leral.net | S'informer en temps réel

HLM-GRAND YOFF, SCAT-URBAM, ET KEUR-DAMEL : Quand le prix du loyer franchit le seuil de l’inacceptable

Les locataires sont unanimes : les loyers coûtent les yeux de la tête aux Hlm Grand-Yoff, à Scat-Urbam et à Keur-Damel. Une chambre est louée entre 30.000 et 45.000 francs Cfa alors qu’un studio revient à 90.000 francs ou à 110.000 francs Cfa. L’appartement le plus cher est loué à 200.000 francs Cfa. Les locataires grincent les dents et plaident la fin de l’arbitraire dans la fixation des prix. Ils souhaitent vivement l’adoption d’une loi réglementant le secteur.


Rédigé par leral.net le Lundi 10 Mai 2010 à 11:49 | | 6 commentaire(s)|

HLM-GRAND YOFF, SCAT-URBAM, ET KEUR-DAMEL : Quand le prix du loyer franchit le seuil de l’inacceptable
Derrière le lycée Hyacinthe Thiandoum, s’élèvent des immeubles de grand standing. La rue du Karting-Club est une galerie commerciale. Le rez-de-chaussée des maisons héberge des échoppes, des salons de coiffures et des vitrines. La rue est desserte et calme. Au bout, de celle-ci en allant vers l’établissement scolaire « les Pédagogues », se trouve une cantine de jeux vidéo. A l’intérieur, le tenancier, Mohamed Diallo est allongé sur un banc. Il attend des clients. Mohamed Diallo s’inquiète de la flambée des prix du loyer au cours de ces dernières années. « Tout le monde parle de la cherté du loyer. Je ne sais pas exactement pourquoi les tarifs augmentent », s’interroge Mohamed Diallo qui paie 30.000 francs Cfa pour la petite salle où se trouvent ses machines. En aval de cette rue, près de l’école, et tout autour du centre privé de santé, les constructions en hauteur s’accélèrent. C’est la course en hauteur. La nouvelle tendance est dictée par la rentabilité de la location. Ici, seules les villas 99 et 129 ont gardé l’architecture originelle des Hlm Grand Yoff. Comme dans ce coin, près du rond-point de la mairie, les ouvriers peignent un imposant immeuble. Sérigne Mbaké Diop, en pantalon jean et en T-shirt blanc, vient d’arriver. Il ouvre la porte de sa boutique d’alimentation. L’activité ne lui permet pas de satisfaire ses besoins. « Je paie 50.000 francs Cfa pour ce magasin. Il y a beaucoup de boutiques dans les parages. Notre bénéfice est très négligeable. Si l’on paie le loyer, il faut se battre pour avoir la dépense quotidienne. Le loyer est un fardeau social. Le moment est venu pour le gouvernement de prendre des mesures », s’exprime le boutiquier. Près de la pharmacie Selhimar, en remontant la ruelle, Abdou Faye sort d’une maison. Il tient dans sa main un magazine. Il marche à grosses enjambées. Il accepte de nous accorder des minutes. Il habite ce quartier depuis quelques années. Abdou Faye prend son temps. L’exaspération transperce son discours. « Il n’y a pas d’ordre dans le secteur de l’habitat. Les prix sont fixés de façon arbitraire. On trouve une chambre balcon qui coûte 50.000 francs Cfa, une chambre simple à 30.000 francs Cfa. Pour les appartements on n’en parle pas. Les tarifs tournent entre 180.000 francs Cfa et 200.000 francs Cfa. C’est trop dur », se désole Abdou Faye. Contrairement à ce dernier, un jeune homme trouvé à Tima couture casse le sucre sur le dos des clients. « Les propriétaires de maisons veulent rentabiliser vite leur investissement. Raison pour laquelle, ils fixent des prix élevés. Mais ce sont les clients qui l’acceptent. Je ne condamne pas trop les propriétaires », laisse entendre le bonhomme. Il appelle Sokhna Diagne. Cette femme voilée de châle vert rejette l’argument de son prédécesseur. Sokhna Diagne est formelle.

Un studio à 110.000 francs Cfa

« Les chambres sont très petites alors que leur prix est trop cher. Je paie 80.000 francs Cfa pour un studio . Il y a des studios de 100.000 francs Cfa. Nous pensons qu’il faut des prix selon la surface corrigée. Les locataires souffrent. Lorsque vous payez le loyer vous n’avez plus rien », fustige la dame. Elle prêche pour la suppression des intermédiaires. Elle nourrit l’espoir de voir les loyers chuter après le vote de la loi.

Mais la dame préconise un système social d’accès à l’habitat. « C’est bien de voter une loi. Il serait beaucoup plus intéressant que cette loi soit appliquée. Le gouvernement pourrait aussi construire des maisons pour les mettre en location vente même en dehors de Dakar » rajoute la dame.

Les plaques où l’on peut lire « appartements à louer » sont accrochées sur les fenêtres de plusieurs immeubles. Beaucoup de maisons sont en construction entre Hlm Grand-Yoff et la Foire. De l’autre côté de l’autoroute, et après le Lycée moderne de Dakar, nous voici au quartier Keur-Damel. Les bâtiments à plusieurs étages sont perchés sur un site élevé. Le quartier s’étend sur une petite superficie entre le centre de promotion de la santé et la pente abrupte qui le sépare avec la résidence de la paix. Keur-Damel est réputé pour sa quiétude. Le coin faisant face à Yengoulène est animé. Des jeunes jouent devant une agence immobilière Lame Torro. Ahmadou Dramé écoute de la musique avec son portable. Il semble s’évader de la réalité. Il ne se fait pas prier pour évaluer la grille tarifaire du loyer. « Une chambre est louée à 40.000 à 50.000 francs Cfa à Keur-Damel. J’ai même entendu qu’il y a une chambre avec toilette louée à 75.000 francs Cfa. Les studios sont loués entre 110.000 et 120.000 francs Cfa », rapporte Ahmadou Dramé.

Des appartements inoccupés

Les chiffres ne sont pas contestés par l’agence immobilière Lame Tooro. Le gérant regarde tranquillement la télévision. Il n’en est pas moins inquiété par le coût du loyer qui devient de plus en plus insupportable au fil des années. « Notre travail ne marche pas. Parce que les clients visitent les appartements ou les chambres. Mais ils disent en général que c’est très cher. Ils ont raison. Une chambre est louée à 30.000 francs Cfa, 35.000 francs Cfa, et à 40.000 francs Cfa. L’appartement le plus cher est à 200.000 francs Cfa », atteste le gérant de l’agence immobilière Lame Tooro, Demba Hann. Ici, les appartements libres ne se comptent plus.

L’inscription « appartement à louer » est visible sur les maisons près du Restaurant chez Margo jouxtant le centre de promotion de la santé du Cardinal Hyacinthe Thiandoum. « Beaucoup d’appartements sont inoccupés parce qu’ils sont chers. Les personnes ne veulent plus s’aventurer. Déjà, il y a des clients qui ne peuvent pas payer de façon régulière », rapporte Demba Hann. Il rejette l’idée selon laquelle ce sont les agenciers qui sont à l’origine de la flambée des prix du loyer.


Idrissa Sané




1.Posté par Mana le 10/05/2010 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est juste la spéculation. Rien ne justifie ces prix très élevés. Dakar est une ville sale, encombrée, bouchée et n'offrant aucun calme. Alors, comment comprendre le prix élevé des loyers? C'est la spéculation. L'Etat doit réguler le prix des loyers. C'est la seule solution. Le problème aussi, c'est que justement ce sont les les politiciens qui sont propriétaires ou leurs frères, soeurs et femmes. La situation n'est pas prête de changer.

2.Posté par locataire le 10/05/2010 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bon moi je crois votez des ne suffit pas il faut aussi régularisé les agences d'immobilier qui pilule partout a Dakar parce que moi je ne peut pas comprendre qu'un studio a grand yoff soit loyer a 125000 fca non seulement on doit votez une loi de régularisation des prix de loyer mais aussi les agences d'immobilier si l'état veux aide les sénégalais

3.Posté par goorgorlu le 18/05/2010 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je parle en connaissance de cause. je loge actuellement à HLM Grand Yoff. Je paie chaque mois 35000 Fcfa pour une seule chambre sans compter l'électricité et l'eau. avec mes revenus modeste je vous assure que c'est tres dur pour moi. le gouvernement doit vraiment faire des efforts pour réduire le cout du loyer.

4.Posté par mohamed mbaye le 09/06/2010 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je crois que l etat doit reguler le prix du loyer ç est le mal qui fatigue vraiment les senegalais..un appartement ne doit pas depasser 50mille par moi chambre avec toilette 10000franc ..merci

5.Posté par hady fall le 16/03/2014 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maky a foutu la merde pour gagner des électeurs. Je suis pour la baisse des loyers en tant que locataire. il n'aurait pas dû agir de cette maniére. je m'étais réjouite de la baisse et je me suis rendue compte que les propriétaires savent aussi contourner la loi.

6.Posté par Mme Seck le 26/04/2014 00:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je cherche un appartement à Dakar de 3 chambres salon dont les 2 chambres ont chacune une toilette

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image