leral.net | S'informer en temps réel

Gagner est meilleur que perdre. Mais tout le monde perd si la guerre ne mérite pas d’être menée - Par Bocar Kane


Rédigé par leral.net le Mercredi 27 Juillet 2016 à 08:53 | | 0 commentaire(s)|

Comment comprendre ses assailles sur un responsable qui a été de tous les combats livrés par le parti et qui, jusque-là, ne ménage aucun effort pour faire gagner le Président avec un bilan très positif. L’honorable RESTE le responsable le plus actif dans le Matam pour le parti. La preuve en est donnée par l’organisation de la grande caravane jeunesse pour inscrire les populations sur les listes électorales sous le thème « s’inscrire massivement pour la réélection du président Macky SALL ».

Profiter d’une distribution de riz pour s’attaquer à M. Farba NGOM, coordonnateur départemental, n’honore pas le parti. Tout le monde ne devrait-il pas faire comme lui, comme ça il n y’aurait jamais mauvaise distribution ou insuffisance.

Avant de mener un combat il faut d’abord réfléchir aux conséquences et ne mener un combat que si ça vaut la peine.

Que reproche-t-on à l’honorable ? D’être très engagé pour améliorer les conditions de vie des populations de la région de Matam. Il se bat pour amener l’Etat à construire des forages pour les populations des zones du DANDE MAYO et du DIERI qui faisaient des kilomètres pour avoir de l’eau potable, demander des pistes de désenclavement de ces zones, électrifier plusieurs villages, trouver de l’emploi pour les jeunes, etc.

Et ces jeunes qui s’attaquent à Monsieur NGOM, je leur dis, de ne pas se tromper, il ne sert à rien de mener des combats inutiles surtout si nous faisons le diagnostic de la situation du parti dans notre région. En effet, bien que majoritaire, nous savons tous que nous ne sommes pas suffisamment représentés.
Le constat est que là où un département comme Podor compte plus de 12 Directeurs généraux et cinq ministres et pas des moindres dans le gouvernement, nous, on se contente de Présidents de Conseils de surveillance, d’un « ministre », d’un Directeur de Cabinet.

Le pire est que dans ce département où quasiment tous les maires sont en même temps des Directeurs généraux, la quasi-totalité des maires de la région de Matam sont des Opérateurs économiques qui n’arrivent pas, après deux ans à la tête de nos communes, à poser un seul projet.

Nous avons des députés qu’on n’entend jamais et qui ne sont pas connus, sans parler du Président du Conseil départemental qu’on ne sent même pas.
Vous ne pouvez pas, en étant ministres, députés, directeurs, Pcs, Pca, Président de conseil départemental, maires, dire que Monsieur NGOM vous empêche d’exécuter convenablement vos budgets, de poser les doléances des populations Matamoises à l’Assemblée nationale, d’amener vos agences, vos directions à réaliser des projets dans la région, de trouver de l’emploi pour les jeunes.

Il doit être déçu, Monsieur Farba NGOM, de tous ces responsables du parti qu’il a parrainés, soutenus dans leurs combats lors des dernières élections locales. De ceux-là qui, non seulement aujourd’hui ne le soutiennent pas dans ses efforts pour faire sortir nos populations de la situation délétère qu’elles vivent mais le combattent ou ne le défendent pas.

Le combat est ailleurs chers jeunes. Il faut que le parti soit reconnaissant pour un département qui a toujours gagné pour le Président depuis 2009. On mérite plus que ces quelques nominations. Nous ne devons pas accepter aujourd’hui, que notre voix ne soit pas entendue sur ce qui se passe dans notre parti, l’Apr.

Il est urgent que notre département soit dignement représenté dans toutes les instances du parti et du Gouvernement. Il est important que nous puissions avoir des directeurs généraux compétents et qui puissent aussi aider les populations.

Le combat est ailleurs. Il n’est pas dans les attaques contre l’honorable député Farba Ngom. Nous devons amener nos maires actuels à remplir leurs devoirs envers les populations, a amener nos députés à défendre notre département au sein de l’Assemblée nationale, à amener ceux qui sont à des postes de responsabilités à aider à l’insertion des jeunes et surtout à dire à Monsieur le Président de la République, et notre camarade de parti, que notre département a besoin de plus de visibilité aussi bien au sein du Gouvernement que dans les instances du Parti.

Bocar Kane
Responsable politique Apr Bokidiawé






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image