leral.net | S'informer en temps réel

France : Un Sénégalais en cellule parce que sa « tête est pleine de cheveux »

Seydou Niang, Sénégalais, est consultant en France pour Tostan, une ONG qui favorise le développement durable en Afrique. Il fait des allers-retours fréquents entre Paris et Londres, où vit sa femme. Dans la nuit du 24 au 25 juin, alors qu'il rejoint la Grande-Bretagne en car, un contrôle d'identité le conduit en prison.


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Juillet 2010 à 04:54 | | 25 commentaire(s)|

Seydou Niang
Seydou Niang
Jeudi soir dernier, j'avais hâte de retrouver chez elle, à Londres, ma femme Sarah, enceinte de huit mois. Je suis monté avec impatience dans le bus de nuit Eurolines qui quittait Paris en fin de soirée. Nous avons atteint la frontière française à Calais vers 1 heure du matin. Je m'attendais aux questions de routine auxquelles mes allers-retours m'ont habitué ; j'étais loin d'imaginer ce qui allait se passer…

Selon les cinq policiers qui contrôlaient les pièces d'identité, visas et permis de séjour des passagers, le passeport que je leur présentais n'était pas à moi : ils étaient persuadés que les photos figurant sur mes visas n'étaient pas les photos de l'homme qu'ils dévisageaient. J'ai tenté de les convaincre que ces papiers étaient bien les miens. Rien à faire.

« On m'a menotté, on m'a installé dans une voiture de police »
Ils m'ont fait descendre du bus. Ils ont voulu me faire signer un procès-verbal selon lequel je reconnaissais être en possession de documents illégaux. Je suis resté le plus calme possible mais dans ma tête, ça tournait de plus en plus vite. J'ai lu avec attention le papier qu'on me fourrait dans la main : quand j'ai compris ce que ça signifiait, j'ai refusé avec force.

« Tu vas partir en garde à vue pour 24 heures, le temps qu'on vérifie tes mensonges ! »

On était passé au tutoiement.

« Je n'ai pas le choix, faites ce que vous voulez, mais ce passeport est le mien. »

- « Tu as le droit d'appeler une personne de ta famille en France pour la prévenir. »

- « Ma femme est en Angleterre, en France j'ai mes collègues… »

- « Non, non, juste quelqu'un de ta famille. Si tu n'as pas quelqu'un de ta famille en France, signe là. »


On m'a tendu un papier où il était écrit que je ne souhaitais contacter ni mes parents ni mes employeurs. J'ai encore refusé. Je serrais les dents, mon estomac était une boule dure écrasée au fond de mon ventre. Mon cerveau tapait à toute force contre les parois de mon crâne. J'ai pensé très fort à tous ceux qui échouent ici sans connaître un mot de français.

On m'a fait passer les mains derrière le dos, on m'a menotté, on m'a installé dans une voiture de police. Dans la nuit humide de Calais, je suis allé en prison pour la première fois de ma vie.

« Je me suis accroché à ma dignité comme à une bouée »
Du fond de la cellule, je n'ai pas fermé l'œil de la nuit. Entre des murs insalubres, une chambre de 3 mètres sur 4 : un banc en ciment, des couvertures à l'odeur fétide. Les toilettes, au centre de la pièce, protégées de la vue par une barrière de 50 centimètres de haut, étaient nauséabondes. Dans ce monde-là, les caméras de surveillance traquent le moindre centimètre carré ; depuis le poste de contrôle, la sentinelle peut observer jusqu'aux hommes qui défèquent.

Pendant les heures qui ont suivi, je me suis accroché à ma dignité comme à une bouée. J'ai pensé à ma famille, à mes amis, aux gens que j'aime. A mon travail avec Tostan, aux droits humains. A ma venue en Europe. Aux miens au Sénégal, à ma terre du Fouta, à mon village : mais j'ai tout vu, j'ai tout entendu, j'ai tout senti, du fond de la cellule.

Les matins ordinaires, je me réveille à l'odeur chaude du café que fait couler mon colocataire, j'envoie un message à ma femme. Je prépare mon sac pour la journée, je monte dans le RER qui m'amène au centre de Paris.

Mais ce matin-là n'était pas un matin ordinaire ; j'étais en prison. Une main s'est glissée furtivement derrière la porte de ma cage ; on m'a jeté ma nourriture comme on jette sa pitance à un chien.

Ensuite, ce fut l'audition. Cinq policiers, quatre hommes et une femme, ont voulu m'intimider. Perchés sur leurs certitudes, ils éructaient en me toisant ; mais c'étaient eux qui étaient enragés. En vain, j'ai juré sur tous les saints que je leur disais la vérité. Ils ont fait venir un physionomiste qui m'a reconnu sur les photos de mon passeport ; ils n'étaient toujours pas convaincus.

En direction des policiers, j'ai articulé :

« Si vous étiez des professionnels comme lui, vous auriez reconnu que je suis l'homme qui est en photo sur mon passeport.

- Nous sommes des professionnels, c'est pour ça qu'on sait que ce n'est pas toi. »


On m'a traîné dans une pièce adjacente et on m'a photographié sous tous les angles, comme un criminel. J'avais juste envie que ça s'arrête. Au point de leur donner raison, de les laisser m'envoyer au Sénégal, pour que cet enfer se termine. J'étais à bout.

« Ta tête est pleine de cheveux, il faut te raser »
Ils ont fini par appeler un procureur, qui a examiné mon dossier et m'a fait relâcher.

« Ok, on voit que c'est bien toi », m'a lancé la policière. « Mais tes photos ne sont pas claires, nous on t'a vu différemment. Ta tête est pleine de cheveux, il faut te raser. »

A 11h30, j'étais officiellement libre. J'ai dû repartir dans la pièce infecte où j'avais passé la nuit, le temps qu'arrive la patrouille pour me ramener à la gare. J'ai insisté pour qu'on ne ferme pas la porte derrière moi : j'étais un homme libre. A midi, on m'a déposé à la gare routière de Calais. Je n'avais pas un papier, rien pour prouver ma détention.

« Débrouille-toi pour continuer sur Londres, maintenant. »

Londres, j'y suis arrivé tard dans la soirée. J'avais été déclaré disparu par ma femme, folle d'inquiétude : mes collègues à Paris avaient tenté toutes les démarches possibles pour avoir de mes nouvelles. Les policiers anglais, que Sarah avait contactés après plusieurs heures d'attente, avaient appelé leur homologues français de Calais au moment où j'étais en garde à vue, pour leur demander s'ils me détenaient : on leur a répondu non.

Titre: leral.net

J'ai été blessé : j'étais révolté. Aujourd'hui, j'ai puisé dans ma colère pour vous raconter cette histoire, une histoire toute simple de dignité bafouée, pour que vous sachiez ce qui peut arriver quand on prend le bus de Paris à Londres et qu'on a la tête pleine de cheveux.

leral.net Via rue89.com



1.Posté par astou diouf le 09/07/2010 05:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vraiment, bopp bi dafa raglou. Man sakh am teegn. Il faut imiter ce qui est joli. Cette coiffure n'est attrayant du tout. Ngeen baal ma akh.

2.Posté par Moussa Cissoko le 09/07/2010 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr. Niang,
Je parlais a un francais l'autre jour et je lui ai montre combien ils (les francais) manquent de respect aux non francais. Je lui ai fait part du fait que sans nos grand parents, ils auraient parle allemand a Paris et pourtant ils (les francais) se sentent pourtant superieurs aux autres peuples. Les francais ne respecteront jamais les africains
mais je suis tres fier de vous car a mon entendement, ils ont essaye de vous provoquer afain vous puissiez leur donner une excuse de pouvoir faire ce qu'ils veulent. Une question tres pertinente a savoir si vous n'etiez pas un intellectuel, ils en auraient profiter pour vous faire signer n'importe quoi. Il faut penser a faire une lettre de protestation a la mairie. Je ne connais pas bien le systeme francais mais il doit y avoir une structure a laquelle vous pouver vous adresser. Parlez a un avocat, car le point de votre calme est pour avoir le possibilite dee pouvoir protester legalement. Au peuple africain en France, Ne signez jamais rien, je dis absoluement rien si vous n'etes pas intruit.

3.Posté par LAYE le 09/07/2010 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non, le vrai problème c'est est-ce que ces imbéciles à qui Mr NIANG a eu affaire seront punis ou pas ? Est-ce que Mr NIANG a déposé une plainte ? leur foutre un vrai procès au c.u.l à ces imbéciles avec comme avocat Me VERGES et vous allez voir les choses vont bouger.Malheureusement le cas de Mr NIANG est banal en France parce-que les forces de l'ordre ne craignent aucune sanction quand ils agissent ainsi, libre à eux de se défouler sur les faciès comme ils veulent quand ils veulent sous la complicité flagrante de leur hiérarchie.

4.Posté par IBOU le 09/07/2010 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ceci mérite d'être de contact des autorités sénégalaises, la RADHO, etc. Comme l'a Moussa, si NIANG n'était pas courageux, ils auraient abuser de leur pouvoir.

5.Posté par Moussa Cissoko le 09/07/2010 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon point justement. Que ce soit une plainte, une demonstration, ou qoi que ce soit, quelque chose doit etre fait mais j'insiste que ce soit fait en respectant les regles du jeu, dans la politesse. C'est anisi seulement qu'on peut se battre contre l'injustice des francais sur les africains. Je sulut encore une fois l'attitude de Mr. Niang, encore faudra t il qu'il passe a la seconde phase.

6.Posté par ba le 09/07/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les francais sont des fils de putes ,en france rien n'est francais . des ros parleurs de rien du tout ils se croient superieur de tous les races de la planete mais ile se mettent le doigt dans l'oeuil;des laches.des tapetes, ils doivent remercier l'afrique au lieu de male traiter les africains .les francais sont des chauvages les esclaves des allemands

7.Posté par tu vas nous faire pleurer le 09/07/2010 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est quoi cette histoire de dignité ?

Une tête pleine de cheveux ça respire la dignité humaine ?...
Avant de penser à tes droits humains, pense plutôt à tes devoirs d'être humain.

Avant de décrire l'enfer puant de ta garde à vue dis-toi que dans d'autres pays - le Sénégal par exemple - la garde à vue est plus puante encore, et on peut se faire mettre en taule pour n'importe quel prétexte bien plus futile qu'une histoire de cheveux (un délit de sale tronche de français par exemple....)

8.Posté par cheikhgaye le 09/07/2010 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas du nouveau en France;
moi aussi à Paris au métro , alors que j'attendais le prochain métro, étant étudiant, un beau matin, un policier s'approche de moi, en plein hiver.
-Monsieur, vos pièces.
Après contrôle il me les rend en me disant , je croyais que vous étiez un indien noir à cause de votre tête nue sans cheveux. EXCUSEZ -MOI.
AUSSITÔT des passagers à coté me conseillèrent de protester publiquement ce n'est pas normale.

9.Posté par K.A.S.F le 09/07/2010 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le comporte du toubab envers le noir doit maintenant changer .je dis kil est grand temps que cela cesse. On est au soleil des libertés et des démocraties et que l'esclavage est officiellement aboli. Ce que mr Niang vient de nous faire part est tout a fait digne d'un film de racism.Que le blanc sache que l'homme noir est digne,civilisé,intelectuel et a le droit de fouler le sol de n'import quel pays et y exercer ses compétences l'également.
Mr niang et beaucoup d'autres sont des gens dignes ki exercent des metiers nobles et ki sont 2 fois plus en régle en france que des saletés de francais qui ont raté leurs avenirs en france, ki vennent en afrik illégament et ki ne subissent pas la meme pression que les noires dans l'éxagone.
Ils doivent se mettre dans la tete que si se n'était pas nos arrieres parents l'allemend serait la langue dominante en france.

10.Posté par rasmus le 09/07/2010 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un policier est un rocher il faut le detruire ou le laisser dans tous les pays ils sont pareils c est cela la verite

11.Posté par Bécaye le 09/07/2010 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un phénomène fréquent; Ils sont presque ridicules quant -ils contrôlent les étrangers ces policiers européens...

12.Posté par diap sa ndiambour le 09/07/2010 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CELA SE PASSE AUSSI CHEZ NOUS....
Je comprends votre peine, cher frère sénégalais, mais que cela ne soit pas pris comme un acte de racisme Je ne pense pas...C'est peut-être un excès de zèle de la part de ces polciers ...Mais figurez vous que cela se passe aussi chez vous,cher frère. A l'aeroport de Dakar. Avec des policiers bien sénégalais. Lors d'un voyage en Italie, devant passer au contrôle de la police des frontières, j'ai été sorti des rangs par le policier. On m'amène derrière pour me demander de poser mes empreinte sur un appareil de contrôle. Ce que je fis, alors que j'avais toutes les raisons pour rouspeter. Après cela, on me prit en photo pour verifier...Ensuite, on me remet mon passeport. Mais pensant que l'humiliation allait se terminer, le même policier m'interpelle et me redemande mon passeport. Je le lui remets. Il appelle son chef et lui demande si.....c'était bien moi sur la photo. Si lui sénégalais ne parvient pas à m'identifier, alors que dire de l'attitude d'un policier européen qui peine à reconnaitre tous les africains. Même si, en toute humilité, ils auraient dû accepter leurs erreurs

13.Posté par Goanna Diop le 09/07/2010 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut savoir voyager. Quand on voyage on devient anonyme et notre identité se tient uniquement sur une photo, un chiffre et une image imaginaire de ceux qui peut nous voire et nous distinguer des autres, Toute voyageur a le droit de ce faire respecter mais a aussi la responsabilité de se faire reconnaissable. Le droit de porter des barbes ou des cheveux à plaisir n’est pas garanti aux voyageurs. Sinon. la photo du passeport n’aura pas de sens. A mes yeux tous les Chinois se ressemblent et si on ajoute d’autre équation de camouflage, un même Chinois camoufler derrière une barbe ou une coiffure hors commun peut se confondre à mes yeux avec un Péruvien.
Certes les traitements des Niang était un peut trop sévère et non respectueux des ces droits.
Mais il faut que Niang pense également aux 30 autres passagers sur le même bus qui ont souffert 10 minutes de retard a cause de la volonté d’une personne de se faire valoir de ses droits de porter ses cheveux comme il le sent. Votre droit de se tendre tes mains librement et a toute moment doit obligatoirement s’arrêter au point ou commence le bout de nez de ton voisin. Et comme nous avons 6 milliards des voisins actuellement qui se permettent de placer le bout de leurs nez n’importe ou, sachons donc que certains de nos droits se limitent de plus en plus si l’on le veut ou pas.
Nous devons penser a cette risque au moment où nous exerçons nos droits a un «plastique surgery» pour allonger mon nez ou simplement porter nos cheveux comme Mr. T ?????.
Il faut qu’on se rappelle toujours de l’adage. Chez soi on est tous roi. Mais a partir d’un centimètre hors de chez soi on devient n’importe qui dans un monde ou l’habille peut faire ou pas faire le moine.

14.Posté par un message perso à l'attention de "ba" le 09/07/2010 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un message perso à l'attention de "ba"

c'est toi le sale fils de pute ! niap san ndeye conard . insulte ceux avec qui tu as eu des problèmes mais ne mets pas tout le monde dans le meme sac sinon tu es comme eux, comme ceux qui pensent que tous les noirs sont pareils. donc va te faire mettre comme eux. sale con !
boy toubab.

15.Posté par bono le 09/07/2010 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une histoire très utile monsieur Niang, et racontée avec beaucoup de sang froid ! bravo à vous et n'hésitez pas à contacter une association de défense des droits de l'homme.

16.Posté par kadiel@yahoo.fr le 09/07/2010 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Mr Niang
tu as raconté une histoire trés triste mais qui est vecu par bcp des Africains en france .
Il est temps que nos dirigeants prennent leurs responsabilité par rapport aux actes ignobles que les francais font aux Africains ;la france de Sarkozy est un pays raciste et genophobe et maintenant c'est a nous les Africains de leurs montrer que l'homme noir connait les droits humains et cette épreuve doit te pousser a mieux sensibiliser le Diaspora
et bravo et soit courageux

17.Posté par A1 le 10/07/2010 01:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La persistente imbecilité des policiers francais...
La pertinente absence de caractere des autorités d'afrique

Absolument outré par une inelegante et batardisante maniere des uns et des autres.
J'aurais essayé de comprendre les uns s'ils n'avaient que peu acces à la lumiere. Certes la veule senilité est hereditaire .
Pour les autres que dire : Réagissent-ils seulement quand leurs propres soeurs se font sauter par un bouseux...

18.Posté par un message perso à l'attention de le 10/07/2010 01:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

un message perso à l'attention de boy toubap

si je te voie té un homme mort boy toubap tu vas le regretter envoi moi tun e'mail et je te localise pour ensuite venir te faire la peau dans ton putain de fils de pute d"enculer de ta salle pute de mère

19.Posté par fcndar le 10/07/2010 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c est avec amertume que je parcoure ton recit .mais j espere que vous l avez porte en justice .

20.Posté par kayunga le 10/07/2010 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hey, yaa con. graawoul moo rey sénégalais, yow do len porté plainte, c quoi ce délire!!!! il ne suffit pas de garder son calme, il faut combattre le peu de considération des autres races vsa vis des noirs......
on le fera à un de tes freres man

21.Posté par marconi le 11/07/2010 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sénégalais est ce que vous voulez qu'on parle de vos droits de l'homme chez vous et de vos prisons j'ai eu l'occasion d'aller voir un ami en prison à dakar meme les chenils de france sont des hotels 3 étoiles à côté, chez vous les prisons à 40 par cellules dormir à même le sol faire ses besoins à meme le sol un filet d'eau qui marche 15 minutes par jour pour boire pas de douches des puces de la vermine sans nourritures bien sur et vous osez critiquer la france vous etes et vous resterez des sauvages et j'invite ces communiste gauchiste responsable d'association d'aller faire un tour au sénégal voir vos prisons je pense qu'il auront une autre idée du sénégal alors arreter de critiquer vos colonisateurs et pleurer pour qu'on reviennent.

22.Posté par un message perso à l'attention de le 11/07/2010 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

va te faire enculer salle toubap de merde

23.Posté par Big Geezl le 12/07/2010 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C ki m f mal dans tt ca c k quand c eux qui sont dans nos pays ils font la grande gueule. C incroyable d voir un francais a l'aeroport et d voir comme il passe avant toi et ose te faire la grande tete. C eux ki nous ont coloniser ca leur rends responsable sur ntre protection m c pouris c fiche plus de nous. Y a pa un otre pays europeen ou les africains sont plus detestes k la france c mechant de leur part et ca f mal quand j vw ds jeunes et nos chefs detats immiter c ptits cons d francais. ca ns rend a destester la fance et c pas normale pcqu'il y a tjrs un grand nmbre d francais ki snt tres bien aime l'afrique aime les africains c juste un ptit groupe de con et parmi eux bcoup de policiers ki ns emmerde. m j news for ya there are still some young thugs out here that will beat the white off your beach ass for being racist and wont have nothing done against them cuz you can't kick us out of our country your stupid racist fag. pardon si j vexe crtain cool french people out there. merci

24.Posté par kante le 12/07/2010 23:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à votre place , je porte plainte ne pas laisser des occasions passées

25.Posté par béna le 13/07/2010 00:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MR NIANG a fait preuve d'un grand courage et de sans froid donc je pense qu'on est dans un débat intelligent et intellectuel et des personnes ininteressantes comme ASTOU DIOUF qui parle de poux et vilain coiffure n'ont pas leur place ici vous etes tres vulgaire Mme DIOUF et vous n'avez aucun respect pour les humains
bonne continuation Mr NIANG j'admire votre dignité

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image