leral.net | S'informer en temps réel

Front Patriotique pour la Défense de la République: L’ère apocalyptique ? - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Lundi 2 Novembre 2015 à 11:59 | | 5 commentaire(s)|

Front Patriotique pour la Défense de la République: L’ère apocalyptique ? - Par Alioune Badara Niang
Apocalypse opposition! Le temps est à la peur. Il paraît qu'elle donne des ailes, mais on peut craindre qu'elle ne les coupe, paralysant davantage qu'elle ne stimule. Rien pour permettre à ce camp des diseux d'affronter un avenir incertain, de traverser sans trop de dommages les gros orages qui l’assaillent. Cela s’appelle une impasse. Voilà où s’est engouffrée l’opposition politique qui, par ses postures antirépublicaines, manifeste une intelligence inouïe pour le chaos. A preuve, à travers ses considérations oiseuses et sa rhétorique à base de clichés d’expressions percutantes apprises par cœur, sans arguments concrets et sans références chiffrées, elle ne cherche qu’à « monter » efficacement le citoyen faible d’esprit : Parler de dictature au parlement, de bloquer le fonctionnement de l’Assemblée nationale, d’ appeler à la résistance, à la bataille de la rue (..). En voilà un scoop et des paroles engagées. Mais sait-elle qu’il n'y a pas de légitimité démocratique de la rue (face aux urnes)? La rue, c'est un cri d'alarme auquel il faut prêter attention, ce n'est pas une injonction démocratique. La légitimité, c'est l’article 22 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale dont l’application stricte a retenu la liste proposée par Modou Diagne fada comme celle du groupe parlementaire de…… l’opposition. Combien de temps encore va- t-elle se rouler avec délectation dans son déni de réalité? La démocratie ne saurait s'accommoder de tels vocables puisqu'elle n'est que la traduction de la volonté d'une majorité des Sénégalais de disposer d’institutions démocratiques. Cette opposition est-elle consciente que le remède parfois peut tuer le malade ?

Cette interrogation révèle que derrière la farce du rassemblement des « diseux » au siège du Parti Démocratique Sénégalais transparaît surtout la vraie faiblesse du front patriotique pour la défense de la République (rue publique !), en ce sens que certains de ses «responsables » (Oumar Sarr, Aida Mbodj, Décroix, Déthié Fall...), tout en haussant les épaules, se sont mis chacun à collectionner les records personnels, chaque histoire alimente le même constat d’insultes faciles collées à la bouche et d’une acuité divinatoire, rien que pour pilonner le régime de Macky Sall. On aurait voulu enfumer tous les mécontents du régime, on n'aurait pas fait mieux..... ! Tout ceci n'est pas sérieux mais suffisant pour dire que ce Front est un ramassis de toutes les idées, la plupart creuses et infondées et qui dans tous les cas n'ont jamais été réfléchies dans leurs conséquences. Et cela, les Sénégalais, lassés de son « Pia pia », l’ont parfaitement compris. Ils trouvent que ces rêveurs lui font du cinéma, leurs colères, leurs agitations cachent leurs échecs. Et rien d’autre !

Il n’y a pas à tortiller, ce Front « sonne le vide », il n'a vraiment aucune crédibilité voire même de légitimité diront certains. Le rapport de force évolue. La simple contestation ne suffit pas car la simple radicalité conduit dans le mur. Il faut une force politique capable de faire contrepoids par des propositions. Il ya pis. Dans les débats démocratiques, il est inexistant et ne prend la parole que pour tempêter ou vitupérer dans toutes discussions qui pourraient (sans lui) être constructives. Avec lui : de l'air, du vent et des invectives. Seulement !

Comme les dinosaures en train de s'enliser dans des lacs de bitumes et incapables par nature de s'adapter à leur environnement, ces éléphants de ce tristounet « machin pour la défense de la rue publique », « actionner » à distance par le voyoucrate Wade, pataugent dans le cloaque de leurs contradictions, dogmes, certitudes et absurdités. Fada et ses amis réformateurs sont les seuls à tenter quelques coups d'éperons dans l'espoir d'amorcer un éventuel sursaut salvateur... Mais le marécage est trop visqueux, et les pachydermes trop lourdauds et surtout trop bornés. Ils vont tenter d’éclabousser à tout va autour d'eux en envoyant quelques projections putrides vers ces braves réformateurs. Ces pauvres éléphants semblent décidément voués à « creuser leur propre tombe » dans un chaos apocalyptique, qu’ils appellent de tous leurs vœux... C’est dire.

Mais c’est connu depuis toujours que l'intérêt du pays ne préoccupe que rarement les opposants diseux : « Much ado about Nothing. » Beaucoup de bruit, beaucoup de spectacle et beaucoup d’affichage (« tannebers » et « sabars ») pour politiquement rien. Je dirais même, et c’est plus grave pour ces bonimenteurs de…. foire pour la défense de la rue publique : A force de marcher à l'autosatisfaction, à l'autocélébration et à l'autosuffisance, mais incapables d'autocritique, ils sont engagés sur la voie de l'autodestruction. Et pas d'automédication pour enrayer le processus. Leur temps est fini. Seuls, eux ne le voient pas. Et malheureusement, s'ils ont perdu la vista, ils gardent la même increvable volonté, mais il y a quelque chose de pathétique à les voir gigoter dans tous les sens, alors que le sol se dérobe sous leurs pieds. L’article 22 du règlement intérieur de la représentation nationale a donné raison à Fada et a tué par ricochet la curieuse critique des diseux…

Allons donc ! Un devoir. Élémentaire. Il est urgent que cette opposition, composée de gens d'une ignorance crasse, rengaine ses cris d'orfraies et corrige ses fausses certitudes ! Qu’elle fasse son examen de conscience et comprenne pourquoi certains de ceux qui ont milité pour elle, se sont détournés d’elle, faute de quoi elle risque de reproduire les mêmes erreurs pour ne pas dire errements, les mêmes turpitudes avec pour conséquence la même sanction : récolter (encore) une bérézina en 2017... En face, le Président Macky Sall, en stratège politique, possède une volonté et une énergie incommensurables qui lui permettent d'avancer tout en recevant des coups mais sachant également les rendre. Toujours politiquement parlant ! On comprend mieux la raison pour laquelle, ses pourfendeurs lui vouent une haine démesurée puisqu'il gêne par son leadership, son intelligence politique et son charisme. Un vrai Chef qui sait commander, d'une habilité d'esprit qui lui permet de bien se situer entre les problèmes d'aujourd'hui et de ceux qui l'attendent demain. Il a toutes les chances de rempiler au pouvoir en 2017. Ce ne serait que du bonheur.

Les jours et mois qui viennent seront «Wadisés » ou « Décroixés », comme on voudra, mais c'est dans cette ligne apocalyptique que l’opposition persévérera jusqu'en……. 2017. Dés lors, nous mesurons le chemin qu'il lui reste à parcourir, pour atteindre une maturité politique digne d'une vraie démocratie….

aliounebadaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image