son sort le 17 décembre prochain.


Rédigé par leral.net le Vendredi 12 Décembre 2014 à 10:12 | | 1 commentaire(s)|

Faux et usage de faux : De hauts responsables des ADS soldent leurs comptes à la barre
Les relations amicales entre le chef de protocole des Aéroports du Sénégal (Ads), Maïb Hann, et son collègue Daouda Kénémé, conseiller en politique, ne sont plus au beau fixe. Ces deux amis, qui partagent le même bureau au niveau des Ads, sont devenus des ennemis jurés à cause d'une affaire de faux et usage de faux dans un document de banque. Marié à une Française, Daouda Kénémé nourrissait l'ambition d'aller rendre visite à sa femme et ses enfants qui vivent en France. C'est ainsi qu'il s'en est ouvert à son collègue Maïb Hann qui s'est engagé à l'aider à trouver un visa. Ainsi, le sieur Hann remet, quelques jours plus tard, des documents à son collègue afin qu'il aille les déposer à l'ambassade de France. Mais, dans les documents en question, il y avait un faux relevé bancaire de la Banque atlantique.

Trois jours après le dépôt de la demande de visa, l'ambassade de France a adressé une correspondance à la Banque atlantique pour l'authentification du relevé bancaire qui s'est avéré être un faux. Ainsi, le visa a été rejeté et la Banque atlantique a porté plainte contre Daouda Kénémé pour faux et usage de faux dans un document de banque. Cependant, à l'enquête préliminaire, le mis en cause a déclaré que ce n'est pas lui qui a fait du faux mais plutôt son collègue Maïb Hann. Car, dit-il, c'est ce dernier qui lui a remis toutes les pièces, y compris le relevé bancaire, afin qu'il dépose un visa. Des allégations que le sieur Hann a battues en brèche.

A la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, mercredi dernier, le prévenu Daouda Kénémé a réitéré les mêmes propos qu'à l'enquête préliminaire en soutenant que c'est son ami qui lui a remis le relevé bancaire, objet de la plainte. "Si je l'avais su, je ne déposerais jamais ce visa. Mais, j'ai déposé le dossier parce que Maïb Hann m'avait certifié que tous les documents étaient authentiques", a déclaré le prévenu pour se tirer d'affaire. "C'est faux", a répondu le chef de protocole des Ads qui jure qu'il n'a jamais donné un faux relevé bancaire au prévenu.

Dans son réquisitoire, le maître des poursuites a soutenu que c'est le prévenu qui a fait du faux d'autant que c'est lui qui était à la recherche d'un visa pour se rendre en France. Qualifiant les faits de très graves, il a requis 2 ans dont 6 mois ferme contre le mis en cause. Les parties civiles, en l'occurrence Maïb Hann et la Banque atlantique, se sont désistées. L'avocat de la défense a plaidé, à titre principal, la relaxe au bénéfice du doute. Car, à son avis, il n'y a aucun élément dans cette affaire qui prouve que c'est son client qui a fait le faux. A titre principal, il a plaidé une application bienveillante de la loi. L'affaire est mise en délibéré au 17 décembre prochain.

Libération






Hebergeur d'image