Leral.net | S'informer en temps réel



Guinée-Bissau : vers une sortie de crise malgré les tensions entre l'ONU et les putschistes

le 21 Mai 2012 à 12:23 | Lu 509 fois

Les négociations pour la formation du nouveau gouvernement se poursuivent à Bissau. Quant au général Antonio Indjaï, le chef d'état-major de l'armée, il a fait ce week-end le tour des casernes de la place avec les experts de la Cédéao chargés de préparer le déploiement de la force ouest-africaine. À cette occasion, le chef des putschistes (qui fait partie des personnalités visées vendredi par des sanctions de l'ONU) a commenté, indirectement, la résolution onusienne.


Guinée-Bissau : vers une sortie de crise malgré les tensions entre l'ONU et les putschistes
Avec notre correspondant à Bissau,

La décision semble faire plus de bruit que d'effet sur le terrain. Le principal concerné, le général Antonio Indjaï, présenté comme le cerveau du coup d'Etat, n'a pas jugé nécessaire de faire de commentaire pour justifier le putsch du 12 avril. Le général Indjaï a préféré déplacer le débat vers la situation dégradée dans les casernes qu'il a visitées en compagnie des experts de la Cédéao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest). Partout, le constat est le même : de vieilles bâtisses, datant de l'époque coloniale, en ruine ou dans un état de délabrement très avancé.

Selon le général Indjaï, de nombreuses promesses jamais honorées avaient pourtant été faites par ceux-là même qui décident aujourd'hui de sanctions contre le commandement militaire : « Les Nations unies, le Portugal, tous se cachent derrière les déclarations de l'Union européenne. Mais tout cela n'est que du vent, que des mots, ils nous avaient promis monts et merveilles mais n'ont rien fait de concret. »

Un scénario de transition est lancé par la Cédéao, avec l'installation d'un président et d'un Premier ministre intérimaire qui doit former un gouvernement de transition, lui-même chargé de conduire aux élections générales dans un an.

Le Conseil de sécurité a, de ce fait, demandé à la Cédéao de poursuivre ses efforts de médiation en concertation avec l'ONU, l'Union africaine (UA) et la communauté lusophone notamment, dans le but de rétablir et respecter l'ordre constitutionnel, y compris un processus électoral démocratique.

Par RFI


1.Posté par Muller le 21/05/2012 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plus de 80% de la population est au chômage, la corruption est générale , les fonctionnaires vont travailler chaque jour et ne touche pas de salaires +de 6 mois sans revenus. Le désespoir se lit sur le visage des jeunes près à tout pour quitter le pays. leur espoir de conquête le Portugal ou le Brési
pays ou l'on parle le Portugais. Leurs ressources l'arachide mais les banas banas (ce sont les voisins frontaliers) qui achètent une misère leurs récoltes, et les agriculteurs ne s'en sortent pas. les agriculteurs n'ont pas de tracteurs, ni même de bétails pour le travail dans les champs, les femmes cultivent la terre et sèment l'arachide. Ce peuple mérite d'être aidé, il faut les aider , leur fournir des semences, les écoles manquent de livres, crayons, cahiers et instituteurs

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site