leral.net | S'informer en temps réel

Finalement, le dimanche 22 mai 2016 est la date indicative retenue pour le Référendum au Sénégal


Rédigé par leral.net le Mardi 19 Janvier 2016 à 13:15 | | 7 commentaire(s)|

Finalement, le dimanche 22 mai 2016 est la date indicative retenue pour le Référendum au Sénégal
Information dakarposte ! En effet, nous tenons de bonnes sources, au fait de ce qui se trame dans les officines du régime, que le dimanche 22 mai 2016 a été retenu comme date pour le Référendum tant attendu. Ce, après avis, bien entendu, du Conseil Constitutionnel.

A noter que la date indicative veut dire un jour qui fournira une information, un renseignement, au moins approximatif; qui peut être pris comme élément de référence, au moins provisoirement.

Il faudrait cependant rappeler que le chef de l'Etat Macky Sall a annoncé au mois de mars 2015 qu'il comptait soumettre en 2016 à référendum la question de la réduction de son mandat de sept à cinq ans, pour organiser l'élection présidentielle en 2017 au lieu de 2019.

"J'ai été élu pour sept ans" en mars 2012, mais "l'année prochaine, je vais proposer l'organisation d'un référendum pour la réduction de mon mandat", a affirmé M. Sall lors d'une rencontre à Dakar avec l'Association de la presse étrangère au Sénégal (APES), la première depuis son investiture en avril 2012.

Ce référendum va permettre "une révision de la Constitution, d'abord sur le mandat et ensuite sur quelques autres aspects pour consolider notre démocratie", a-t-il indiqué, estimant que "cela devrait pouvoir être fait en 2016, probablement au mois de mai".

Durant sa campagne électorale puis une fois au pouvoir, M. Sall a promis de réduire le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais il a expliqué mardi que cette modification, concernant un mandat déjà entamé, devrait passer par la voie référendaire, après avis du Conseil constitutionnel.

"Si c'est validé, c'est en février 2017 que se fera l'élection présidentielle, au lieu de 2019", a-t-il dit.

A la question de savoir s'il va briguer un nouveau mandat, il a répondu: "C'est trop tôt pour parler de ma candidature".

Mais peu auparavant, il avait assuré ne pas craindre une éventuelle candidature de Karim Wade, ancien ministre et fils de l'ex-Président (2000-2012) Abdoulaye Wade, actuellement détenu et jugé pour "enrichissement illicite et corruption" par une cour spéciale.


Exclusif Dakarposte






Hebergeur d'image