leral.net | S'informer en temps réel

Fifa: ce que contient l'acte d'accusation visant l'Afrique du Sud

L'Afrique du sud se défend de toute accusation de corruption lors de l'attribution du Mondial 2010. Mercredi, la justice américaine a dénoncé l'attribution de la Coupe du monde de football à l'Afrique du Sud comme étant corrompue. Selon la justice américaine, Pretoria aurait payé 10 millions de dollars aux dirigeants de la Fifa pour que l'événement se tienne dans son pays. Les détails contenus dans l'acte d'accusation ont été rendus publics hier, jeudi.


Rédigé par leral.net le Vendredi 29 Mai 2015 à 10:26 | | 0 commentaire(s)|

Fifa: ce que contient l'acte d'accusation visant l'Afrique du Sud
Les dirigeants du football sud-africains se sont toujours félicités de leur acharnement à obtenir la Coupe du monde 2010. Mais la justice américaine raconte une tout autre histoire. L'acte d'accusation décrit comment l'ancien vice-président de la Fifa, Jack Warner, a reçu 10 millions de dollars du gouvernement sud-africain. Comment un membre de sa famille serait venu à paris dans un hôtel où un Sud-Africain lui aurait remis une mallette remplie de dollars.

Le document ne donne pas de nom, mais précise qu'il s'agit d'un membre du comité de candidature de l'Afrique du Sud. L'acte explique également comment Pretoria ne pouvant sortir 10 millions de dollars de son budget, cette somme a été déduite de la contribution apportée par la Fifa et transférée sur le compte de l'Union caraïbéenne de football, dont Jack Warner était également le président.

La justice américaine fait également référence à un second Sud-Africain. Bref des accusations détaillées. Aujourd'hui, en Afrique du Sud, tout le monde se demande qui sont les deux Sud-Africains en question.

Le gouvernement droit dans ses bottes

Quoi qu’il en soit, jeudi, au lendemain des révélations de ce scandale, le gouvernement sud-africain a rejeté en bloc les accusations de la justice américaine : Pretoria n'a jamais transféré d'argent à la Fifa pour obtenir le Mondial 2010. Le ministre à la Présidence, Jeff Radebe, a rappelé que son pays avait même reçu un audit impeccable pour l'organisation de l'événement. « Nous avons reçu un audit impeccable, s'est-il défendu. Il n'a jamais été suggéré qu'une quelconque infraction ait eu lieu en Afrique du Sud. En tant que pays nous allons collaborer avec ceux qui ont porté ces accusations. »

La réaction du ministre des Sports a en revanche été plus sanguine. Fikile Mbalula s'est insurgé contre ce qu'il estime être une campagne pour discréditer son pays. « Nous ne pouvons pas devenir un dommage collatéral dans votre poursuite de la justice, s'est-il insurgé. Dans ce que vous essayez de faire, des innocents deviennent des victimes. Nous n'avons pas organisé un pique-nique, nous avons conduit ce processus de façon correcte. Nous ne sommes pas un petit poisson dans le monde, nous devons être respectés. »

Le gouvernement sud-africain s'est engagé à coopérer avec la justice américaine pour combattre la corruption. Et a indiqué avoir demandé une copie de l'acte d'accusation afin de l'étudier.

De son côté, Danny Jordaan, l'actuel président de la Fédération sud-africaine de football n’a pas réagi. Danny Jordaan, qui à l'époque était président du comité de candidature de l'Afrique du Sud, s'est envolé jeudi soir pour Zurich, où doit avoir lieu ce vendredi le congrès de la Fifa.

RFI






Hebergeur d'image