leral.net | S'informer en temps réel

‘’Franssement’’parler… en bon français ! Par Amadou Tidiane Wone


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Décembre 2014 à 18:49 | | 13 commentaire(s)|

‘’Franssement’’parler… en bon français ! Par Amadou Tidiane Wone
‘’Les colonialistes ont l’habitude de dire que eux, ils nous ont fait rentrer dans l’histoire. Nous démontrerons aujourd’hui que non : ils nous ont fait sortir de l’Histoire, de notre propre histoire, pour les suivre dans leur train a la dernière place, dans le train de leur histoire.’’ Amilcar CABRAL à la Conférence de Dar es Salam 1965
Les lampions se sont éteints sur le XVème Sommet de la Francophonie. Tout en espérant que les artères dakaroises continueront d’être illuminées, souhaitons de tout cœur que le réveil ne soit pas brutal au contact de la réalité sans fards de notre pays.
Au demeurant, il n’y a pas à dire : la scénographie de Richard Attias était intéressante. Même si notre histoire avec la langue française n’est pas aussi idyllique que celle racontée a deux enfants particulièrement charmants, le spectacle était attrayant. Ce qui nous conforte dans la conviction que la réalité n’est pas le virtuel ! Et c’est pourquoi nous autres, gens simples, devons impérativement à la vérité de dire que notre rencontre avec la francité, pour parler comme Sedar a été et reste, de part en part, entachée de sueur et de sang. La sueur et le sang des esclaves et des tirailleurs, celle des résistants a la pénétration coloniale, celle des sans-papiers et des boat-people. C’est une autre histoire diront certains. Celle qu’a voulu effacer le brave Monsieur Hollande en envoyant, dit-il sans rougir, des soldats au Mali. Heureusement que Hollande n’est pas la France !
Ah ! Ce brave Monsieur Hollande ! Nous l’avons entendu persifler et, l’allusion à l’âge et à la sagesse était si mal à propos en terre africaine, qu’elle a déclenché les applaudissements nourris de… quelques ‘’FranceAfricains’’, une espèce en voie de décomposition… La francophonie, elle, ne comprenait rien à cette vacherie franco-sénégalaise. Mais c’est, là aussi, une autre histoire.
Merci mon Dieu d’avoir inspiré a Abdoulaye WADE une absence si remarquable car, je le confesse : je fais partie de ceux qui croyaient qu’il aurait pu se rendre à la cérémonie d’ouverture. Mais, en regardant les images à la télévision, je n’ai pu placer quelque part le militant panafricain qu’il est, le dernier survivant sénégalais des participants au premier Congres des Artistes et Ecrivains noirs de 1956 aux côtés de Léopold Sedar SENGHOR, Cheikh Anta DIOP, David DIOP et Alioune DIOP. Excusez du peu ! Je n’ai pu le placer, non plus, sur la photo de famille. Et quelle famille ! En raison des rigueurs du Protocole, nous aurions souffert d’entendre mettre entre parenthèses ses vingt-six années d’engagement et de sacrifices pour donner au Sénégal sa première alternance politique pacifique. Ne parlons pas des douze années de dur labeur à la tête de notre pays. Ainsi que le passage en douceur du témoin à son successeur pour la seconde alternance pacifique…Voyez-vous, au-delà de ces faits constants, l’on n’a pas même pas mentionné qu’on lui doit l’accès au CICAD par une autoroute flambant neuf. L’on est allé jusqu’à oublier la part essentielle qu’il a jouée dans l’ascension fulgurante du Président de la République Macky SALL… On a vraiment la mémoire courte ! Mais comment parler de sa propre histoire en gommant tout ce qui la fonde ?
‘’Franssement parler’’ comme on dit chez nous en bon ‘’francsénégalais’’, ‘’arrêtons de nous blaguer’’ comme on dirait en ‘’francivoirien’’ !
Ce, pour rappeler qu’en vérité, le français africain a des saveurs et des couleurs qui mériteraient une Académie pour les offrir en partage à la francophonie des Peuples ! Celle qui tarde à voir le jour. Et c’est cela le défi qui est lancé à notre amie Michaelle JEAN ! Elle a pour elle l’intelligence, le charme et toutes les compétences. Pourvu qu’on la laisse faire. Mais c’est encore une autre histoire !

Amadou Tidiane WONE
Ancien Ministre
woneamadoutidiane@gmail.com






Hebergeur d'image