leral.net | S'informer en temps réel

Football : l’Afrique a un des derbies les plus chauds du monde


Rédigé par leral.net le Jeudi 17 Mars 2016 à 09:44 | | 0 commentaire(s)|

Football : l’Afrique a un des derbies les plus chauds du monde

Le continent est représenté dans ce Top 5 des chocs de football entre clubs les plus chauds au monde par le derby du Caire en Egypte, entre le National Al Ahly et le Zamalek. Un match qui rend exigües les 120.000 places du stade de la capitale. Les autres pays dans le genre sont la Turquie, l’Argentine, l’Ecosse et la Grèce.

1- Fenerbahce – Galatasaray (Turquie)

 

La ville d'Istanbul est divisée en deux : une partie européenne, une autre asiatique. L'Europe est représentée par Galatasaray, et la partie orientale par Fenerbahce. En 1934, un match amical se termine par un combat sur le terrain et dans les tribunes, de la est né la haine et la rivalité entre les deux équipes.

2- Boca Juniors - River Plate (Argentine)

 

Le Superclasico est la rencontre qui symbolise le football argentin. Une rencontre capable d'arrêter tout un pays. D'un coté, le Boca Junior fondé par les immigrants et de l'autre River Plate. À l'origine de la rivalité, un match disputé le 20 septembre 1931 et arrêté après 65 minutes de jeu à la suite de l'expulsion de trois joueurs et d'une bagarre générale entre les joueurs et les supporters des deux camps.

3- Celtic – Rangers (Ecosse)

Le derby de Glasgow entre les Rangers et le Celtic est l'un des plus violents au monde, et est connu sous le nom de Old Firm. D'un coté, on a les Rangers : unionistes par rapport à la question irlandaise, puis le Celtic, catholique et séparatistes irlandais.

4- Al Ahly – Zamalek (Egypte)

Leur rivalité est surtout politique. Al Ahly défend le nationalisme prolétarien et pré-coloniale, alors que Zamalek représente la bourgeoisie colonialiste et Le Caire étranger. La violence est souvent présente et certaines rencontres ont dû être jouées sur terrain neutre.

5- Olympiakos – Panathinaikos (Grèce)

Un des derbies les plus dangereux au monde. Le Panathinaikos représente les classes aisées d'Athènes, et l'Olympiakos surtout les classes ouvrières. Au fil des années, la question sociale a été mise en veilleuse, mais la haine est restée toujours aussi forte entre les deux clubs.

buzzsenegal







Hebergeur d'image