Leral.net | S'informer en temps réel



Ghana : Duel serré pour la succession de John Kufuo

Rédigé par leral .net le 7 Décembre 2008 à 23:02 | Lu 1148 fois

Les Ghanéens votent ce dimanche pour élire un successeur au président John Kufuor, qui se retire après huit ans au pouvoir, et choisir leurs 230 députés, deux scrutins qui font figure de test de maturité démocratique. Quelque 12,8 millions d'électeurs devaient voter dans 22 000 bureaux de vote. Ceux-ci ont ouvert à 07H00 TU. Le scrutin est clos à 17H00 TU et les premiers résultats devraient être connus dans les 72 heures. Pour cette 5e consultation depuis l'instauration du multipartisme en 1992, huit candidats sont en lice, mais l'élection devrait se jouer entre deux juristes de 64 ans : Nana Akufo-Addo, du parti au pouvoir, le Nouveau Parti Patriotique (NPP), et John Atta-Mills, ancien vice-président du capitaine Jerry Rawlings, du Congrès Démocratique National (NDC). Un troisième homme pourrait toutefois se glisser dans ce duel : Papa Kwesi Nduom, un homme d'affaires de 55 ans qui représente le Parti de la Convention du peuple (CPP).


Ghana : Duel serré pour la succession de John Kufuo
Avec notre envoyé spécial à Accra, Raphaël Reynes

Les premiers électeurs sont arrivés dès quatre heures du matin ici devant le bureau de vote installé dans la cour de l’école. Une demi-heure avant l’ouverture du bureau, une bonne cinquantaine de personnes attendaient déjà de pouvoir glisser leur bulletin dans les urnes.

Environ un millier des quelque treize millions d’électeurs ghanéens sont enregistrés ici et sont invités à choisir le député qui les représentera parmi les 230 que compte le Parlement. Ils sont surtout invités à choisir leur futur président parmi les huit candidats en lice à ce scrutin.

Policiers et militaires déployés

Les forces de sécurité sont mobilisées pour assurer le bon déroulement de ce scrutin. Policiers et militaires ont pu voter il y a cinq jours afin d’être déployés à travers le pays ce dimanche.

Pour l’instant, aucun incident sérieux n’a été constaté sur le terrain, mais le principal parti d’opposition, le NDC (Congrès Démocratique National), se plaignait ce matin de ce que la frontière avec le Togo soit fermée depuis hier soir.

Nous n’avons pas pu vérifier cette information mais, si elle s’avérait, elle pourrait, selon le NDC, empêcher les Ghanéens vivant de l’autre côté de la frontière de l’est du pays de se rendre aux urnes dans leur village. La région de la Volta est considérée comme un bastion de l’opposition.

Exemple de démocratie

Le véritable enjeu de cette élection, c’est le système démocratique ghanéen. Dans ce pays, souvent cité comme un exemple de démocratie, ce n’est que la seconde fois qu’un président sortant doit rendre le pouvoir. La première, c’était en l’an 2000. Jerry Rawlings avait alors achevé ses deux mandats de quatre ans et remis le pouvoir à l’actuel chef de l’Etat, John Kufuor, qui venait de battre son dauphin, John Atta-Mills.

Durant la campagne, le même Atta-Mills qui se présente pour la troisième fois a d’ailleurs posé et reposé cette question : « Si le NDC (Congrès Démocratique National) l’emporte, le NPP (Nouveau Parti Patriotique) rendra-t-il le pouvoir comme nous l’avons fait il y a huit ans ? ».


Plus de Télé
< >