Leral.net | S'informer en temps réel



Guinée: répression sanglante, des dizaines de manifestants tués

Rédigé par Alio Informatique le 29 Septembre 2009 à 01:22 | Lu 1495 fois

Au moins 87 personnes ont été tuées lundi à Conakry lors de la très violente répression d'une manifestation de l'opposition par les forces de sécurité, selon un nouveau bilan donné lundi soir à l'AFP de source policière.


Guinée: répression sanglante, des dizaines de manifestants tués
Au moins 87 personnes ont été tuées lundi à Conakry lors de la très violente répression d'une manifestation de l'opposition par les forces de sécurité, selon un nouveau bilan donné lundi soir à l'AFP de source policière.

C'est la première fois que la junte militaire réprime dans le sang une manifestation d'opposants, depuis son arrivée au pouvoir il y a neuf mois. Ancienne puissance coloniale, la France a très vite condamné lundi "avec la plus grande fermeté" cette "répression violente".

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants s'étaient rassemblés dans le plus grand stade de Conakry pour dire leur opposition à l'éventuelle candidature du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, à l'élection présidentielle de janvier.

Après la dispersion violente du rassemblement par les forces de l'ordre, 58 cadavres ont été apportés à la morgue du Centre hospitalier universitaire de Donka, à Conakry, a affirmé à l'AFP un médecin, sous couvert de l'anonymat. "C'est la boucherie! Un carnage", a-t-il lancé.

Dans un autre établissement sanitaire de Conakry, l'hôpital Ignace Deen, une source médicale a assuré au correspondant de l'AFP qu'un camion militaire était venu pour ramasser des "dizaines de corps", emmenés vers "une destination inconnue".

Le correspondant de l'AFP avait lui-même dénombré au moins une dizaine de cadavres portant des traces de balles, couchés à même le sol dans l'enceinte du stade du 28-septembre.

Selon un membre de la Croix-Rouge, il y a "une volonté de dissimuler les corps des victimes" de la répression. "Les dirigeants de l'armée ont demandé que tous les cadavres collectés soient apportés au camp (militaire Alpha Yaya Diallo, siège de la junte, ndlr) et non pas dans les morgues", a-t-il dit à l'AFP.

Dans la matinée, les forces de l'ordre avaient d'abord dispersé les opposants à l'aide de matraques et de grenades lacrymogènes près du stade de la capitale, et arrêté des dizaines de personnes.

Puis le stade - qui compte officiellement 25.000 places - s'était empli d'une foule débordant jusque sur les pelouses et aux abords, et des tirs avaient été entendus.

L'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo, candidat à l'élection présidentielle et leader de l?Union des forces démocratiques de Guinée (UDFG, opposition), a été blessé au cours de la manifestation, tout comme l'ancien chef de gouvernement Sidya Touré, leader de l'Union des forces républicaines (UFR, opposition), selon leurs récits.

Ils ont été conduits au camp militaire Alpha Yaya Diallo, siège de la junte, puis transportés dans une clinique pour y être soignés.

"Il y avait une volonté délibérée de nous éliminer aujourd'hui, nous les opposants", a déclaré Sidya Touré à l'AFP.

"Non à Dadis" et "à bas l'armée au pouvoir", pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des jeunes participant à la manifestation, qui avait été interdite par la junte.

Jusqu'à présent, le capitaine Dadis Camara soulignait volontiers que l'armée avait pris le pouvoir "sans effusion de sang", le 23 décembre 2008, au lendemain du décès du président Lansana Conté qui régnait sans partage sur le pays depuis 1984.

"Le capitaine Moussa Dadis Camara (chef de la junte) a jeté son masque. Aujourd'hui le régime de la terreur se manifeste et cela peut s'aggraver", a déclaré à l'AFP Alioune Tine, le dirigeant de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme (Raddho), basée à Dakar.

Ces violences interviennent au moment où la communauté internationale fait pression sur le chef des putschistes, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre 2008, pour qu'il respecte ses engagements de ne pas se présenter à l'élection et de laisser le pouvoir aux civils.

© 2009 AFP



1.Posté par Weuz Diagne le 29/09/2009 02:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais le vrai débat porte sur l'interet national et ce ne sont pas les mercenaires de la plume qui empecheront aux patriotes de se dresser devant les injustices et les connivences mafieuses. Et il fera bientôt jour et les mercenaires et autres hommes de main de cette hideuse mafia s'en rendront compte à leurs dépens.Et celà Cheikh Amar et ses pairs, hommes d'affaires de l'alernance doivent le savoir; mais également les porte-plume et autres serviteurs comme Cheikh Yérim et El Malick qui dans , leur nouveau rôle, doivent bien faire des jaloux du coté des guéweulou djoudou de Cheikh Amar.Mais vos élucubrations à propos de cette affaire ont au moins le mérite de faire tomber vos masques de journaliers de la plume ..Oui Messieurs les grands journaliste, vos contributions révélent au grand jour que vous êtes comme la plupart de vos confréres d'un professionalisme à géométrie scandaleusemement variable .Sinon comment pouvez vous louer les capacités entrepreneuriales de vôtre protégé ou commanditaire du jour sans oser vous poser la question de savoir comment il a obtenu ces terrains de l'aéroport et pourquoi il a été préféré aux sociétés nationales que sont la SICAP et la SNHLM ou aux simples privés connus pour leurs références dans l'immobilier comme la SIPRES de Anna Ba.Et c'est là une question essentielle à laquelle Cheikh Amar comme 'ses bienfaiteurs' de la commission de controle des opérations domaniales devront répondre pour se soustraire de cette suspicion légitime qui entoure tous les actes de l'alternance et en particulier ceux relatifs au foncier.Et ce ne sont pas des campagne de presse bien arrosées qui vous aideront, Monsieur Amar , dans cette tache.Bien au contraire , cette inflation de VRP mus uniquement par leurs interets ne peuvent que vous attirer l'ire sinon tout au moins la suspicion de tous ceux qui s'assignent une mission de veille sur le bien commun.Leur style fait d'un objectivisme griotesque ne vous est d'aucune utilité si tant est que vous avez les moyens de défendre vôtre parcours.Ce dont je doute fort, du moins, s'agissant de ces terrains de l'aéroport que vos amis s'acharnent à légitimer jusqu'à recourir à Souleymane Jules Diop. Mais il y'a des morceaux trop gros à avaler et les terrains de l'aéroport en sont PARTICULIEREMENT UN.

2.Posté par KOITA le 29/09/2009 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pauvre Afrique !!!! Pas de mot pour te qualifier !!!!! Dirigeants inconscients, corrompus, opportunistes, arrivistes, qui ne se soucient guère des souffrances de leurs Populations !!!! Ces dirigeants ne pensent qu'à une chose : le Pouvoir, le pouvoir, l'argent, l'argent etl'argent... Ils sont démunis des idées pour le développement de leur Patrie. Ils s'enrichissent avec leur famille, leur entourage et corrompent les intellectuels, les journalistes, en mettant à leurs dispositions des priviléges. Mettez vous dans vos crânes, que tout pouvoir a une fin. Le Rêgne des Pharaons : Tout le monde connaît sa suite. La Jeunesse africaine se réveille et c'est très dangereux pour vous et votre entourage. Toutes vos manipulations sont connues sur la Place Publique. Bon Entendeur , Salut...

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site