leral.net | S'informer en temps réel

Fraude sur les cotisations syndicales : La mafia va à l’école

La refonte du fichier a permis à l’Etat du Sénégal de déceler des écarts incommensurables entre les déclarations et la réalité sur les cotisations des enseignants. EnQuête, qui a vendu la mèche dans son édition d’aujourd’hui en publiant un document relatif aux check off des enseignants (cotisations syndicales des enseignants), montre que ces derniers ont fraudé sur leur déclaration.


Rédigé par leral.net le Mardi 12 Mai 2015 à 15:43 | | 6 commentaire(s)|

Fraude sur les cotisations syndicales : La mafia va à l’école
52 syndicats pour 18 mille enseignants. Cette réalité a toujours intégré ceux qui s’intéressent à l’école publique. Tout récemment, les syndicats d’enseignement ont attiré l’attention des sénégalais du fait d’une grève de plus de deux mois. L’Etat a eu toutes les difficultés pour gérer la crise, tant les syndicats sont nombreux et ont des positions divergentes. Cette diversification est, du moins en partie, le fruit d’une gestion opaque des cotisations syndicales, appelées « Check off ». Un document relatif aux check off dont « Enquête » détient une copie montre que des syndicats ont fraudé sur leurs déclarations. Pendant longtemps, les cotisations étaient distribuées sur la base des déclarations des responsables syndicaux. Ce qui a permis à des organisations d’avancer des chiffres qui relèvent d’une pure invention. C’est ainsi que le total des syndicats d’enseignants est passé de 55 519 enseignants avant la refonte du fichier à 12 671 adhérents après la correction en janvier 2015, soit un surplus de 43 000 éducateurs. Cela ne fait que la somme reversée aux syndicats qui était initialement à 27 759 500 de francs Cfa s’est effondrée à 6 million 355 mille 500 francs Cfa.

Si l’on se fie au document si mentionné (versement de janvier 2015), des syndicats déclaraient des chiffres parfois cinq fois supérieurs au vrai nombre de leurs membres. A titre d’exemple, avant la refonte du fichier, le Cusems d’abdoulaye Ndoye avait 1 974 check off pour un montant de 987 000 francs Cfa. Après la refonte, tout cela est ramené à 456 cotisations pour 218 000 francs Cfa. Le Saems-Cusems de Mamadou Lamine Dianté avait 4 972 militants pour 2 486 000 francs Cfa encaissés avant la refonte. Suite à l’opération, il se retrouve avec 2 450 check off équivalant à 1 225 000 francs Cfa. Soit une perte de 1,2 millions. Le Sels de Souleymane Diallo passe de 18 205 à 4 020 check off. En termes de montant cela fait un passage de 9 102 500 F cfa à 2 010 000 F cfa.

Les cas les plus curieux sont cependant le Sels/Originel d’Oumar Waly Zoumarou allant de 4 469 membres à 183 après la refonte. Pour les versements, il passe de 2 234 500 F cfa à 91 500 F cfa. Aussi celui du Sydels de pape Mamadou Kane qui a vu ses membres passés de 3 476 à 18 membres. Alors la bourse passe de 1 738 000 Fcfa à 9 000 F cfa.

Il faut dire cependant que les syndicalistes interrogés ont tous réfuté ces statistiques. Beaucoup d’entre eux se sont montrés d’ailleurs surpris par de tels chiffres. Oumar Waly Zoumarou : « Ce sont des chiffres complétement erronés. Après la refonte du fichier, chaque syndicat devait retourner à la base. Mais comme par magie, il y a des chiffres qui ont été attribués aux uns et aux autres ». Mamadou Lamine Dianté s’est dit surpris de ces chiffres qui ont été attribué à son syndicat le Cusems.

Quoi qu’il en soit, la fraude est constante. Dans un séminaire tenu récemment à Thiès, les acteurs se sont rendu compte qu’il y a 17 000 check off de plus que le nombre de corps






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image