leral.net | S'informer en temps réel

France : Un Sénégalais jugé en Cour d'assises au Havre pour braquage de deux bureaux de poste

Mamadou Diallo, un Sénégalais de 24 ans, domicilié au Havre, est jugé, depuis mardi, devant la Cour d'assises de la Loire-Atlantique pour le braquage de deux bureaux de poste, commis en février 2013, près de Nantes. Selon Grand-Place, le verdict est attendu dans les prochains jours.


Rédigé par leral.net le Mercredi 14 Octobre 2015 à 09:37 | | 1 commentaire(s)|

France : Un Sénégalais jugé en Cour d'assises au Havre pour braquage de deux bureaux de poste
Si Mamadou Diallo se déclare "innocent", l'accusation estime pourtant avoir plusieurs éléments de nature à incriminer ce jeune homme d'origine sénégalaise qui habite le quartier du Mont-Gaillard. L’enquête avait ainsi démarré le 4 février 2013, après le vol d'une Audi A4 Break, dont le conducteur avait été délogé par deux agresseurs. Tous deux sortaient alors d'une Ford Mondeo, conduit par un autre homme, dont la plaque d'immatriculation avait été modifié à l'aide d'un ruban adhésif.

Mais, la victime avait retenu que "le chiffre des dizaines était le 7" et qu'il comportait "le logo de la Haute-Normandie". Coïncidence ou non, cinq minutes plus tard, la Poste centrale de Saint-Nazaire avait été braqué par trois individus. Quelques heures après, un autre bureaux de Poste situé près de l'Hotel de ville de Saint-Herblain a été victime d'un vol à main armée. Si le butin du premier braquage n'a pas été précisé, celui du second avait été évalué à 10 000 euros.

Lors de la perquisition au domicile de la mère de l'accusé, les policiers avaient alors retrouvé un bas de survêtement semblable à celui porté par les braqueurs de Saint-Nazaire et Saint-Herblain. De même, les empreintes génétiques du jeune homme avaient été retrouvées sur le volant et le levier de vitesse de la Ford Mondeo retrouvée.

Les enquêteurs avaient aussi fait le rapprochement avec un braquage spectaculaire commis en juillet 2012 au bureau de poste du Havre, d'où les voleurs étaient repartis avec 130 000 euros. Les jurés de la Cour d'assises de la Loire-Atlantique ont pu découvrir la personnalité de l'accusé, simplement condamné jusqu'alors deux fois pour conduite sans permis.






Hebergeur d'image