Leral.net | S'informer en temps réel



GUINEE BISSAU / MUTINERIE Le chef présumé arrêté avec 4 complices

Rédigé par leral .net le 25 Novembre 2008 à 11:14 | Lu 702 fois

Un militaire bissauguinéen, présenté comme le chef des mutins ayant attaqué dimanche la résidence du Président Nino Vieira, a été arrêté ainsi que quatre de ses complices, a appris Apa de source militaire à Bissau.


GUINEE BISSAU / MUTINERIE  Le chef présumé arrêté avec 4 complices
Les personnes arrêtées se trouvaient lundi matin au siège de l’Etat major des Forces armées où se poursuit l’enquête sur l’attaque survenue dans la nuit de samedi à dimanche derniers. Le pays venait alors de sortir des élections législatives du 16 novembre, dont les résultats ont été proclamés vendredi, donnant les proches du Chef de l’Etat, grands perdants de la consultation. L’homme, qui aurait dirigé la bande, le sergent commando de Marine, N’Tcha Yalla, est un parent proche de l’ancien président Kumba Yalla, leader du Parti de la Rénovation Sociale (PRS), farouche opposant au régime du Président Joao Bernardo Vieira.

L’arrestation des présumés auteurs de la tentative de putsch, qui a fait un mort dans les rangs de la sécurité d’Etat intervient au moment où les conjectures allaient bon train, à Bissau, certains n’ayant pas hésité à pointer un doigt accusateur sur le camp de Yala. Pour nombre de ces « analystes » anonymes, il n’y aurait pas de doute que l’ancien président de Guinée Bissau (2000 -2003) et le contre-amiral Américo Bubo Na Tchuto, ex-chef d’Etat major de la Marine, seraient les instigateurs du coup.

Le sergent commando N’Tcha Yalla était affecté au camp militaire de Cantchungo, à 105km au nord de la capitale Bissau depuis le mois d’août dernier, à la suite d’une première tentative de coup d’Etat qui avait avorté, en août dernier, et dont Américo Bubo Na Tchuto avait été accusé.

Cette mesure prise par le chef d’Etat major Tagme Na Way, avait concerné plusieurs éléments de la Marine, alors que le présumé chef des putschistes de l’époque avait fui le pays pour se réfugier en Gambie. N’Tcha Yalla faisait partie des hommes de confiance du contre-amiral Na Tchuto, qui a toujours nié avoir jamais cherché à renverser le régime du Président Nino Vieirra. Cantchungo est situé à 75 km de la ville de Bissora, où se trouvait l’ex-président Kumba Yalla, le jour de l’annonce des résultats des élections législatives.

Par ailleurs, le gouvernement de Guinée-Bissau a qualifié hier de « tentative de coup d’État » l’attaque, dimanche à l’aube, de la résidence du président de la République, João Bernardo « Nino » Vieira, et promet d’arrêter et de juger les responsables de cet « acte ignoble ». Dans un communiqué de presse diffusé lundi à l’issue de la réunion d’urgence du Conseil des ministres dont Apa a reçu une copie, le gouvernement qualifie de « barbare » cette attaque qui a des contours politiques visant à assassiner le président Vieira. Pour l’exécutif bissau-guinéen, cette attaque a un lien avec les élections législatives du dimanche 16 novembre considérées par tous comme franches, justes et transparentes.

Le gouvernement condamne « avec vigueur » cet acte qualifié aussi de « criminel et antipatriotique » qui survient à un moment où la Guinée-Bissau se dirige vers sa stabilité, poursuit le communiqué. Bissau promet par ailleurs d’utiliser tous les moyens légaux, politiques et diplomatiques pour sauvegarder les institutions démocratiques, l’intégrité et la sécurité de la société.

Aux citoyens bissau-guinéens, l’exécutif demande de faire preuve de calme, sérénité et confiance dans les institutions démocratiques. Le gouvernement remercie la communauté internationale pour les marques de solidarité et la condamnation unanime de ce coup de force, lit-on dans le communiqué. Dimanche à Bissau, des insurgés avaient tenté par une mutinerie de s’en prendre à la résidence du président Nino Vieira, tuant un agent des forces de la sécurité présidentielle.

(Apa)