leral.net | S'informer en temps réel

Franc CFA : pourquoi la BCEAO a porté plainte contre Kémi Séba


Rédigé par leral.net le Mardi 29 Août 2017 à 23:38 | | 0 commentaire(s)|

Kemi Seba lors d'un rassemblement, le 19 août à Dakar. © Clément Tardif pour J.A.
Kemi Seba lors d'un rassemblement, le 19 août à Dakar. © Clément Tardif pour J.A.

La Banque centrale confirme à "Jeune Afrique", avoir porté plainte contre le président de l'ONG Urgences Panafricanistes. Objectif : envoyer un "signal dissuasif".

L’arrestation de Kémi Séba, vendredi 25 août, à Dakar , fait bien suite à une plainte de la BCEAO (Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest), a confirmé à Jeune Afrique, une source au sein de l’institution bancaire.

« La banque n’a rien contre les dé
bats autour du F CFA, mais elle ne trouve pas acceptable qu’on s’en prenne à des signes monétaires. Il fallait envoyer un signal dissuasif pour ne pas inciter les gens à perdre leur argent avec ce type d’actions », a-t-elle ajouté.
 

Depuis que le président de l’ONG Urgences Panafricanistes a brûlé un billet de 5 000 F CFA en public, nombre de photographies circulent en ligne montrant des billets de banque de la zone détournés ou détruits.


Dans le détail, c’est la direction des affaires juridiques de la banque qui a suggéré à ses avocats, de déposer une plainte. La BCEAO prévoit de tenir un point de presse dans les prochains jours, pour s’expliquer.

Incarcéré à la prison de Rebeuss, à Dakar , avec Bentaleb Sow, un autre membre (sénégalais) d’Urgences panafricanistes, le Franco-Béninois Kémi Séba  doit comparaître ce mardi 29 août devant le tribunal des flagrants délits.

En soutien à ses membres incarcérés, l’ONG a organisé des rassemblements pacifiques, ce mardi, dans plusieurs villes africaines, à savoir Dakar, Cotonou, Abidjan, Moursal au Tchad, Niamey, Ouagadougou et Bamako.


Celui qui ce définit sur sa page Facebook comme « résistant africain » et « penseur panafricaniste » avait été interpellé à son domicile dakarois, vendredi 25 août au matin Cette procédure fait suite à un rassemblement « contre la Françafrique » organisé par son ONG, le 19 août, sur la place de l’Obélisque, à Dakar, au cours duquel Kémi Séba avait publiquement brûlé un billet de 5 000 F CFA, pour dénoncer cette monnaie qu’il qualifie de « scandale économico-politique d’ordre colonial ».

Dans la nuit de jeudi à vendredi, avant son interpellation, l’activiste avait posté un message sur sa page Facebook, intitulé « Franc CFA : « La BCEAO porte plainte pour le billet colonial que j’ai brûlé », où il déclarait : « Je savais qu’en effectuant cet acte purement symbolique, la BCEAO, sans doute sur commande de la Banque de France, engagerait une procédure visant à me mettre en prison. Je le savais, et je suis prêt à en payer le prix du plus profond de mon âme. » La BCEAO n’avait, jusqu’ici, pas confirmé être à l’origine de la plainte.

L’article 411 du Code pénal sénégalais prévoit que, « quiconque aura volontairement brûlé ou détruit, d’une manière quelconque, des registres, minutes ou actes originaux de l’autorité publique, des titres, billets, lettres de changes, effets de commerce ou de banque, contenant ou opérant obligation, disposition ou décharge; (…) Si les pièces détruites sont des actes de l’autorité publique ou des effets de commerce ou de banque, la peine sera d’un emprisonnement de cinq ans à dix ans ».


Par Charles Bouessel du Bourg  (Jeuneafrique)









Hebergeur d'image