leral.net | S'informer en temps réel

Focus sur la campagne électorale


Rédigé par leral.net le Lundi 26 Décembre 2011 à 16:28 | | 2 commentaire(s)|

Focus sur la campagne électorale
Jamais auparavant nous n'avions assisté à une telle mise en "scène de soi "par des candidats «coachés » par des agences de communication.

Jamais les images et les affects ne l’avaient aussi visiblement emporté sur les programmes et les idées.

Jamais le « moi, je » n’avait autant surclassé le « nous, on », tant chez les candidats que chez les électeurs.

Nous assistons a une véritable psychologisation sans précédent de la vie politique et une totale perte de vue des difficultés dont souffre le peuple sénégalais.

Toutes les grandes questions nationales et internationales sont passées au second plan par rapport aux problèmes catégoriels et subjectifs. Dans les débats, les questions posées aux candidats ne portent pratiquement jamais sur leur projet politique.

La plupart des électeurs ont ainsi montré qu’ils adoptaient, face aux échéances électorales, non pas une logique politique de citoyenneté, mais une logique économique de consommation (le vote comme transaction entre un vendeur et un consommateur). Les pseudo-militants rémunérés pour remplir les meetings ne démentiront pas.

La politique, perdant toute dimension symbolique, cesse d’être le lieu du collectif pour se ramener à une confrontation de désirs individuels ou d’intérêts négociables dans un espace public largement privatisé.

Le souci du général, du collectif ou du commun étant absent, on ne sait plus très bien s’il s’agit d’élire un président de la République ou de désigner le responsable d’un représentant de coalition.

La mise en scène et surtout le cirque orchestré par les courtisans lors de l'investiture du candidat Wade par le PDS, la démonstration de force du mouvement M23, les atermoiements de Benno illustrent ainsi l'absence de vision des prétendants à la magistrature suprême.

Des candidats de la société civile sans envergure et sans programme veulent désormais incarner la relève des élites du pouvoir en place.

Mais quand les politiciens n’ont plus le charisme pour porter une vision collective enthousiasmante, qui prend la relève?

L’utopie, les grands rêves collectifs ont-ils encore une fonction dans notre pays?

Qui les incarne? Qui fait en sorte que les rêves des sénégalais deviennent réalité?

Notre méfiance et nos désappointements face à la lenteur des changements sociaux doivent-ils nous amener à renoncer à imprimer le futur ?


Par Ichrono.info



1.Posté par patisco le 26/12/2011 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Artisan de l’Alternance démocratique au Sénégal en 2000 après près de trente ans de combat démocratique, Abdoulaye Wade est aussi le seul leader politique cherchant une stabilité sociale prouvé par ses actes.

vive wade et ses alliés 75% au premier tour

2.Posté par bimouala le 26/12/2011 20:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'afrıque est opareıl ,mm chez moı en rdcongo ,le presıdent reelu frodıleusemnt a oocuper presk tout les medıa .l'oposıtıon a eu du mal pour se faıre entendre. C ca l'afrıc l'ımoralıter bat record.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image