leral.net | S'informer en temps réel

Grève de la faim des ex-employés des Agences dissoutes : La LSDH y débusque paradoxe et incohérence de l’Etat sur la politique d’emploi

La LSDH est vivement préoccupée par la situation très difficile que vivent les agents de l’ANEJ, le FNPJ, l’OFEJBAN et l’ANAMA qui en plus d’être restés 6 mois sans percevoir leurs salaires à la suite de la dissolution des agences sus mentionnées attendent toujours une solution à cette douloureuse affaire.


Rédigé par leral.net le Jeudi 26 Juin 2014 à 22:43 | | 0 commentaire(s)|

Grève de la faim des ex-employés des Agences dissoutes : La LSDH y débusque paradoxe et incohérence de l’Etat sur la politique d’emploi
Cette situation est d’autant plus paradoxale que la création de ces agences visait à fournir des emplois ou aider à la création d’entreprises à une majorité de jeunes sénégalais désemparés qui vivent dans une ambiance morose et dépourvue de tout espoir.

Aujourd’hui on assiste à la suppression d’emplois alors que l’idée était d’en créer avec ces quatre agences. Drôle de rupture.

La LSDH a suivi avec intérêt la lutte des agents déflatés et l’aboutissement de celle ci à la grève de la faim depuis hier Mercredi 25 Juin 2014.Cette situation est d’autant plus déplorable qu’aucune autorité étatique, ni le ministère de l’emploi et la jeunesse, ni le ministère du travail n’a daigné rencontrer les travailleurs déflatés pour proposer une solution alternative après la dissolution des agences.

La LSDH recommande fortement au gouvernement du Sénégal une prise en charge rapide de la situation des agents grévistes de la faim qui sont dans un désarroi total avec cette arme ultime et redoutable dans la lutte pour la conservation de leurs postes de travail.

Alassane SECK

Secrétaire Exécutif






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image