leral.net | S'informer en temps réel

Grosse révélation de Abdou Aziz Diop à la barre : « L’Etat logeait les rebelles, qui acceptaient de déposer les armes, au Plan Jaxaay »

L'Etat logeait les rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) qui acceptaient de déposer les armes au Plan Jaxaay ! Cette révélation fracassante, qui s’apparente à une violation du secret du secret d’Etat, a été faite par Abdou Aziz Diop, ancien directeur de Cabinet du ministère de l’Urbanisme, devant la barre de la Cour d’appel. A en croire L’As, M. Diop a fait cette révélation pour justifier la destination de 2000 tentes qui avaient échappé au contrôle du comptable en matières, Hubert David Thiour.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Février 2016 à 09:00 | | 49 commentaire(s)|

Le procès de Aïda Ndiongue et compagnie a repris, hier, à la barre de la Cour d’appel. Les audiences se sont poursuivis avec l’audition de témoins cités par l’avocat général, Madiaw Diaw. Au cours de l’audition du témoin Hubert David Thiour, comptable en matières dans le cadre du Plan Jaxaay, l’ancien directeur de Cabinet du ministre de l’Urbanisme s’est laissé aller à des révélations surprenantes. Venant, en effet, à la rescousse du témoin qui n’arrivait pas à justifier l’enlèvement des tentes après leur réception dans l’entrepôt du fournisseur Aïda Ndiongue, Abdou Aziz Diop a évoqué « certains cas d’urgence » pour justifier la disparition d’une partie du matériel. Il a sollicité un huis-clos avec le président de la Cour afin de faire d’autres révélations pour apporter des justificatifs. Après l'entrevue, le président Chimère Diouf, qui ne s’attendait sûrement pas à une telle révélation, de lancer au coordonnateur du Plan Jaxaay : « C’est vous qui êtes poursuivi, si vous avez des choses à dire, dites-les maintenant ». Ainsi, Abdou Aziz Diop n'a eu d'autres choix que de dire ce qu'il en était à savoir que 2000 tentes ont été livrées à la Brigade des Sapeurs-Pompiers sur instruction de l’exécutif. Dans la foulée, il a indiqué qu’il arrivait, dans le cadre du Plan Jaxaay, « qu’on loge des rebelles qui acceptaient de déposer les armes ». Et les 2000 autres tentes étaient destinées à cette opération inattendue, le juge souligne aussitôt qu’il ne s’attendait pas à un secret d’Etat. Et il s’est étonné que le prévenu n’ait pas fait cas de cet élément à l’instruction. A cette remarque, Abdou Aziz Diop a répondu qu’il voulait éviter de faire peur aux populations qui logent avec d’anciens rebelles dans les tentes du Plan Jaxaay.

Poursuivant sa déposition, le comptable en matière, David Hubert Thiour, entendu pour la première fois après son absence en instance, soutient qu’il a assisté à la réception du matériel composé, entre autres, de motopompes, de tentes et de bacs à ordures, dans les entrepôts du fournisseur. Cependant, même si il a assisté à l’enlèvement d’une partie des motopompes, le témoin était absent lors du déchargement des bacs à ordures et des tentes. C’est pourquoi, il n’a pas échappé aux remontrances de l’avocat général qui lui a reproché d’avoir apposé sa signature sur des bordereaux de livraison. En effet, Me Madiaw Diaw estime que l’Etat a payé 5 milliards de FCfa de manière irrégulière.






Hebergeur d'image