Leral.net | S'informer en temps réel



Feu vert à l'extradition d'Assange vers la Suède

le 30 Mai 2012 à 12:27 | Lu 413 fois

Stockholm réclame le fondateur de WikiLeaks dans une affaire de viol et d'agressions sexuelles. Il a deux semaines pour contester ce jugement et faire appel devant la Cour européenne des droits de l'homme.


De notre correspondant à Londres

Julian Assange peut être extradé du Royaume-Uni vers la Suède, selon le jugement rendu mercredi matin par la Cour suprême britannique. Le fondateur de WikiLeaks y est soupçonné d'agressions sexuelles. La justice suédoise veut l'interroger sur les accusations de deux femmes qui avaient travaillé comme bénévoles pour l'organisme spécialisé dans les fuites de documents secrets. Mais aucune poursuite formelle n'a été déposée contre lui. La Cour suprême était la dernière instance d'appel britannique de Julian Assange, assigné à résidence en Grande-Bretagne depuis décembre 2010. Mais ses recours ne sont pas totalement épuisés.

D'une part, son avocate, Dinah Rose, a demandé à la cour de lui donner deux semaines pour demander un réexamen du dossier sur un point de procédure. Elle estime que le jugement de mardi invoque un argument de la convention de Vienne sur l'interprétation des traités qui n'avait pas été débattu par les parties en audience. Le juge Phillips lui a accordé ce délai, mais une telle possibilité de réouverture du dossier est rarissime. D'autre part, Julian Assange, qui n'était pas présent lors de la lecture du jugement, a deux semaines pour déposer un appel devant la Cour européenne des droits de l'homme. Si ces deux voies échouent, il pourra être extradé.

La Cour suprême divisée
Le jugement, assez complexe, a divisé la Cour suprême, qui l'a adopté par cinq voix contre deux. Il porte sur l'interprétation de la notion d'«autorité judiciaire». Les traités d'extradition prévoient qu'une demande d'extradition soit déposée par une autorité judiciaire. Les avocats d'Assange ont déposé un recours arguant que la demande concernant leur client émane d'un procureur qui, selon la définition britannique, n'est pas une autorité judiciaire - limitée aux juges du siège. Mais la Cour suprême a retenu l'interprétation française de la notion d'autorité judiciaire, qui inclut le parquet.

Selon Assange et ses proches, les accusations dont il fait l'objet émanent d'un complot international orchestré par les États-Unis en représailles contre ses révélations. Il redoute que son départ vers la Suède soit le prélude à une extradition ultérieure vers les États-Unis. Isolé, désargenté, le champion de la transparence s'est récemment reconverti en animateur de talk shows pour une chaîne de télévision moscovite proche de Poutine.


Par Florentin Collomp