Guinée: le militaire «Toumba» Diakité, désormais incarcéré à Conakry

Il n'avait pas envie de rentrer au pays, mais c'est chose faite. Après sept ans de cavale, Aboubacar Sidiki Diakité, alias «Toumba», a bel et bien été extradé hier soir, 12 mars, de Dakar. Ce militaire guinéen était recherché pour le massacre d'opposants dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009 où, au moins 157 personnes avaient été tuées, selon une commission d'enquête de l'ONU et une centaine de femmes violées. «Toumba» Diakité est désormais à la prison de Kaloum.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Mars 2017 à 10:02 | | 0 commentaire(s)|

De l’aéroport de Conakry jusqu’à la prison centrale du centre-ville, Aboubacar Sidiki Diakité a été transféré sous haute surveillance. Une cellule spéciale aurait été aménagée et des mesures spécifiques auraient été prises pour garantir la sécurité de ce prisonnier très attendu.

Le transfèrement de « Toumba » est une vraie victoire pour les victimes qui recherchent la justice depuis plus de 7 ans, s'est félicité Dimitris Christopoulos, président de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH). L'organisation de défense des droits de l'homme appelle également les autorités guinéennes à garantir pleinement la sécurité du détenu.

L'avocat de « Toumba » pointe l'embarras des autorités du Sénégal

L'avocat de « Toumba » en revanche s'est opposé à l'extradition du Sénégal au motif que la sécurité de son client est menacée en Guinée. Me Baba Diop avait présenté un recours pour « excès de pouvoir » qui devait, selon lui, suspendre la procédure d'extradition.

Selon le procureur du tribunal de Dixinn, l’ancien militaire sera présenté au pool de juges d’instruction, ces mêmes juges qui ont notamment déjà inculpé le président putschiste, Dadis Camara, pour la même affaire, celle du stade du 28 septembre 2009.

« Toumba » est désormais détenu. Reste à savoir quand cette audition aura lieubl’audition de celui qui est suspecté d’avoir joué un rôle-clé dans ce massacre, et si cette extradition va accélérer la procédure pour l’ouverture prochaine d’un procès.

RFI